INCEPTION
Etats-Unis - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Inception »
Genre : Science-fiction
Réalisateur : Christopher Nolan
Musique : Hans Zimmer
Image : 2.35 16/9
Son : DTS HD Master Audio 5.1 anglais, français, allemand, Dolby Digital 5.1 italien et espagnol
Sous-titre : Français, Allemand, Italien, Néerlandais…
Durée : 148 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 2 octobre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Inception »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dom Cobb est un voleur expérimenté - le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est ch...
Partagez sur :
Daydreams

Deux ans après l'impressionnant The Dark Knight, gros carton de l'année 2008 et troisième plus gros succès de tous les temps au box-office, Christopher Nolan revient à la charge avec Inception, une nouvelle machine de guerre prête à tour raser sur son passage, allant jusqu'à redéfinir les règles parfois simplistes des grands blockbusters. La notoriété et les bénéfices colossaux de son dernier film ont fini de convaincre Warner de financer cet ambitieux (et très couteux) projet dormant dans les cartons de l'auteur depuis une dizaine d'années déjà.

Nolan continue d'explorer les domaines qui le passionnent : les mécanismes complexes de la neurologie et de la psychiatrie. Nous avions eu droit à un résultat sidérant lors d'un Memento inoubliable, qui en plus de proposer une innovation majeure dans son montage, évoquait avec une précision très proche de la réalité le fonctionnement des différents systèmes de mémoire et les problèmes de l'amnésie tels qu'ils sont vécus par les malades. Insomnia traitait (indirectement) des problèmes de sommeil et le dytique Batman Begins / The Dark Knight abordait quant les troubles de la personnalité, apportant enfin une vision rigoureuse et aboutie du torturé Bruce Wayne. Inception ne déroge pas aux règles en se plongeant dans les mystères du rêve.

 

non, rien de rien...


Même si l'on ne peut nier quelques points de rapprochement avec Paprika, Matrix (en moins prétentieux) et surtout avec son inspirateur Dark City, où la notion de modulation de la réalité était déjà bien présente, tout cela est intelligemment digéré et Nolan propose avec Inception une idée finalement originale, qu'il maîtrise de A jusqu'à Z, mise en application avec une précision d'orfèvre. Et l'utilisation de ce qualificatif n'est pas usurpée, puisqu'on retrouve en lui, à l'instar de James Cameron, une maîtrise de tous les éléments de son film, jusque dans les moindres détails (amusez-vous à suivre les apparitions de l'alliance de Cobb...), et on perçoit sans peine le travail vertigineux mis en place pour l'élaboration du film. Inception prend ses spectateurs au sérieux en leur proposant un produit d'entertainement dans son sens le plus pur tout en misant sur la maturité et les capacités de déduction de ces derniers : nous ne sommes pas face à du prêt à digérer, et l'ultime plan est là pour nous le rappeler !

 

architecture


On en prend plein les yeux pendant près de 2h30 (pour une fois, la durée est justifiée) sans s'ennuyer une seule seconde. Le scénario est en lui-même une performance : soutenu par un montage impeccable, il reste parfaitement limpide et redouble sans cesse d'audace. Nolan se permet de mêler plusieurs niveaux de réalité tout comme plusieurs niveaux de lecture sans jamais noyer ses enjeux dramatiques, tout en happant ses spectateurs dans cet univers fantasmagorique. Des concepts totalement originaux donc, mais également une pléiade d'acteurs totalement investis et crédibles. Comme pour chacun de ses films, le cinéaste soigne l'écriture de ses personnages, très nombreux, et excelle dans la direction d'acteurs. Et pour emballer le tout, on ne peut qu'admirer les effets spéciaux fabuleux de Double Negative. Parfaitement intégrés à l'action, ils contribuent à nous entrainer toujours plus loin dans ces abîmes oniriques. La scène de combat à la pesanteur variable est à ce titre totalement jubilatoire. Nous sommes donc en face de ce qui restera comme un des meilleurs films de la décennie 2000-2010, et tant aimé que l'industrie du cinéma prenne acte de cette flamboyante réussite pour oser porter à l'écran d'autres films de cette trempe, et oublier les immondices « décérébrantes » (au hasard, Transformers 2). Voilà ce que doit être un vrai blockbuster. Merci.

Jeremy Chateauraynaud








Partagez sur :
 

Image :
Si Inception en mettait plein les yeux lors de sa sortie première sur Bluray, son passage UHD est peut-être légèrement plus complexe. Le film fut capturé sur pellicule, assurant ainsi une solidité et une matière naturelle, mais il a aussi connu une post-production numérique très présente. La source est donc parsemée de plans, de séquences, aux textures plus douces, à la profondeur moins marquée, autant pour des raisons purement techniques que tout aussi souvent pour des choix photographiques. En 4K le fossé avec le simple Bluray n'est ainsi pas aussi spectaculaire qu'avec d'autres titres, même si effectivement le tableau d'ensemble reste plus pointu, plus riche, en particulier du côté des noirs, imposants, et des couleurs aux reflets ambrés suaves et élégants.

 


Son :

On ne pourra que regretter le choix de Warner de ne pas avoir retravailler la piste originale pour un Dolby Atmos plus détaillé et piquant, préférant recaler sur le disque le, très bon et percutant, DTS HD Master Audio 5.1. Ceux qui y gagnent ce sont les adeptes de la version française qui pour le coup profitent d'une nouvelle amplitude avec un DTS HD Master Audio 5.1 qui écrase sans vergogne le Dolby Digital d'autrefois. Boostés par les basses véhiculées par la BO sourde de Hans Zimmer, parsemés d'éclatement de verres aux échos lointains et de mouvements dynamiques, ces mix restent clairement spectaculaires.

 


Interactivité :
Aucun supplément n'est présent sur le disque UHD pour des questions de confort et de compression, le pack préférant proposer dans son boitier les deux Bluray proposés en 2010. Celui du film offre le mode « extraction » qui, en toute fluidité, intègre au film une quarantaine de minutes de scènes commentées, featurettes sur les coulisses et interviews, révélant les clés de ce qui trame à l'écran. Ces séquences peuvent être visionnées indépendamment du film. Sur le second disque, on retrouve également, en plus des traditionnels diaporamas et autres bandes annonces, une BD animée intitulée Mission Cobol, les grands thèmes du film d'Hans Zimmer en 5.1 (en DTS HD Master Audio) et un intéressant documentaire présenté par Joseph Gordon-Lewitt sur la thématique générale des rêves. L'inconscient, le contrôle, le sens, de quoi venir nourrir plus encore la vision de Christopher Nolan.

 

Liste des bonus : Mode "Extraction", insertion de modules making of en cours de visionnage (44'), Les rêves : le cinéma du subconscient (44'), Inception : la mission Cobol (15'), 10 morceaux de la bande originale du film en DTS-HD MA 5.1  (39'), Galerie d'art conceptuel (32 dessins), Archive d'art promotionnel (12 affiches), Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019