THX 1138 DIRECTOR'S CUT
Etats-Unis - 1971
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « THX 1138 Director's Cut »
Genre : Science-fiction
Réalisateur : George Lucas
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais en DTS-HD Master Audio-5.1, français en Dolby Digital Mono
Sous-titre : Français, Anglais et divers
Durée : 89 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 26 novembre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « THX 1138 Director's Cut »
portoflio
LE PITCH
Au XXVe siècle, dans une cité souterraine qui ressemble à une termitière humaine où chacun s'identifie par un code de 3 lettres et 4 chiffres, THX 1138 est un technicien tout à fait ordinaire travaillant sur une chaîne d'assemblage de policiers-robots. Un jour, il commet pourtant un acte irréparable : lui et sa compagne LUH 3147 font l'amour dans une société qui l'interdit formellement.
Partagez sur :
Noir c'est... blanc.

Prompt à ré-exploiter l'intégralité de son catalogue au format Blu-ray, Warner exhume en Haute Définition le premier long-métrage de George Lucas, futur auteur de La Guerre des Etoiles.

 

La passion de Lucas pour les serials d'antan, en particulier le science-fictionnel Flash Gordon, est on le sait à l'origine même de la saga Star Wars. Etonnamment, cette référence est également davantage citée par le cinéaste à l'égard de THX 1138 qu'un plus évident 1984 de George Orwell : derrière la description clinique et dépouillée d'une civilisation refermée sur elle-même, à la merci d'une entité régnante aussi despotique qu'invisible, on retrouve ainsi, à travers le personnage magnifiquement campé par Robert Duvall, la trajectoire du héros classique telle qu'exposée semaine après semaine dans Flash Gordon. Exposition et isolement progressif du personnage, chute impitoyable après un acte de rébellion formel (ici un acte sexuel, interdit par la loi), renaissance et dévolution éperdue à une mission (s'évader de la cité, ce que personne n'a jamais fait avant lui)... Son petit Joseph Campbell illustré en main, Lucas convoque les plus ancestraux des mythes héroïques, en découpant minutieusement son récit en trois actes, la longue course-poursuite finale répondant à plus de vingt minutes de pure aliénation.

 

Etouffement par le vide

 

L'aliénation est justement au cœur même de THX 1138, la deshumanisation progressive des êtres inspirant au cinéaste des cadres vides, d'un blanc à la fois paradisiaque et cauchemardesque, représentation du vide total qui nourrit les existences de ces pantins interchangeables, dont les occupations sont soit d'épier leurs voisins pour le compte du « tout puissant », soit de construire à la chaîne des robots qui leur rendront, douce ironie, la vie impossible. Difficile, dans ce contexte, de ne pas regretter les inserts richement colorés du Director's Cut de 2004, qui en plus d'ouvrir l'univers décrit (décors désormais gigantesques, usine de robot explorée en détail), trahissent justement cette sensation d'absence, d'étouffement. Le film, toujours aussi passionnant quarante ans après sa sortie, reste tout de même plus intègre que les Editions Spéciales des trois premiers Star Wars, et il faudra dans tous les cas se faire à ces corrections un tantinet révisionnistes : laissé de côté par le Blu-ray, le montage d'origine a bien peu de chance de refaire surface à l'avenir.

Alexandre Poncet

 

Partagez sur :
 

Image :

Tourné en Super 16mm afin de profiter d'un semblant de Cinémascope, THX 1138 n'affronte pas les productions actuelles sur leur terrain. Le grain est évidemment excessif compte tenu de la pellicule utilisée, mais c'est aussi ce qui fait le charme du long-métrage, voire sa puissance d'évocation. Un blanc virginal envahissant souvent le cadre, le bruit de la l'image lui oppose une atmosphère inconfortable, d'autant mieux restituée par ce Blu-ray très respectueux de l'expérience originelle. Dommage, les effets visuels très perfectionnés et propres de la version de 2004 s'intègrent assez mal à l'ensemble.

 

Son :

Première constatation : on aurait aimé bénéficier du mono d'origine. Entièrement remasterisé pour son édition DVD de 2004, THX 1138 profite tout de même d'un mixage 5.1 supervisé par George Lucas lui-même, ce qui nous évite les aberrations habituelles. La spatialisation reste subtile, et met surtout en avant la bande sonore très étrange de Lalo Schifrin et Walter Murch. Les dialogues ont plus une valeur de texture que d'information. Le DTS-HD Master Audio Anglais reste évidemment la piste à privilégier, la VF Dolby Digital étant bien moins immersive.

 

Interactivité :

Le Blu-ray reprend l'intégralité des suppléments DVD, sans aucun extra produit spécifiquement pour le nouveau support de Sony. Le commentaire audio de George Lucas et de son co-scénariste / concepteur sonore Walter Murch est un document indispensable à tout cinéphile, le discours évoquant avec une finesse d'analyse inespérée les influences, l'écriture du projet, la direction des acteurs, les choix esthétiques (dont, bien sûr, la bande sonore expérimentale), les craintes multiples durant la production (« heureusement que Warner n'a jamais vu les rushes lorsqu'on tournait sur fond blanc ; ils m'auraient viré sur le champ ! » dixit Lucas)... Un vrai bonheur, en dépit de l'absence du montage d'origine de 1971. Murch a également droit à deux suppléments dédiés, d'une part une piste isolée de ses effets sonores, accompagnés du score en sourdine de Schifrin, de l'autre une série de modules mettant en valeur ses techniques expérimentales. Le plus passionnant reste la combinaison de deux documentaires, le premier narrant en une heure la naissance d'American Zoetrope, la compagnie de Francis Ford Coppola (tout un pan de l'histoire du cinéma américain, en soi), la seconde revenant en une demi-heure sur le tournage fauché mais ambitieux de THX 1138. Le court-métrage d'un quart-d'heure à l'origine du film, THX 1138 AEB, est présenté en annexe, et a surtout une valeur d'archive. Des bandes-annonces et une featurette d'époque, dans laquelle Coppola interroge Lucas, boucle le programme.

 

Liste des Bonus : Commentaire audio, Piste musicale et sonore isolée, Featurette sur le son, 2 documentaires, Cour-Métrage THX 1138 4EB de George Lucas, Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020