SOCIéTé ANONYME ANTI-CRIME
La polizia ringrazia - Italie - 1972
Image plateforme « DVD »
Image de « Société Anonyme Anti-crime »
Genre : Policier
Réalisateur : Stefano Vanzini
Musique : Stelvio Cipriani
Image : 2.35 16/9
Son : Italien et français Dolby Digital 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 93 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 5 janvier 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Société Anonyme Anti-crime »
portoflio
LE PITCH
Rome, la corruption a gangrené toutes les institutions. Le commissaire Bertone tente malgré tout de faire son travail correctement. Alors qu’il recherche deux voyous ayant assassiné un joaillier après un braquage, il retrouve l’un d’eux, mort, au bord du canal. Il va peu à peu découvrir qu’un groupe armé a entrepris de faire justice sur les malfrats libérés par une justice trop laxiste.
Partagez sur :
Des justiciers dans la ville

Quand le roi de la comédie à l'italienne délaisse le rire pour le tragique cela donne un polar trouble qui confronte la police a ses excès et la justice à ses manquements. Un sujet toujours brûlant, que Société anonyme anti-crime aborde avec une frontalité lucide.

Versant rital forcément un peu plus roublard des polars politiques qui marquèrent ce fier cinéma populaire français dans les années 70/80 (et dont une large réhabilitation serait nécessaire), le Poliziottesco fut souvent réduit à sa successions de thrillers malsains, violents, voyeuristes et toujours parcourus par une certaine fascination pour la criminalité. Trouble, ambiguë, comme la plus belle part du cinéma de genre italien, le Poliziottesco n'est finalement jamais aussi légitime que lorsqu'il se confronte directement avec sa principale influence : la société italienne de ce que l'on a appelé les « années de plomb ». Un période houleuse, brutale ou la population était prise en étau entre les exactions de l'extrême droite et les attentats commis par l'extrême gauche, tandis que les forces de l'ordre multipliait les bavures et la caste politique les malversations. Parmi les plus marquants du genre il serait peut-être temps d'y ajouter fermement ce Société Anonyme Anti-crime, effectivement pas signé par un Castellari, un Fernando Di Leo ou un Sergio Sollima mais par un certain Stefano Vanzini, plus connu sous le pseudonyme de Steno. Une véritable star de la comédie populaire italienne avec plus d'une centaine de réalisation au conteur croisant aussi les gags du fameux Toto que les frasques du massif Bud Spencer. Pas un grand penseur ni un inventeur de génie, mais un artisan productif, efficace et honnête qui n'aura finalement signé qu'un seul et unique film sérieux ce La polizia ringrazia en question.

 

Seul contre tous


Assez fascinant donc, voir doublement car l'objet a sans aucun doute beaucoup plus de force que la plupart des polars de l'époque. Nimbé dans une atmosphère sombre, lourde et froidement désespérée, elle suit la confrontation entre un détective et une organisation décédée à faire justice elle-même. Un an avant le Magnum Force de Don Siegel, le film pose la question de la réplique à une justice défaillante, à une montée de la violence et de la criminalité et le fait intelligemment par le biais d'un détective qui n'a rien du saint en mission. Moins expéditif que Dirty Harry, le commissaire Bertone (excellente Enrico Maria Salerno) partage le même sentiment d'impuissance et de lassitude, montrant même une hésitation, très temporaire, à rejoindre ces vigilantes très organisés. Sauf que celui-ci montre aussi, peut-être grâce à sa compagne journaliste pour un papier de gauche, une vraie connaissance et compréhension du terrain, habilement démontrée lors d'une conférence de presse en bus dans la nuit romaine. Il garde une certaine faiblesse pour les parias, les petits truands, les prostituées, les travestis, les activistes gauchistes... Tout ceux en définitive que la « société anonyme anti-crime » va rapidement transformer en cible symbolique pour une ville « plus propre ». La loi face au fascisme, aux milices, multipliant les exécutions spectaculaires au service non pas de la population, mais d'une institution déjà largement vérolée et favorisant dans l'ombre un renversement des valeurs. Moins spectaculaire et musclé que beaucoup, La polizia ringrazia préserve malgré une vraie tension et une efficacité indéniable, une certaine sécheresse empêchant justement tout complaisance et donc un jugement trop tranché jusqu'à son final, lourd d'un pessimisme ce circonstance.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Comme pour Opération K distribué par le même Artus Films, Société Anonyme Anti-Crime a connu une restauration imposante en Italie avec la création d'un nouveau master 2K. Une copie nettoyée de fond en comble, stabilisée et harmonisé avec un jolie effort apporté sur les couleurs, le grain et la définition. Bon tout cela on ne peut que le percevoir par le prisme d'un simple DVD qui forcément bataille parfois un peu avec les informations. Une fois encore on est vraiment ici aux limites du support.

 


Son :

Si le doublage français est proposé ici, il se montre toujours un peu en retrait par rapport à la version originale, d'autant plus que la piste ne couvre pas l'intégralité des scènes (le film a dû être légèrement coupée pour l'exploitation hexagonale). Dans un même mono tout aussi sobre et frontale, la version italienne est beaucoup plus intense, donnant surtout plus d'impact à la BO de Cipriani.

 


Interactivité :
Journaliste de Culturopoing, Emmanuel Le Gagne enchaîne avec cette nouvelle présentation très appliquée. Une grande part de celle-ci est bien entendu dédiée à la carrière du cinéaste (dont on ne connaît rien ou presque par chez nous), insistant autant sur sa figure très populaire en Italie et l'aspect totalement unique du film en présence dans sa filmographie.

Liste des bonus : Présentation du film par Emmanuel Le Gagne (22'), Diaporama d'affiches et de photos, Bande-annonce originale

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021