L’AGE D’OR DU X AMéRICAIN PARTIE 3
Inside Desiree Cousteau / Insatiable - Etats-Unis - 1979 / 1980
Image plateforme « DVD »
Image de « L’Age d’or du X américain Partie 3 »
Genre : Erotique
Réalisateur : Leon Gucci, Godfrey Daniels
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Anglais et français mono
Sous-titre : Français
Durée : 75 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 2 juin 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L’Age d’or du X américain Partie 3 »
portoflio
LE PITCH
Inside Desiree Cousteau : Desiree cherche à découvrir pourquoi elle provoque systématiquement le désir chez les hommes qu’elle croise. Empruntant diverses identités, elle tente bien de trouver un job décent, mais ses formes plantureuses et son incurable naïveté ont, à chaque fois, raison de sa bonne volonté. Elle se résoudra à accepter sa véritable vocation : porno star ! Insatiable : Sandra Chase, un top américain riche et célèbre, est troublée par des flashbacks sexuels int...
Partagez sur :
Sex Bombs

Après la mise en avant de Gerard Damiano, la collection culottée de Wild Side Video s'intéresse à deux des plus grandes actrices du genre et de l'époque : Desiree Cousteau et Marilyn Chambers. Deux corps très différents qui vont pourtant accueillir avec la même envie l'imposant John C. Holmes.
 

Les connaisseurs ont beau s'égosiller pour faire reconnaître aux débuts du cinéma pornographique une vraie reconnaissance en tant que genre légitime, l'ensemble de la production n'a pas toujours été particulièrement inspirée. En l'occurrence, les deux films de cette sélection portent les marques du début de la fin de l'âge d'or (tournés en l'occurrence en 1979 et 80), se contentant peu à peu de mettre en avant le casting et quelques scènes plus corsées pour la promotion, au mépris de scénarios de plus en plus restreints et d'une ambition en berne. Difficile de cacher cet état de fait dans le métrage-compile Inside Desiree Cousteau, censé reconstituer quelques faits marquants de la vie de la demoiselle au corps de rêve (on la croirait tout droit sortie d'un strip de Playboy). Une succession de scènes plus ou moins originales, qui choisissent clairement le ton de la comédie, voire du comique troupier pour démontrer comment l'ingénue se retrouve systématiquement sur le dos à chaque nouvelle offre d'emploi. Très souriant, mais pas franchement marquant, ce Inside de passage égratigne même certaines de ces scènes hot par des musiques in-à-propos (fanfare de cirque, bruitages dissonants...). Restent tout de même au programme pas mal d'échanges saphiques, une orgie finale assez naturelle (mais il faut supporter des participants pas forcément très bandants) et surtout une rencontre historique avec l'extraordinairement membré John C Holmes (dont la vie à inspirée le scorcesien Boogie Nights de Paul Thomas Anderson) : plus de 30 centimètres au garrot !

 

Enragée

 

Possédant un corps beaucoup moins voluptueux que sa camarade, Marilyn Chambers affiche pourtant la même mine réjouie quand Holmes vient participer à son Insatiable. D'où une séquence de sodomie presque homérique qui reste pour beaucoup l'un des grands moments de l'histoire du porno. Il faut dire que les deux partenaires étaient alors à leur apogée. Le mandrin géant connaissait la gloire en vendant des films sur son seul nom (ce qui pour un homme reste très rare) et la musculeuse de Behind The Green Door sortait tout juste d'un détour dans le sublime de Rage de David Cronenberg. Malheureusement pour le reste, on se retrouve avec une production ne faisant qu'annoncer les futurs clichés de l'école type Marc Dorcel : demeure luxueuse, robes et bijoux clinquant, voitures de rêve, scènes qui s'enchaînent avec le naturel d'un soap mexicain... Insatiable reste l'un des films les plus chers de l'époque, présentant des séquences inutiles tournées dans les rues de Londres ou une virée m'as-tu-vu en hélicoptère. Exploration plan-plan des turpitudes sexuelles d'une jeune mannequin en passe de tourner son premier film, Insatiable est tout de même recommandable pour une utilisation inédite de quilles de bowling, la plastique des actrices et une séquence onirique plutôt bien shootée. Mais au final ce genre de choses, on en trouve aussi bien dans les réalisations actuelles.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Moins datés que les réalisations de la vague précédente, ces deux films proposent des copies largement plus propres. Les taches et stries se font bien plus rares et le travail soigné de l'éditeur n'en est que plus évident. Le grain de pellicule est certes présent mais jamais trop envahissant et les couleurs gardent une jolie vigueur. Difficile d'imaginer un jour voir ces films dans un meilleur état, d'autant que la compression se montre ici plus que solide.

 

Son :
Le bon vieux mono d'origine vient refaire un tour sur ces galettes. Relativement propre, avec un petit côté naturel assez étonnant sur les versions originales, le mixage s'avère moins convaincant pour la piste française. Reste que le doublage d'époque, ringard et décalé, ajoute pour certains aux charmes de ces productions d'antan.

 

Interactivité :
Traités comme d'authentiques classiques du cinéma, Inside Desiree Cousteau et Insatiable se voient accompagnés chacun de leurs petits documentaires respectifs. Donnant la parole à quelques acteurs, réalisateurs et techniciens de l'époque, ceux-ci se révèlent être de vraies mines d'informations et d'anecdotes, dépeignant l'esprit d'une époque et la trajectoire pas si glamour des stars en question. Bien moins polis que dans le cinéma dit « traditionnel », les intervenants n'hésitent jamais à revenir sur les débordements du tournage : entre les acteurs qui plongent le nez dans la poudre, les engueulades magistrales, les budgets amenés en cash dans une valise, les acteurs et actrices qui s'ennuient ou jouissent véritablement du tournage des séquences... Passionnants, drôles, ces deux documentaires se montrent parfois presque surréalistes lorsque ces personnages hauts en couleurs évoquent leurs parties de jambes en l'air avec nostalgie... en particulier lorsque c'est une très belle mamie qui en profite pour faire la pub pour son porno à l'attention des sexagénaires. L'esprit libertaire est toujours vivant, ils en sont la preuve.

 

Liste des Bonus : The Loopy Tunes (26'), Lust in Tranced Elation (26'), Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021