CHASSE à L'HOMME
Hard Target - Etats-Unis - 1993
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Chasse à l'homme »
Genre : Action
Réalisateur : John Woo
Musique : Graeme Revell
Image : 1.85 16/9
Son : Français & Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 97 minutes
Distributeur : ESC Distributions
Date de sortie : 3 février 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Chasse à l'homme »
portoflio
LE PITCH
Une jeune femme arrive à la Nouvelle Orléans à la recherche de son père, ancien combattant devenu SDF. Avec l'aide d'un vagabond, elle va affronter des criminels pratiquant la chasse à l'homme…
Partagez sur :
La conquête de l'ouest

Quand le prince de l'action made in HK débarque à Hollywood sur invitation du réalisateur d'Evil Dead pour faire don de ses ralentis iconiques à la star belge de Kickboxer, ça donne Hard Target, émule cajun et burné des Chasses du Comte Zaroff. What the fuck ?!

Nous sommes au début des années 90 et le cinéma américain règne sur toute la planète. Ou presque. Une péninsule asiatique résiste encore et toujours au rouleau compresseur yankee. Avec des généraux du calibre de Tsui Hark, Ringo Lam, Ching Siu-Tung, Yuen Woo-Ping, Sammo Hung et Jackie Chan, Hong Kong ne manque de répondant. Les cinéphiles du monde entier sont conquis par l'inventivité et la liberté déployés par d'authentiques chefs d'œuvres frappadingues, usant jusqu'à la corde les bandes magnétiques de VHS plus ou moins pirates. Sorti à l'été 1989, The Killer est même devenu le porte étendard de toute une production locale, ses ballets meurtriers inspirés par Melville, Demy et la geste chevaleresque offrant à toute une (jeune) génération de cinéaste une alternative inédite et radicale aux films d'action de la décennie achevée. En moins de temps qu'il n'en faut pour vider les chargeurs d'une paire de Colts .45, John Woo est devenu le nouveau messie des mexican stand offs et du gunfight en lévitation.
Seule ombre au tableau, la rétrocession d'Hong-Kong, sous protectorat britannique depuis 1898, à la Chine Populaire menace de clore cette parenthèse enchantée. Le 1er juillet 1997 devient une date redoutée par la majorité de la population de la péninsule, artistes compris. Y voyant une opportunité d'engloutir de nouveaux talents à la mode (et de prendre sa revanche), Hollywood offre des ponts d'or aux talents du cinéma HK. John Woo répond à l'appel de la Terre Promise, non sans avoir emballer deux chefs d'œuvres de plus, Une balle dans la tête et A toute épreuve.

 

La règle du jeu


Au lieu de se voir dérouler le tapis rouge, John Woo se retrouve à servir la soupe à Jean-Claude Van Damme, action star rescapée du naufrage de la maison Cannon. L'équivalent d'un bizutage. C'est une façon de voir les choses. Le recul, béni soit-il, nous a appris à les voir différemment.
Tout en se frottant au système hollywoodien et à ses contraintes nouvelles (adieu liberté totale, bonjour les compromis), Woo ne prends en réalité que très peu de risques. Un budget moyen, une star bankable et l'opportunité de pouvoir placer quelques plans signatures pour ne pas décevoir toutes les attentes. Plutôt que d'affronter une tempête, le cinéaste cherche essentiellement à prendre ses marques, à s'acclimater. Il s'y attelle en effectuant une drôle de danse autour de l'animal Van Damme. Le karatéka de Bruxelles n'a certes pas la grâce d'un Tony Leung ou la classe d'un Chow Yun Fat mais la caméra de Woo, toujours en mouvement, toujours à la recherche du point de montage qui tue, se réinvente petit à petit et fait des miracles. En résulte un hybride entre le chevalier et le desperado à la Sergio Leone. Le manteau long est toujours là mais il est poussiéreux, mité, et finit par disparaître pour laisser apparaître les muscles de l'acteur et le marcel trempé de sueur. Dans la peau des méchants de service, Lance Henriksen et Arnold Vosloo assurent en revanche la continuité avec les Kwan Shan, Shing Fui-On et Anthony Wong d'antan, dans un registre purement luciférien.

L'action ne démérite pas et Hard Target monte crescendo jusqu'à un final explosif et totalement jouissif. Mais c'est avant tout le regard de John Woo, l'étranger, sur une Amérique qui cache ses pauvres et finit par les traiter comme du gibier de potence qui finit par interpeller. Tout juste débarqué de l'avion, le réalisateur du Syndicat du Crime braque déjà ses caméras sur les oubliés du Rêve Américain avec une sincérité rappelant Ford et Capra. Bull's eye !

Alan Wilson






Partagez sur :
 

Image :
Pas de chichis, ESC s'est appuyé sur le master déjà très correct de la précédente édition Universal de 2013 à la définition solide et aux couleurs chaudes. La compression les mêmes défauts mineurs avec du bruit vidéo en arrière-plan sur quelques scènes de jour. La propreté reste de mise avec des gros plans très convaincants (voir le reflet d'un assaillant dans les lunettes de soleil d'un des bad guys) et des noirs profonds lors du climax dans l'entrepôt de chars de carnaval.

 


Son :

La version française bénéficie enfin de l'upgrade en HD avec des basses rondes et claires et des voix bien découpés. Le rendu de la bande originale avec les tambours japonais Kodo est également bien plus satisfaisant et redonne tout son lustre aux compositions agressives de Graeme Revell. Le point fort de cette nouvelle édition.

 


Interactivité :
La collection JCVD s'agrandit avec un nouveau boîtier VHS collector du plus bel effet et en quantité limitée. Les goodies mettront des étoiles dans les yeux de tous ceux qui jadis tapissaient les murs de leur chambre d'ado de posters de la star belge. L'édition dite simple n'est pas négligeable non plus avec un digipack simple et élégant qui se marie fort bien avec les ceux des films précédents. Voilà pour le contenant mais qu'en est t-il du contenu ? L'unrated cut est toujours de la partie (avec le montage cinéma relégué au DVD) et les suppléments s'ouvrent sur un entretien passionnant avec un Christophe Gans très en verve. Trente minutes d'analyse passionnante qui propose un autre regard sur cette superbe série B. A noter aussi la présence de bonus cachés durant cet item ((lancez le menu POP UP de la télécommande) dont nous vous laissons la surprise.
Présenté comme réalisateur et « traqueur professionnel » (!), Arthur Cauras revient pendant près de vingt minutes sur les films de chasse à l'homme, sous-genre du survival et dont le plus grand mérite est de revenir sur le méconnu La Proie nue de Cornell Wilde, petit bijou dont on rêve d'une belle édition dans nos contrées. Etrangement, le dernier bonus a été réservé au DVD et se présente comme la première partie d'une rétrospective sur la carrière de Van Damme, de ses débuts jusqu'à Kickboxer. Un portrait énamouré à nouveau confié à Arthur Cauras qui ajoute « Vandammophile » à son CV déjà bien chargé.

Liste des bonus : Entretien avec Christophe Gans autour du film / Proies et chasseurs : les films de chasse à l'homme / Van Damme : le poing sur sa carrière, partie 1 / Spots TV / Bande-annonce, Bonus cachés.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021