Comme un oiseau sur la branche : Test du Bluray
Tokyo Joe : Test du Bluray
Les Mutinés du Téméraire : Test du Bluray
Rejoignez-nous sur :
Image de « Comme un oiseau sur la branche : Test du Bluray »

Succès parmi d'autre dans une période pavée d'or pour la star masculine Mel Gibson, et en l'occurrence numéro 1 du box office pendant quelques semaines aux USA, Comme un oiseau sur la branche, ne dépasse jamais son ambition de livrer un simple divertissement. Du cinéma pop-corn certes mais définitivement fun et parfaitement emballé.

Image de « Tokyo Joe : Test du Bluray »

Humphrey Bogart imper impeccable, chapeau vissé sur la tête. Bogart gérant d'un tripot dans une ville loin de son pays, Humphrey enfin, attendant seul un avion sur une piste d'aérodrome. Non, nous ne sommes pas à la fin de Casablanca mais bien au début de Tokyo Joe, déclinaison à peine cachée du chef-d'œuvre impérissable de Michael Curtiz.

Image de « Les Mutinés du Téméraire : Test du Bluray »

On se souvient volontiers de l'anglais Lewis Gilbert en habile faiseur responsable de trois James Bond (On ne vit que deux fois, L'espion qui m'aimait, Moonraker). Voire même en auteur d'une étrange comédie à la fois misogyne, misanthrope et dépressive, Alfie le Dragueur (Prix spécial du Jury au Festival de Cannes 1966). Mais peu se rappellent qu'il fut le réalisateur d'un des fleurons du film d'aventures maritime, le réjouissant Les Mutinés du Téméraire.

Image de « Valhalla : Test du Bluray »

Qu'une coproduction entre le Danemark, la Norvège, la Suède et l'Islande accouche d'un film de vikings mettant en scène les Dieux nordiques que sont Odin, Thor ou Loki paraît d'une logique implacable. Valhalla, réalisé par Fenar Ahmad, sentait bon le film énervé et bourrin que tous les spectateurs nostalgiques du 13ème Guerrier de John McTiernan s'attendaient à voir.

Image de « La Dernière balle à pile ou face : Test du DVD »

Pas aussi gothique et opératique que ses petits camarades de l'année 69, La Dernière balle à pile ou face (titre aussi éloquent que sibyllin) était presque invisible chez nous depuis sa première diffusion en salle. Mais ce n'était sans compter sur la collection Western Européen d'Artus Films...

Image de « Evil Dead 3 L'Armée des ténèbres : Test du Bluray »

Pour le plus grand mépris de nos porte-monnaie, la valse des éditions d'Evil Dead 3 se poursuit avec ce disque simple à destination des quelques irréductibles qui auraient rechigné à se procurer les coffrets trilogie parus au mois de janvier. Le film, lui, reste le même, mélange de comédie, d'héroïc fantasy désuète et d'horreur (light).

Image de « Blue Collar : Test du Bluray »

Projeté sur les écrans français exclusivement en sous-titré et dans quelques salles d'élection, Blue Collar disparut longtemps des radars français, atténuant certainement son importance dans le paysage du cinéma américain dit « social ». Premier film de Paul Schrader, meilleur rôle de Richard Pryor, Blue Collar est une chronique résignée de l'effondrement du modèle américain.

Image de « Seules les bêtes : Test du DVD »

Cinéaste discret mais touche à tout, Dominik Moll n'avait pas fait parler de lui depuis un sacré bout de temps. Hormis sa participation à la série d'Arte Eden, le cinéaste aurait même eu tendance à sombrer dans l'oubli.

Image de « Incubus : Test du Bluray »

A ne pas confondre avec l'étrange voyage en espéranto réalisé en 66 par Leslie Stevens, Incubus deuxième du nom est un film d'horreur entre slasher et délires démoniaques qui fit sensation pendant longtemps dans les vidéoclubs. Une curiosité parfois borderline portée par les solides épaules de John Cassavates.

Image de « Les Jeunes Loups : Test du Bluray »

C'est par l'une de ses trouvailles les plus atypiques que Coin de Mire enrichit sa prestigieuse collection « La Séance » : un film dirigé par le grand Marcel Carné qui, malgré tout, tranche violemment avec l'esthétique et la mode de ce cinéma personnifié par Jean Gabin que le réalisateur a largement contribué à inventer et à enrichir.

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020