LE PROCèS DE JULIE RICHARDS
One Potato, Two Potato - Etats-Unis - 1964
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Procès de Julie Richards »
Genre : Drame
Réalisateur : Larry Peerce
Musique : Gerald Fried
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 83 minutes
Distributeur : Studio Canal
Date de sortie : 17 février 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Procès de Julie Richards »
portoflio
LE PITCH
Depuis son divorce, Julie Cullen vit seule avec sa fille. A l’occasion d’une soirée avec des amis, elle fait la connaissance de Frank. Le coup de foudre est réciproque. Une seule ombre au tableau : Franck est noir. Et les relations interraciales sont encore interdites par la loi dans plusieurs États.
Partagez sur :
à l'ombre de la haine

Pour le 32ème numéro de sa collection Make My Day !, Jean-Baptiste Thoret nous propose encore un film oublié et signé par un réalisateur lui aussi honteusement laissé de côté par quelques décennies de cinéma. Une prodigieuse erreur qu'il est enfin temps de corriger car non seulement Le Procès de Julie Richards est un bon film, mais c'est en plus un plaidoyer en forme de coup de poing au coeur dont il est presque impossible de sortir indemne.

Si certains d'entre nous ont par chance conservé le nom de Larry Peerce dans un coin de leur tête, c'est probablement aux détours de souvenirs d'enfance passés devant le petit écran. Car de Batman au Frelon Vert en passant par les cultissimes Mystères de l'Ouest, c'est pour la télévision que son nom apparaît surtout. Pourtant, bien avant les onomatopées criardes de l'homme chauve-souris ou les pantalons moulants de James West, Peerce réalise, dès 1964, Le Procès de Julie Richards. Un premier film très engagé, qui met en scène l'histoire d'un couple composé d'une femme blanche et d'une homme noir. Et qui sort en pleine actualité brûlante, entre le meurtre de trois militants pour les droits civiques des minorités par des sympathisants du KKK et l'adoption d'une loi abrogeant la ségrégation raciale dans plusieurs Etats du sud. Un pari risqué (notons au passage que le Code Hays était encore en vigueur!) pour un jeune cinéaste qui à l'époque ne travaille encore que pour la télévision mais qui va mener sa barque à bon port, jusqu'au bout, en profitant par exemple de rues désertes pour filmer l'amour interdit de ses deux personnages principaux. Et comme si cela ne suffisait pas, le scénario va rajouter entre eux une enfant.

 

American woman


Car lorsque Julie (Barbara Barrie, d'une incroyable justesse) rencontre Frank (Bernie Hamilton, le futur chef teigneux de Starsky & Hutch), celle-ci est déjà mère de la petite Hellen Mary. De quoi rajouter un peu plus de complexité à un amour déjà bien contrarié. D'autant que le père de cette dernière, un goujat qui n'hésita pas à quitter sa jeune épouse enceinte, profite de ce moment pour faire son grand retour dans sa vie. Evidemment, il va voir d'un très mauvais œil la nouvelle fréquentation de son ex femme et tout faire pour extraire sa fille d'une vie de famille qu'il juge non conforme à sa vision des choses.
Le Procès de Julie Richards va donc bien plus loin que sa problématique raciale. En faisant une description très détaillée de la vie de son héroïne (difficultés financières qui la forcent à vivre chez sa belle famille - qui commence par la rejeter !, regard d'une société jugeante, choix cornélien imposé...) le scénario vise clairement la condition féminine de cette époque. Derrière sa caméra, Larry Peerce pourrait forcer le trait mais se contente de filmer ses comédiens au plus près et avec la plus grande simplicité. A quelques plans près, très travaillés, comme celui où l'aigle américain prend l'allure d'une menace fondant littéralement sur les deux amoureux. De son côté, Gerald Fried opte pour un score tout en légèreté, qui prend même des allures de balade enfantine (le titre original One Potato, Two Potato fait allusion à une chanson pour enfant) loin des notes lourdes et dramatiques qu'on serait en droit d'attendre. Un choix aussi déstabilisant que génial au vu du drame qui se joue et se terminera sur la pire des conclusions pour son héroïne.

Si la carrière de Larry Peerce ne s'arrêtera pas là, Le Procès de Julie Richards reste sans doute son coup d'éclat le plus brillant. Un film miraculeux produit entre des épisodes de séries mainstream sur des chaînes de grande écoute et imaginé par deux scénaristes oeuvrant sur des séries de science-fiction inoffensives et Flipper le Dauphin. L'envers du décor en carton pâte d'une société malade de ne pouvoir aimer et vivre comme elle le souhaite. Plus de 50 ans après, les choses ont-elles vraiment changées ?

Laurent Valentin








Partagez sur :
 

Image :
Pour sa première mondiale en bluray, le film propose une somme de détails absolument folles à l'écran. Niveau contraste, il offre aussi certains beaux dégradés et des blancs très lumineux surtout dans les scènes d'extérieur. Malheureusement, certains passages de la pellicule ont subi les affres du temps et sont parfois dévorés par un grain abondant ou quelques poussières que les différentes techniques de restauration n'ont pas réussi à éliminer.

 


Son :
Le magnifique score de Gerald Fried est celui qui profite le plus de cette restauration. La bande son, quant à elles, oscillent entre voix parfaitement audibles et répliques nasillardes et crissantes. Le signe d'une pellicule qui a connu des jours meilleurs.

 


Interactivité :

Comme toujours dans la collection, le film se regarde avec ou sans la présentation de son hôte pour le précéder. Une présentation où Jean-Baptiste Thoret revient, avec la verve qu'on lui connaît, sur le tournage du film et surtout le contexte politique qui l'accompagna. On apprend ainsi que Peerce et son équipe attendirent la nuit tombée et l'absence de passants trop curieux avant de filmer la fameuse scène du baiser. Dans un deuxième module plus long, le réalisateur et spécialiste du cinéma afro-américain Régis Dubois revient lui aussi sur le contexte du film et sa réception. Deux analyses intéressantes qui prolongent à leur manière l'expérience du film même si on aurait aimé un ou deux éléments provenant directement des protagonistes de l'entreprise.

Listes des bonus : Préface de Jean-Baptiste Thoret, « Le Procès de Julie Richards » revu par Régis Dubois.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021