SAINTS ROW : SR IV RE-ELECTED & GAT OUT OF HELL
Etats-Unis - 2013/2015
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « Saints Row : SR IV Re-Elected & Gat out of Hell »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Volition
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Deep Silver
Date de sortie : 23 janvier 2015
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Saints Row : SR IV Re-Elected & Gat out of Hell »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après les tribulations spatiales de Saints Row IV, de nombreux fans se demandaient ce que nous allions bien pouvoir leur proposer ensuite... La réponse ? Abattre le diable d'une balle dans la tête. Prenez le contrôle de Johnny Gat ou de Kinzie Kensington et semez le chaos en enfer tout en essayant de sauver l'âme des Saints. Des célébrités historiques, de vieux amis, de très vieux ennemis, une arme qui parle, un vrai numéro musical et bien d'autres surprises vous attendent dans le mond...
Partagez sur :
L'enfer et ses bonnes intentions

Ne faisant toujours rien qu'à copier ses grands copains, Saint Row passe lui aussi par la case remake HD pour grosses machines qui tuent avec un pack commercial qui drague sévère. Le quatrième chapitre du gang de truands le plus bordélique des jeux vidéo revient donc en doublet avec son premier et unique stand-alone : Gat out of Hell.

Sauf que Volition ce n'est pas Rockstar et là ou ce dernier a opéré une authentique réécriture de son déjà solide GTA V (sans parler des impressionnantes améliorations techniques), le second se contente d'améliorer la vitesse d'affichage, de lisser quelques textures... et c'est tout. L'aventure en elle-même est parfaitement identique, incluant les petits DLC, autant dans ses sorties de route totalement délirantes que dans le manque de variété dans ses missions et sa structure générale. Le soft est toujours aussi fun et sympathique, mais accuse encore plus son incapacité à se hisser à la hauteur de son modèle. Et ce n'est pas Gat out of Hell qui va venir nous contredire. Proposé totalement indépendamment sur Xbox 360 avec un moteur identique et même de nombreuses modélisations (personnages, ville...) à peine déguisées, ce chapitre inédit avait pourtant de quoi mettre l'eau à la bouche, emportant le joueur en plein cœur des enfers afin de sauver le présent des USA des mains du Diable, bien décidé à marier celui-ci avec sa fille. Un pitch totalement dans l'esprit « n'importanak » des Saint Row qui prend la forme d'une aventure fragmentée en quatre quêtes annexes commanditées par un certain Shakespeare, Barbe Noire, Vlad ou deux jumelles bombasses.

 

se vautrer dans le péché


Rien de bien folichon dans ces missions, puisque ces dernières reprennent directement les recettes habituelles (éliminations, prises de positions, captures de points...) et malgré quelques dialogues amusants, ces personnages hauts en couleurs se maintiennent trop en retrait. Un peu décevant donc, reste heureusement les nouvelles capacités à disposition, fortement influencées par l'ambiance générale avec une aura sacré ou l'invocation de gnomes explosifs. Le plus aguichant ici étant les prouesses possibles grâce aux ailes d'anges dont sont affublés les avatars. Si dans Saint Row IV il était possible de planer d'un point à l'autre, ici, le joueur peut carrément voler en toute liberté sur l'ensemble de la carte. Sympa. Tout autant que les quelques sept armes inédites customisables avec le Boom Chicka qui excite littéralement les cibles, un pistolet extrêmement bavard ou un siège mitrailleur pour les grosses faignasses. Ces dernières ne sont bien entendu déblocable que dans certaines conditions. Doté d'une durée de vie ne dépassant pas les 5-6 heures, Gat out of Hell se révèle une extension certes dispensable, mais qui réjouira tout de même les fans de Saint Row bien heureux de passer quelques temps en plus dans ce bac à sable irrévérencieux et outrageusement vulgaire. Après aux vues du manque de nouveautés réelles (outre celle de l'extension) et la faible qualité du portage, le pack proposé a prix honorable sur PS4 et Xbox One est à réservé à ceux qui avaient raté leur chance sur la génération précédente de consoles.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Pas franchement spectaculaire sur PS3 et Xbox 360, Saint Row IV aurait bien mérité une réelle refonte graphique, même si on a toujours été habitué à une certaine rudesse visuelle de la part de Volition. Las, les différences graphiques ne sont pas légions, même si le soft passera désormais en 1080p et à 60 images par seconde. Les modélisations sont toujours aussi rudes, les animations rigides, et finalement les textures autrefois rêches en deviendraient presque plus fades et baveuses. Le jeu se prend franchement encore un coup dans le pif, et comme les bugs et ralentissement déjà remarqués sur la première version sont toujours là, cela peu faire grogner. On espère vraiment que le futur Saint Row 5 rehaussera le niveau de ce coté là.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020