DRAGONS
How To Train Your Dragon - Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Dragons »
Genre : Heroic Fantasy
Réalisateur : Chris Sanders, Dean DeBlois
Musique : John Powell
Image : 2.35 16/9
Son : Dolby True HD 5.1 anglais, Dolby Digital 5.1 français, néerlandais…
Sous-titre : Français, anglais, suédois…
Durée : 98 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 2 novembre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Dragons »
portoflio
site officiel
LE PITCH
L'histoire d'Harold, jeune Viking peu à son aise dans sa tribu où combattre les dragons est le sport national. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec un dragon qui va peu à peu amener Harold et les siens à voir le monde d'un point de vue totalement différent.
Partagez sur :
Feu de tous bois

Alors qu'une certaine homogénéisation touche manifestement les créateurs de cinéma d'animation en synthèse aux USA, Dreamworks crée la surprise avec un film d'aventure rythmé, inventif et sensible. Pour une surprise...

 

Champion du box office mais aussi mastodonte qui se mord la queue depuis ses débuts, le studio d'animation Dreamworks n'a rien trouvé de mieux pour marquer sa différence que d'opérer un anti-Disney primaire et particulièrement limité. Ainsi malgré des qualités de divertissement assez fonctionnelles, Shrek, Madagascar et autres Kung-fu Panda reposaient sur un même schéma faussement non-moralisateur, vaguement cool, bavard et se contentant d'aligner pendant 90 minutes des clichés et clins d'œil à tous les étages. A ce titre les suites de Shrek pratiquent allègrement l'overdose. Curieux donc que Dragons soit estampillé du même logo, tant les ambitions sont ici drastiquement opposées. Quelques bonnes vannes certes, et pour les plus pointus une ou deux références assez classieuses, mais ce divertissement tout aussi familial préfère miser sur un scénario classique mais admirablement écrit (les dialogues sont d'une grande précision). Une hausse qualitative qui permet aux personnages, vikings et dragons, de dépasser le stade des caricatures habituelles et montrer ainsi une profondeur étonnante. Un travail que l'on retrouve dans une animation fouillée où chaque expression ou attitude sonne vraie.

 

belles écailles

 

Techniquement d'ailleurs le film rejoint clairement les canons du concurrent Pixar avec ses mouvements amples mais naturels, ses décors subtils et évocateurs... et surtout une mise en scène dynamique, énergique et particulièrement maîtrisée, permettant aux envolées de créatures et à la charge finale de faire de Dragons un authentique film épique. De l'attaque initiale du village par une armée de lézards à l'entraînements des novices au massacre de bestioles, la caméra suit les trépidations du pauvre Harold et sa maîtrise du dialogue animal avec une efficacité de chaque instant, entre poésie et mouvements musclés. Une telle péloche mêlant ainsi aventure, action, magie, humour et sentiments, on n'avait pas vu ça depuis des années (on pense au Dragon du Lac de feu, aux Goonies). Car même question émotion, ce ne sont pas les habituelles relations amoureuses gnian-gnian qui sont mises en exergue, plutôt une authentique réflexion sur les relations père-fils, une illustration vibrante des dégâts des préjugés et tout simplement une grande histoire d'amitié entre un jeune homme « pas comme les autres » et un dragon légendaire attendrissant. Un mélange improbable de Totoro et du 13ème guerrier en somme, qui fonctionne à la perfection, sûrement grâce au talent des deux réalisateurs Chris Sanders et Dean DeBlois... ni plus ni moins que les papas émérites de Lilo & Stitch !  Inutile de préciser qu'après une nouvelle réussite de ce calibre, on attend de pied ferme leur prochain The Croods, qui reviendra sur la découverte du feu.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Image :
Comme ses confrères de Dreamworks, Dragons s'étale sans vergogne sur un transfert de (très) haute qualité. Sa nature de film en images de synthèse se prête naturellement au format HD, permettant d'afficher une profondeur de champ impressionnante et surtout un rendu fourmillant de détails (les poils de barbe, le tramage du tissu) jusque dans des décors sublimement naturels. La compression, parfaite, s'allie à des couleurs contrastées et chaudement soulignées, tandis que les noirs, immuables, parachèvent le spectacle. Un master parfait en tout point qui se paye le luxe de faire naître une sensation de léger relief sans même l'option 3D pour les nouveaux écrans.  

 

Son :
Même confort idéal en ce qui concerne la piste sonore anglais Dolby True HD 5.1 qui impulse une dynamique des plus soutenues au long-métrage. Les scènes de vol à dos de dragons font siffler le vent aux oreilles, les ambiances sont particulièrement bien restituées et la gymnastique globale est on ne peut plus généreuse. Dommage que le simple Dolby Digital 5.1 français ne soit pas de la même envergure, bien plus timide, et ce malgré un doublage assez réussi.

 

Interactivité :
Décidément Paramount n'a de cesse de faire des effort plus que louables pour accompagner ses films avec un maximum de bonus. Il faut en passer ici par une poignée de petit making of s'intéressant aux acteurs de doublages, aux techniques utilisées pour animer ce petit monde, le travail d'adaptation du roman ou un cours de dessin... Tout cela privilégie constamment un son assez didactique (voire scolaire) pour être sûr que les enfants suivront sans décrocher. Pas toujours très approfondi donc, mais la cible devrait y trouver son compte. Les plus grands, eux, devraient se diriger directement vers le commentaire audio réunissant les réalisateur Chris Sanders & Dean DeBlois et le producteur Bonnie Arnold. Chacun y va de ses goûts et de ses souvenirs mais surtout, tous trois n'hésitent pas à creuser les thématiques du film, leur exigence technique ou argumenter le choix de retirer la musique lors de certains passages (très rare dans le cinéma d'animation américain). Clairement passionnant, même si l'on aurait aimé que son pendant en PIP reprenant la piste audio agrémentée de featurettes ou d'extraits de story-boards et d'animatiques ait été traduite pour la localisation en France. Enfin, le supplément qui mettra clairement tout le monde d'accord, c'est Harold et la légende du Pikpoketos, un court-métrage inédit (disponible séparément en DVD) qui s'écarte sensiblement de la tonalité du film mais se révèle un cartoon, mélangeant synthèse et animation traditionnelle, particulièrement réussi et frappadingue. 

 

Liste des bonus : Commentaire audio des créateurs du film, Option PIP : Le coin des animateurs, Harold et la légende du Pikpoketos (16'), Distribution de vikings (11'), Art et techniques (10'), L'histoire de l'histoire 8'), Objectif médaille d'or, Comment dessiner un dragon 11'), Ton profil de viking, scènes inédites (9'), juke-box vidéo Dreamworks, Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020