OUT OF AFRICA
Etats-Unis - 1985
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Out of Africa »
Genre : Drame, Fresque
Réalisateur : Sidney Pollack
Musique : John Barry
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais en DTS-HD Master Audio-5.1, français en DTS
Sous-titre : Français, Anglais et divers
Durée : 161 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 19 octobre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Out of Africa »
portoflio
LE PITCH
Après une déception amoureuse, la jeune Danoise Karen décide de se marier et de s'embarquer pour l'Afrique. Vite délaissée par un mari volage, elle se consacre à la culture des caféiers et fait figure de pionnière. Son amitié pour l'aventurier Denys se transformera en amour mais elle ne saura pas retenir cet homme épris de liberté.
Partagez sur :
Out of a Dream

Les comédies romantiques, aujourd'hui, ce n'est pas cela qui manque. La romance et le romanesque ont en revanche quasiment déserté les écrans, ne reprenant leur souffle qu'à l'occasion de rares bandes ambitieuses. Quintessence de la fresque romantique sortie à une époque majoritairement dirigée vers un manichéisme clippé (nous sommes en 1985), Out of Africa ressort aujourd'hui en Blu-ray. L'occasion de se replonger dans l'un des longs-métrages les plus langoureux et dépaysants de ces trente dernières années.

 

Tiré d'une histoire vraie, contée dans une démarche de survie par une aristocrate vieillissante et esseulée, Out of Africa se présente d'emblée comme un souvenir, avec ce que cela implique de proximité et de fantasme. Prenant le point de vue de son héroïne campée par une Meryl Streep au sommet, le film de Sidney Pollack saisit les composantes essentielles de l'histoire rapportée à la manière d'un miroir déformant, chaque regard ou chaque rencontre titillant une sensibilité à fleur de peau. La liaison impossible entre une propriétaire de ferme dans une colonie du Kenya et un aventurier accro aux soirées arrosées et aux safaris évolue ainsi au sein d'un cadre vérolé par les codes et les bonnes mœurs, et s'épanouit de manière détournée, la sensualité découlant autant d'une peau effleurée que de joutes verbales passionnées, mise en exergue par une écriture précise. L'émotion surgit dès lors au moment où l'on s'y attend le moins, Pollack amenant son compositeur à avancer en contradiction du film, à se lancer dans des envolées lyriques éblouissantes alors que le spectacle tend à se raréfier.

 

Jadis, l'Afrique

 

D'Out of Africa, Pollack tire également un bilan amer de la découverte de l'Afrique par la civilisation blanche ; le fait que l'intrigue se situe à un moment charnière de la colonisation, mais aussi de l'industrialisation et de l'accession à la technologie (par exemple, l'utilisation de voitures dans les safaris, qui aboutira en définitive à une accélération incontrôlable du braconnage) a vraisemblablement attiré le cinéaste au même titre que sa romance. Filmé avec une admiration sans borne, notamment lors d'une séquence aérienne soutenue par la mélodie entêtante de Barry, le continent africain s'expose ici comme un paradis voué à se perdre, un écosystème sans pitié mais cohérent au sein duquel l'arrivée du visage pâle, de ses réappropriations géographiques et de ses enseignements chrétiens constitue une menace presque maladive. Même en filigrane d'une intrigue sentimentale bouleversante, le constat reste encore aujourd'hui glaçant.

Alexandre Poncet

 

Partagez sur :
 

Image :

Oubliez le DVD, truffé de défauts de pellicule et de taches en tous genres. Sans atteindre la qualité technique d'un blockbuster récent, la copie HD d'Out of Africa retrouve ses couleurs et ses contrastes d'origine, puissants, ainsi qu'une somme de détails éclatant dès le générique d'ouverture, voyant un train traverser l'immensité des plaines du Kenya. Le grain a été préservé de belle façon, donnant une sensation de projection 35mm bienvenue.

 

Son :

Présentée en DTS-HD Master Audio, la piste anglaise met bien sûr en avant l'incroyable partition de John Barry, et l'on ne s'en plaindra pas. Les dialogues sont d'une précision redoutable, et jamais étouffés par le reste de la bande sonore, et les bruitages ont été respatialisés de manière subtile et intelligente. La version française, présentée en DTS 5.1, est elle aussi immersive, et bénéficie d'un doublage plutôt réussi, comme souvent à l'époque.

 

Interactivité :

Si le commentaire audio de Sidney Pollack nous en apprend énormément sur sa découverte de l'œuvre originale, ses choix de mise en scène et ses méthodes de travail avec les acteurs, le documentaire d'1h12 consacré à l'histoire de la vraie Karen Blixen et au tournage de son adaptation cinéma constitue le supplément le plus passionnant du Blu-ray. Produit pour le DVD, ce making of détourné se pare d'un point de vue étonnamment humain, une voix off contant à la première personne la fameuse romance tandis que Pollack, Meryl Streep et bien d'autres reviennent sur les défis principaux du long-métrage. L'occasion d'entendre plusieurs versions de certaines anecdotes (notamment le face-à-face entre Streep et un lion), ou de revenir sur la valeur spirituelle du récit. Une bande-annonce et quinze minutes de scènes coupées (à juste titre), présentées en qualité assez pauvre, concluent l'interactivité.

 

Liste des Bonus : Commentaire audio de Sidney Pollack, Scène coupée, Making of, Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020