ROBIN DES BOIS
Robin Hood - Etats-Unis / Angleterre - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Robin des Bois »
Genre : Aventure
Réalisateur : Ridley Scott
Musique : Marc Streitenfeld
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais en DTS-HD Master Audio, Français en DTS
Sous-titre : Français, Anglais et divers
Durée : 140 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 5 octobre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Robin des Bois »
LE PITCH
À l’aube du treizième siècle, Robin Longstride, humble archer au service de la Couronne d’Angleterre, assiste, en Normandie, à la mort de son monarque, Richard Coeur de Lion, tout juste rentré de la Troisième Croisade et venu défendre son royaume contre les Français. De retour en Angleterre et alors que le prince Jean, frère cadet de Richard et aussi inepte à gouverner qu’obnubilé par son enrichissement personnel, prend possession du trône, Robin se rend à Nottingham...
Partagez sur :
Dans le mille

Fruit d'un Developpement Hell impressionnant, durant lequel il passera par tous les extrêmes (une première version du script, intitulée Nottingham, prenait le point de vue du célèbre shérif), le Robin des Bois de Ridley Scott nous arrive finalement assez assagi, proche, dans l'esprit, de la légende qu'il ressuscite. Ce qui, compte tenu du matériau de base, est loin d'être une mauvaise nouvelle.

 

On craignait, au son des premières annonces, une perversion de l'univers de Robin Hood au profit d'un remake déguisé de Gladiator. Ce qui, après tout, n'aurait pas été un scandale, le mythe du voleur au cœur pur ayant purement et simplement été inventé par les pauvres de son temps. Certes, le réalisateur de Kingdom of Heaven encanaille l'univers du personnage, n'hésitant pas à nous faire sentir la puanteur des lieux traversés, la rigueur de l'époque et les instincts crapuleux de la plupart des protagonistes (ce qui nous vaut, entre autres, quelques répliques hilarantes de Max Von Sydow, exceptionnel dans le rôle du beau-père protecteur de Marianne). Ce faisant, Scott n'entend pourtant pas trahir la tradition orale, mais plutôt l'ancrer dans une réalité palpable et une humanité forte, à des années-lumière du sympathique mais fantaisiste Prince des Voleurs de Kevin Reynolds. Pas de sorcière, de Maure rapide comme l'éclair ou de méchant qui riboule des yeux ici, mais des caractères bien trempés, attachants et justes, dont la cohésion s'impose en seulement quelques saynètes (Scott Grimes, Mark Addy en Frère Tuck et Kevin Durand en Petit-Jean sont sensationnels).

 

La grande aventure

 

Reposant progressivement les fondations du mythe, jouant avec l'inconscient collectif sans toutefois s'enfermer dans un maladroit Robin Hood Begins (les enjeux dramatiques attendus sont bel et bien présents dès les deux premiers actes, à commencer par la très belle Love Story entre Robin et Lady Marianne), Scott ouvre la voie à une véritable saga qui, une première dans le cas de l'archer virtuose, pourrait légitimement s'étaler sur plusieurs films. On ne s'en plaindrait pas, à vrai dire, tant Scott parvient à saisir au vol un véritable souffle de grande aventure, les écarts guerriers du long-métrage se faisant avant tout l'écho d'une quête intime. Concentré sur ses héros davantage que sur ses armées (nous ne sommes pas dans Kingdom of Heaven), le cinéaste signe avec Robin des Bois un irrésistible film d'action médiéval, rythmiquement grisant, et dont la maîtrise graphique fait largement honneur à son icône (les rares combats à l'arc valent bien les prouesses de Legolas dans Le Seigneur des Anneaux). Si la partition irritante et hors de propos de Marc Streitenfeld tendrait à diminuer la portée de certains morceaux de bravoure, on sort de ce Robin des Bois nouveau repu... Suffisamment du moins pour attendre que Scott, Crowe et leur équipe de choc daignent nous concocter une suite.

Alexandre Poncet

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

Bénéficiant d'une superbe photographie de John Mathieson, Robin des Bois affiche en Blu-ray une profondeur de champ spectaculaire (la bataille d'ouverture propose des tableaux épiques et extrêmement détaillés), et des textures au relief  quasiment palpable. La roche, l'écorce des arbres, la paille etles points d'eau sont d'un réalisme absolu, profitant de surcroît de contrastes puissants et d'atmosphères parfaitement rendues, que l'on soit en sous-bois, en intérieur, au coin du feu ou en pleine bataille, sur une plage fouettée par la pluie et le vent. Ridley Scott a toujours un oeil incroyable, et ce Blu-ray lui fait honneur.

 

Son :

Défaut majeur de cette nouvelle lecture du mythe de Robin des Bois, la musique de Marc Streitenfeld bénéficie d'un mixage assez étrange : mis trop en avant lors des morceaux les plus ineptes (le thème du personnage de Mark Strong, notamment), le score s'efface lors des mélodies un peu mieux écrites. Les bruitages sont en revanche tonitruants, les épées s'entrechoquant avec fracas à travers la matrice du DTS-HD Master Audio anglais. Un mixage puissant, faute d'être artistiquement très cohérent.

 

Interactivité :

Le disque américain proposait un making of d'une heure et des esquisses de Ridley Scott visibles en format U-Control, ainsi que treize minutes de scènes coupées réinétégrées dans aucune des deux versions du film. Hélas il semblerait que la filiale européenne d'Universal ait décidé d'alléger le contenu du Blu-ray pendant la traversée de l'Atlantique. A moins que le Blu-ray que nous ayons pu tenir entre nos mains ne soit pas représentatif de l'objet final, mai nous en doutons fortement... En guise de making of, donc, on n'a plus droit ici qu'à une option U-Control un peu sommaire intitulée "Carnet de bord du réalisateur", Scott et quelques comparses revenant sur les principaux défis scénaristiques et visuels du projet dans des courtes featurettes s'affichant en surimpression du film. Le menu des suppléments, quant à lui, se réduit à une poignée de galeries d'images et de concepts se concentrant sur les décors, les costumes, les concepts divers... Sympathique, mais pas renversant. Passée la déception, reste le plaisir de redécouvrir le film en Director's Cut, lequel approfondit la Love Story entre Marianne et Robin de façon très élégante, ou redonnant un vrai rôle aux enfants de Sherwood. En termes de fluidité, d'émotion et de profondeur, le film est bien meilleur.

 

Liste des Bonus : Commentaire audio, U-Control, Version Longue, Making of, Scènes coupées, Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020