OPéRATION RE MIDA
Lucky, el intrépido - Italie, Espagne, Allemagne de l’ouest - 1967
Image plateforme « DVD »
Image de « Opération Re Mida »
Réalisateur : Jess Franco
Musique : Bruno Nicolai
Image : 2.35 16/9
Son : Italien et français mono
Sous-titre : Français
Durée : 87 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 2 février 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Opération Re Mida »
portoflio
LE PITCH
Une organisation criminelle dirigée par Goldglasses inonde le monde de faux billets. Alors qu’il se trouve à une soirée costumée, l’agent Lucky Mulligan est contacté par la société secrète Archange qui lui demande de mener l’enquête. Épaulé par la plantureuse Michèle, Lucky va remonter la piste et se rendre en Albanie pour neutraliser le réseau.
Partagez sur :
Mission Déguisée

A peine cinq petites années après que le grand James Bond ai fait chavirer ses premières poulettes et succomber son premier méchant, l'inénarrable Jess Franco défie la mode Eurospy et déboulonne le genre dans un curieux et hilarant Opération Re Mida.

Artisan du cinéma capable de le prendre par tous les bouts (en tout bien tout honneur), Jess Franco et sa filmographie opulente de plus de 200 réalisations (!!!) reste essentiellement connue généralement pour ses essais les plus pervers (ses adaptations du Marquis de Sade) et son mélange lubrique d'érotisme et d'horreur souvent bien sanglant. On est certainement beaucoup moins habitué à des productions légères et grand public comme Opération Re Mida. Enfonçant le clou de la parodie du film d'espionnage entamé avec Cartes sur table l'année précédente, cette production commanditée par les responsables des beaucoup plus sérieux 077 espionnage à Tanger et 077 intrigue à Lisbonne, profite d'une carte blanche que ces derniers ont sans doute rapidement regretté vu la distribution assez calamiteuse du film son époque. Vendu comme une petite comédie d'espionnage qui célébrerait à nouveau le charme flegmatique d'un Ray Danton échappé de ses précédant Corrida pour un espion et New York appelle Superdragon, ce Lucky, el intrépido s'apparenterait finalement plutôt à un film BD, largement inspiré des fumetti et de leur versant espagnol (encore moins connu par chez nous). Le fait que le métrage s'ouvre sur une longue séquence slapstick dans un bal masqué entre superman de pacotille, belle Cléopâtre et gladiateur à gros bras, pose d'emblée les ambitions du spectacle.

 

tombeur pour dames


Un an avant le choc psychédélique du Danger Diabolik de Mario Bava, Franco mélange en Technicolor le monde absurde de l'espionnage avec les codes pulps du super-héros (bulles et insert narratifs à l'appui), et secoue très fort pour offrir un spectacle aussi surréaliste qu'une parodie de Mad Magazine. En particulier lors de cette visite du « marché des espions » où chaque camp échange à qui le veut les derniers potins politiques et avancées dans l'armement d'un camp ou de l'autre. L'expérience collective du Casino Royale de 1966 est passée par là, mais seul maître à bord de son délire, Franco en dessine largement mieux les atours et la cohérence (sic), même si bien évidemment le budget est largement en dessous. Le scénario abracadabrantesque est un prétexte à une succession de blagues de gosses, de dialogues nonsensiques (avec un accent péruvien), de twists improbables et de gadgets pourris (le rayon qui arrête le temps !) sur fond de voyage autour du monde au destination aussi luxueuses que... l'Albanie ! Manifestement tout le monde prend ici un malin plaisir à tourner le film d'espionnage en bourrique, à prendre des poses ridicules (Ray Danton jubile à chaque plan), à jouer les allumés de services et à séduire un casting féminin - Jess franco oblige - aussi généreux que sexy.

Bon enfant mais irrévérencieux, crapuleux mais toujours grand public, Opération Re Mida se complaît forcément parfois dans quelques lourdeurs et facilités du programme bis, mais reste un spectacle vivifiant à la bon humeur des plus communicatives.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Encore une superbe copie restaurée pour la collection Eurospy d'Artus qui au vu de la propreté de l'image et la restitution des couleurs aurait sans doute pu passer à l'étape Bluray sans grosses difficultés. En l'état, le DVD est d'excellente facture et fait de son mieux pour accompagner le tout avec une compression maîtrisée, n'octroyant que quelques décrochages bien compréhensibles dans les séquences très sombres ou les fondus enchaînés.

 


Son :
C'est ici mono d'origine pour tout le monde et comme pour le Des Fleurs pour un espion, malgré la netteté et la qualité de la version originale italienne, on savourera plus volontier un doublage français absolument irrésistible, qui rebondit copieusement sur la moindre pointe d'humour.

 


Interactivité :
Un joli digipack cartonné d'Opération Re Mida et une nouvelle présentation signée Christophe Bier de surcroît. Un grand amateur et connaisseur du cinéma de Jess Franco (et du bis dans ses grandes largeurs) qui forcément s'appesantit longuement sur les qualités de cet opus trop méconnu et sur ses liens avec le monde de la BD (italienne ou espagnole).

Liste des bonus : Présentation du film par Christophe Bier, Diaporama d'affiches et de photos

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021