THE SAVIOUR
Jiu shi zhe - Hong-Kong - 1980
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « The Saviour »
Genre : Policier
Réalisateur : Ronny Yu
Musique : Teddy Robin Kwan
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Cantonnais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 82 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 7 mai 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « The Saviour »
portoflio
LE PITCH
L'inspecteur Tong et son nouveau partenaire Cheng enquêtent sur un tueur en série psychopathe qui a viole et assassine des prostituées.
Partagez sur :
Cops and killers

Véritablement découvert en occident avec l'esthétisant et baroque Jiang Hu, Ronny Yu s'est construit une image de cinéaste léché et maniériste. Retour aux origines avec The Saviour, sa première réalisation solo, qui rappelle qu'il était avant tout l'un des précurseurs de la nouvelle vague HK.

Loin d'être aussi réputé que nombre de ses camarades de l'époque (parmi lesquels Tsui Hark, Ann Hui, Kirk Wong, Alex Cheung... ) Ronny Yu souffre finalement dans sa représentation d'une filmographie des plus éclectiques et, malgré son passage américain populaire, d'une image d'artisan presque modeste, ne mettant jamais sa figure d'auteur en avant. On le connaît surtout fantaisiste forcené (Jiang-Hu, La Fiancée de Chucky...), styliste léché (l'impressionnant Le Maitre d'armes), voir amuseur déconnant (Le Messager de guerre, SOS Maison hantée, Le 51e état), on le retrouve pourtant à ses tout débuts parmi les précurseurs d'une nouvelle approche du cinéma chinois. Après un premier polar, The Servants, à la fabrication plutôt collective, il rempile en solo en 1980 pour ce The Saviour produit ni plus ni moins que par le fameux Teddy Robin Kwan, déjà derrière un certains Cops and Robbers sorti l'année précédente. Une même volonté anime d'ailleurs les deux films d'approcher le genre policier par un réalisme plus frontal, une image rugueuse et sèche, où l'ancienne vision ultra positive des forces de l'ordre laisse place à des enjeux beaucoup plus violents, scabreux voir nihilistes.

 

expiation


Là où le film d'Alex Cheung jouait sur un glissement de terrain progressif, celui de Ronny Yu croise d'emblée les deux angles. D'un coté des atmosphères lumineuses et mélodramatiques pour illustrer la vie personnelle de l'inspecteur Tong, parrain d'un gosse qu'il espère pouvoir adopter, ou se rapprochant d'une très jolie témoin, de l'autre un quotidien de flic présenté comme brutal, violent et scabreux, plongée dans des ténèbres plus qu'inquiétantes. Un polar aux racines ancrées dans les 70's mais entrant déjà de plein pied dans la décennie à venir, marquant sa stylisation par une photographie flirtant avec les néons, le bétons cauchemardesque, le tout accompagné d'une BO pop concocté par, forcément, Teddy Robin Kwan. Un petit quelque-chose de Michael Mann en devenir, et en particulier du fascinant Manhunter dont on retrouve, de manière précoce donc, la traque presque intime d'un flic à fleur de peau sur les traces d'un serial killer aussi flippant que fragile, torturé et pathétique. Un thème particulièrement étonnant pour un thriller chinois de l'époque, voir même excessivement original, qui marque là aussi très bien l'influence indéniable qu'a pu avoir le cinéma occidental sur Ronny Yu, William Friedkin ou Hitchcock en particulier, mais aussi le giallo italien dont on retrouve la fascination subjective pour les meurtres à l'arme blanche, les victimes dénudées et les visages figés dans la douleur. Un monde où la femme est essentiellement réduit à un objet sexuel et donc une victime potentielle. Une proposition unique dans le cinéma chinois d'alors, choquant pour beaucoup sans doute et qui a clairement participé à changer le visage du polar HK, a le faire entrer dans une modernité, aussi douloureuse soit elle.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Distribué un temps en France sous la forme d'une VHS pâlotte et baveuse sous le titre La Justice d'un flic, The Saviour saute les étapes et revient en Bluray. Belle initiative de Spectrum qui comme souvent avec les films chinois de cette période a du forcément batailler pour obtenir une copie exploitable. Gain évidene, la colorimétrie général qui permet de redorer le blason d'une photographie tour à tour lumineuse (la vie personnelle du flic) et crépusculaire (son boulot), tout en préservant une certaine masse de grain pellicule, parfois tiraillé entre du réducteur de bruit trop visible et du bruit vidéo. Loin d'être parfait, mais jamais vraiment désagréable, la présentation en 1080HD 50i amoindrit forcément les capacités de la définition, mais on doute sérieusement de pouvoir découvrir une meilleur copie dans un avenir proche.

 


Son :

Sans grande surprise, malgré un DTS HD Master Audio 2.0, les pistes originales accusent leur âge. Le doublage français, écrasé et plat, maniait encore l'occidentalisation outrancière des patronyme (la scène de classe est hilarante) et ce léger accent un peu déroutant pour rappeler que les héros sont asiatiques (et pas tout à fait comme nous manifestement). La version originale, beaucoup plus réaliste cela va sans dire est souvent marqué par les effets de saturations et les chuintements habituels.

 


Interactivité :

Sortis à quelques temps seulement de Jiang-Hu, The Saviour se présente sous la forme d'une édition beaucoup plus légère, composée uniquement des rendez-vous habituels de l'éditeur. A commencer par la présentation éclairante d'Arnaud Lanuque (il faudrait penser à la proposer en option avant le lancement du film) qui replace efficacement le métrage dans cette fameuse nouvelle vague HK. Suivent une émission spéciale du podcast de Steroids et une longue évocation de la carrière de Ronny Yu par un Julien Sévéon qui ne tarit pas d'éloge sur sa filmographie. Quitte parfois à perdre un peu de crédibilité sur certains opus (Freddy Vs Jason qui aurait sauvé les deux licences... outch).

Liste des bonus : Présentation du film par Arnaud Lanuque historien du cinéma, La Nouvelle Vague hongkongaise, Ronny Yu par Julien Sévéon, Steroids le Podcast par l'équipe de Capture Mag, Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021