CODE OF PRINCESS
Japon - 2012
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Code Of Princess »
Genre : RPG
Musique : ACE
Développeur : Agatsuma Entertainment
Durée : moyenne
Langue : Anglais
Distributeur : Atlus
Date de sortie : 28 mars 2013
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Code Of Princess »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Les humains et les monstres vivaient en paix jusqu’au jour où ces derniers ont attaqué le royaume de Deluxia. L’heure était alors venue pour la princesse Solange de s’emparer de la Deluxcalibur et de mettre un terme au chaos ambiant.
Partagez sur :
We do not tolerate looting!

Ça ne s'est pas joué à grand-chose, mais Code Of Princess est bel et bien accessible aux joueurs européens : il faut, cela dit, faire l'impasse sur une version boîte et même sur une traduction en français, mais, au final, nul besoin de dépenser une fortune pour le faire importer.

 

Sans doute peu convaincu par le potentiel commercial de ce titre mêlant Beat'em All et RPG, Nintendo a peut-être voulu laissé à Code Of Princess la chance de vendre au moins quelques figurines indécentes (et pas seulement au niveau du prix) en dehors du Japon. Mais le jeu d'Agatsuma ne s'appuie pas uniquement sur la tenue improbable de sa charmante héroïne pour faire parler de lui : les joueurs de l'ère 32 bits auront sans doute été ravi d'apprendre que derrière ce jeune studio méconnu se cache des noms tels que Tetsuhiko Kikuchi et Masaki Ukyo, respectivement réalisateur et lead programer sur Guardian Heroes. Les similitudes avec le classique de Treasure sont du coup bien plus évidentes, puisque Code Of Princess en est une sorte de successeur spirituel. Il en reprend naturellement le principe : le joueur incarne, au choix, l'héroïne ou l'un des alliés qu'elle rencontre en chemin, et part rosser toute menace qui se dresse en son chemin. Pour faciliter cette tâche, Solange et sa bande peuvent s'appuyer sur tout l'équipement qu'ils empochent en fin de niveau ou encore les points d'expérience, bien utiles pour améliorer leurs différentes aptitudes et caractéristiques.

 

It's illegal to be a zombie ! 

 

Le gameplay est également inspiré par son illustre ancêtre : bien que le jeu soit réalisé en 2D,  il est possible, là aussi, de naviguer entre 3 plans, ce qui offre une porte de sortie en cas de situation épineuse. Seulement, désireux d'adapter une formule riche et complexe au confort de jeu nomade, les concepteurs ont largement simplifier les choses. Il ne faut donc pas compter sur des fins multiples, le déroulement de l'histoire étant tout ce qu'il y a de plus linéaire. Les niveaux sont, par ailleurs, particulièrement courts : un format qui sied au format portable mais qui a sans doute empêcher les créatifs de s'exprimer pleinement. D'où une suite de missions qui se ressemblent inlassablement. Enfin, le plus frustrant réside dans la mollesse de l'action. Malgré les nombreuses techniques dont bénéficient les héros, les combats sont désespérément lents, bien loin de l'énergie affichée par Guardian Heroes. Cela dit, le titre d'Agatsuma demeure assez plaisant, grâce à sa galerie de persos hauts en couleur et des jeux de mots parfois bien trouvés (mais uniquement en anglais). Enfin, les amateurs de Beat'em All apprécieront la présence de modes multijoueurs coopératifs et compétitifs, jouables en ligne comme en local : outre le bonus au niveau de la durée de vie, ces options ont le mérite d'apporter un soupçon d'énergie au jeu. Au final, Code Of Princess est un sympathique compagnon de voyage, mais pas une bombe qui vous scotchera à votre 3DS.

Benoit Barny








Partagez sur :
 

Friandise visuelle pour certains, véritable gêne pour d'autres, la 3D n'a pas le même effet pour tous. Dans le cas de Code Of Princess, c'est simple, elle est inutile : elle n'apporte rien à l'aspect du jeu, alors, quelque soit votre point de vue et votre sensibilité, vous pouvez la désactiver sans le moindre regret. Pour le reste, le jeu d'Agatsuma est très coloré et plutôt propre. On aurait aimé un peu plus de détail, notamment au niveau des personnages, mais l'ensemble à au moins le mérite d'être animé avec fluidité. Enfin, quel dommage que le jeu soit si lent : l'action manque cruellement de nervosité, un comble pour un jeu qui mise autant sur ses phases d'action. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021