INAZUMA ELEVEN STRIKERS
Japon - 2011
Image plateforme « Wii »
Image de « Inazuma Eleven Strikers »
Genre : Sport
Musique : Divers
Développeur : Level-5
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 28 septembre 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Inazuma Eleven Strikers »
portoflio
LE PITCH
Des techniques spéciales spectaculaires combinées à de l'action trépidante pour une expérience de football totalement innovante, voilà le programme d'Inazuma Eleven Strikers sur Wii ! Préparez-vous à découvrir un jeu de football fantastique comme jamais vous n'en avez vu
Partagez sur :
halte aux crampons

Développeur plein d'imagination et de concepts aussi inattendus qu'inespérés (le Professeur Layton pour n'en citer qu'un), Level-5 a eu l'idée saugrenue de faire un jeu de foot à la sauce Final Fantasy / Pokémon. Imparfait, mais extrêmement sympathique, Inazuma Eleven débarque sur Wii avec une horde de supporters, mais a semble-t-il perdu son esprit d'équipe.

 

Il fut un temps où les stars du football dans les cours de récré s'appelaient Olive et Tom ; une vision très nippone du ballon rond où chaque joueur courait des heures et balançait des tirs dans des buts qui se transformaient en angles géant. Improbable, un peu niais dans la trame de fond, mais clairement spectaculaire, la série a nourri depuis nombre d'autres productions du même acabit à l'instar d'Inazuma Eleven, RPG très bien pensé par Level-5 qui occupe sur DS, et bientôt 3DS, un statut d'œuvre coup de cœur. Depuis dérivée en manga (chez Kurokawa) et en série animée (sur Gulli), la licence a clairement pris de l'ampleur et doit nourrir à nouveau quelques conversations passionnées dans les cours d'écoles. Le bon moment donc pour l'éditeur d'amener sa saga sur console de salon, avec un épisode inédit nommé Strikers. Mais étrangement, comme pour favoriser encore une réputation (très) grand public, Inazuma Eleven perd ici tous les ingrédients RPG qui avaient fait sa renommée : pas de scénario, pas de gestion des personnages, pas d'exploration, pas d'aventure... Le soft se présente dans les grandes largeurs comme un jeu de foot arcade où tout au mieux les nombreux héros (dont une bonne part à débloquer) voient leur capacités augmentées au fur et à mesure des matchs et des phases d'entraînement (des mini-jeux peu passionnants).

 

coup de tête


Même le mode solo qui propose de faire grossir peu à peu son équipe de sportifs pleins d'avenir n'est qu'une succession interminable de compétitions et de rencontres répétitives. Parfois difficile d'enchaîner des matches toujours martelés par un commentaire français insupportable et dont, il faut bien le dire, les ressorts sont terriblement plats. S'inspirant ici de vieux titres arcade comme le fameux Nintendo World Cup, plutôt que des simulations façon FIFA, Strikers met ainsi largement en avant les capacités délirantes de ses personnages. Courtes sont les minutes où les joueurs se contentent de quelques passes, les affrontements consistant rapidement en un concours de superpouvoirs autant dans les tacles, les esquives et bien entendu les buts. Des prouesses accessibles d'une simple pression plus ou moins longue de la gâchette de la wiimote, ou d'une secousse selon l'effet recherché, qui ce segmente la tension de la rencontre de récurrentes cut-scenes bien kitchounes à peu de choses près identiques les unes aux autres. Impossible ainsi de placer un but en jouant sur une mise en place tactique avec un jeu bien fignolé de passes et d'accélérations : il suffit le plus souvent de foncer comme un taré le long de la ligne de touche et de bien charger son tir de bourrin. Amusant au début, ce gameplay assez cafouilleux est certes complété par la possibilité de demander aux autres joueurs de tacler l'adversaire, ou encore de quelques préciosités sur la longueur des passes, mais tout cela est véritablement secondaire. Les plus jeunes s'en satisferont sûrement, heureux de balancer des « tirs du dragon » et autres « tacles fantômes » avec trois autres copains, tout en personnalisant laborieusement leur équipe. Les gamers et les vrais footeux, eux, ne pourront retenir quelques soupirs d'ennui.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Reprenant la charte graphique de ses homologues sur portables, Inazuma Eleven Strikers respecte à la perfection les designs des (très) nombreux personnages, et réussit par quelques petits détails à les rendre tous reconnaissables sur le terrain. Pas mal. Surtout qu'avec les couleurs criardes du soft et le léger flou qui frappe l'écran HD, ce n'était pas si évident.  Pour le reste, le titre reste honorable avec des textures cel-shadées agréables mais baveuses, et des animations un poil rigides jusque dans les fameux cut-scenes. Clairement pas l'un des plus beaux jeux de la Wii, Strikers  est le premier opus de la série à profiter d'ailleurs d'un doublage français intégral. Outch, celui-ci rappelle un peu trop ce que l'on entend dans les dessins animés de second zone. Assez agaçant à la longue, surtout que les phrases qui accompagnent les attaches spéciales ou les avancées sur le terrain sont toujours les mêmes. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020