LOVELY BONES
The Lovely Bones - Etats-Unis / Angleterre / Nouvelle Zélande - 2009
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Lovely Bones »
Réalisateur : Peter Jackson
Musique : Brian Eno
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français, anglais, néerlandais
Durée : 135 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 15 juin 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Lovely Bones »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Assassinée par un voisin détraqué, la jeune Susie Salmon ne peut trouver le repos et erre dans les limbes. De son entremonde, elle surveille son père qui ne trouve de réconfort que dans une enquête acharnée et son meurtrier, attendant patiemment que justice lui soit rendue.
Partagez sur :
De beaux restes

Après Tolkien, Peter Jackson s'attaque à une nouvelle adaptation littéraire, celle de La Nostalgie de l'Ange d'Alice Sebold, livre pour ados méconnu par chez nous. Hélas on peut déjà prédire, le même destin au film: bien qu'objectivement réussi, il lui manque le je-ne-sais-quoi qui fait qu'on ressort d'une salle tout "émotionné" et pourtant de l'émotion... ce n'est pas ce qui manque dans Lovely Bones!

 

Si Lovely Bones ne ressemble en rien à ce que l'on était en droit d'attendre de Master Jackson, le film dilue une niaiserie certaine dans un concentré de génie. Au final, P.J choisit d'aborder un thème aussi glauque que la mort d'une enfant avec une naïveté aussi bien visuelle que scénaristique. La jeune morte évolue dans un monde que l'on pourrait croire storyboardé par Magritte ou Dali et seule la scène de réveil post-mortem dans la salle de bain ensanglantée de l'assassin file réellement la nausée. Pour le reste, quand Susie ne part pas dans des trips psychédéliques avec sa copine/guide spirituel/fantôme de compagnie, elle contemple avec regrets le monde qu'elle vient de quitter.

 

let the sun shiiiiine


Adapté d'un roman pour ados La Nostalgie de l'Ange, Lovely Bones conserve sa cible teenage. Peter Jackson fait vibrer avec brio notre corde sensible en nous permettant de d'être avec Susie, les observateurs cette famille lambda qui se déchire autour d'un drame, du genre de ceux qui brisent les êtres de façon irréversible. Un drame très euphémisé voir policé qui évite le dérangeant dès que possible. Si le père (Mark Wahlberg dans ses très bons jours) n'hésite pas à exprimer son désespoir et sa rage à travers la plus belle scène du film, les sentiments de la principale concernée sont soigneusement passés sous silence. Une petit crise de larmes ("Mon Dieu, je suis morte?") tout au plus. Susie évoque son meurtre avec la raison et la philosophie d'une octogénaire, contournant ainsi l'écueil du film pleurnichard mais perdant aussi en crédibilité.

 

Mention passable


On est donc à mille lieues de Bad Taste, Fantômes contre Fantômes ou Braindead. Le film se divise en deux univers qui s'emmêlent. Les scènes où Susie regarde ce qui se passe dans notre monde dressent un portrait réussi d'un voisinage d'apparence tranquille soumis à un évènement terrible qu'aucun n'aurait pu envisager. Et de fait, l'identification à ceux qui restent se fait sans mal. En revanche les scènes consacrées à l'entre-deux-mondes de Susie passent une fois sur deux, ces espèces de trips sous acide ne desservant pas toujours l'histoire. Résultat : un film en dents de scie qui dépasse un peu trop souvent la frontière entre enfantin et neuneu. Dommage pour le sujet de fond qui en pâtit et qui aurait mérité une plus grande introspection du personnage principal.

Delphine Drieu La Rochelle

AUTRE AVIS :
Un film d'équilibriste, d'une densité scénaristique rare, au montage d'orfèvre, qui atteint quelques vrais sommets émotionnels. En prime, au moins trois scènes ressuscitant le génie du grand Alfred. Gageons que certains déçus de la première vision sauront faire leur Mea Culpa au fil des ans !

                     Alexandre PONCET

Film : 6/6







Partagez sur :
 

Image :

Prodigieuse, la qualité d'image du Blu-ray de Lovely Bones prouve à quel point Peter Jackson s'intéresse à l'avenir de ses films. Si l'on attend encore des éditions collector dignes de ce nom de ses premiers ouvrages néozélandais (il n'est pas fortement à mettre en cause, les droits de chaque film étant éparpillés aux quatre vents), cette édition propose un master prodigieusement précis, à la clarté exemplaire, aux couleurs chaudes et parfaitement délimitées, au niveau de détail tellement élevé qu'on se croierait devant une projection en relief. Les effets visuels de Weta Digital se révèlent encore un peu plus au passage, un arrêt sur image bien senti permettant d'en contempler la richesse et la complexité.

 

Son :

Le DTS-HD Master Audio anglais place la voix off de Susie comme une déesse nichée au sommet d'une montagne, son timbre doux et caressant surplombant les autres voix et effets sonores. La spatialisation, très bien pensée et évitant autant que possible les variations de volume habituelles du format Blu-ray, joue également beaucoup sur le côté immersif de la bande originale de Brian Eno, souvent utilisée pour relier des séquences a priori indépendantes les unes des autres. Un vrai support de mise en scène, en somme.

 

Interactivité :

Cinéphiles pas encore équipés, vous pouvez hurler : le DVD ne contient pas le moindre supplément. Ceux-là sont réservés au collector Blu-ray, dont le second disque contient un incroyable making of de trois heures suivant jour après jour (sans oublier un seul jour !) le tournage du long-métrage.

Bâti à partir d'animatiques, de scènes coupées, d'images des coulisses (à noter une apparition de Steven Spielberg lors du seul jour où tout va de travers) et de prises non retenues au montage (sans compter les différents angles de caméra pour des scènes données, juxtaposées en split screen), le documentaire permet d'évaluer la somme de travail et les choix de mise en scène nécessaires à un tel projet. Des choix qu'explicitent Peter Jackson et sa co-scénariste Philippa Boyens (Le Seigneur des Anneaux), seuls personnalités interviewvées afin que le débat ne parte pas dans tous les sens. On savait Jackson passionné par les possibilités interactives du Home Cinema grâce aux collectors de Fantômes contre fantômes et Le Seigneur des Anneaux : le Blu-ray de Lovely Bones, dans son traitement foncièrement novateur, en est une nouvelle démonstration.

 

Liste des Bonus : Making of (3h).

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020