LUCKY STRIKE
Jipuragirado Jabgo Sipeun Jibseungdeul - Corée du Sud - 2020
Image plateforme « DVD »
Image de « Lucky Strike »
Genre : Thriller
Réalisateur : Kim Yong-hoon
Musique : Nene Kang
Image : 2.35 16/9
Son : Coréen Dolby Digital 5.1 et DTS 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 108 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 2 décembre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Lucky Strike »
portoflio
LE PITCH
Jung-Man est employé dans un hôtel et s’occupe de la gestion du sauna. Un soir, en vérifiant les casiers des clients, il trouve un sac Vuitton remplit d’argent. Tandis que la télévision de la réception parle de la découverte d’un corps en morceaux dans un fleuve, il décide de mettre le sac de côté et « emprunte » une liasse.
Partagez sur :
Pour une poignée de wons

Si la Corée du Sud continue d'asséner à intervalle régulier de bons gros morceaux de cinéma bien trippants, il faut avouer que, le dernier Bong Joon Ho mis à part, la plupart d'entre eux sortent dans nos salles en catimini et dans l'indifférence quasi générale. Un comble qu'une sortie en vidéo est à même de combler et ce, même si celle ci ne se fait malheureusement qu'en DVD. En quoi ???

L'histoire maintes fois rabâchée du sac plein de pognons fonctionne toujours. D'où vient-il ? A qui appartient-il ? De quel crime odieux est-il la conséquence ? Les premières minutes de Lucky Strike tiennent uniquement sur ces interrogations. Un sac laissé à la consigne d'un sauna et autour duquel va progressivement se tisser un écheveau complexe de huit personnages qui n'ont tout d'abord absolument rien à voir ensemble et qui vont se retrouver tous plus ou moins impliqués dans le sillage de cette somme d'argent. On pense forcément au cinéma de Tarantino, de Guy Ritchie, mais loin de ne concerner qu'une bande de gangsters ou de mafia locale, les protagonistes de Lucky Strike, adaptation d'un roman de l'auteur japonais Keisuke Sone, sont au contraire, pour la plupart, des hommes et des femmes de la rue, qui par un affreux concours de circonstances, vont se retrouver embringués dans une histoire qui les dépasse totalement. Il y a d'abord un simple employé d'hôtel, rabroué par un patron deux fois plus jeune que lui et qui doit payer des études universitaires coûteuses à sa fille ; un agent des douanes ensuite, dont la petite amie l'a quitté en lui laissant une très grosse dette auprès d'un patron de la pègre locale ; une hôtesse de bar, enfin, victime d'un mari violent et qui va tout tenter pour s'en débarrasser. Tous ces personnages vont progressivement interagir ensemble, tout au long d'une intrigue décomposée en six chapitres et qui va évidemment ; au fur et à mesure de son développement, devenir de plus en plus tendue, violente et sanglante.

 

Animal kingdom


Au contraire d'un Guy Ritchie ou d'un Tarantino qui vont toujours insérer des éléments permettant de prendre une certaine distance avec leurs récits (décalage morbide, violence gratuite et humour noir), Lucky Strike impose lui une noirceur et un premier degré assez clairs dès le départ. Des velléités qui se retrouvent tout d'abord dans la réalisation, plutôt classique et sans esbroufe, de Kim Yong-Hoon, dont c'est le premier film, mais aussi dans le scénario (qu'il signe tout seul également) qui prend son temps lors des trois premiers chapitres du récit avant d'abattre très efficacement ses cartes. Enfin, la dimension sociale, qu'on retrouve décidément beaucoup ces derniers temps dans le cinéma coréen, finit de donner un relief et un certain réalisme à sa galerie de personnages, tous motivés non pas par une simple avidité mais bien par le seul espoir de survie sociale que représente cet argent (presque) tombé du ciel. Une survie au coeur du film, donc, qui prend la forme d'une lutte acharnée entre dominé(es) et dominant(es) et symbolisée par l'image du requin. Autant de bonnes idées qui, mises bout à bout, forment au final un film certes modeste mais indéniablement réussi. De ceux qu'on découvre sans rien en attendre mais qui au final s'imposent comme de très bons moments passés devant l'écran et qui méritent donc, plus que jamais, d'être redécouvert lors de leur sortie vidéo.

Laurent Valentin








© 2020 MegaboxJoongAng PLUS M & B.A. ENTERTAINMENT CORPORATION. Tous droits réservés
Partagez sur :
 

Image  :
Nouvelle preuve que le film coréen mérite beaucoup mieux que le traitement qu'il lui est fait chez nous ? Cette sortie technique de Wildside qui sort le film exclusivement en DVD.
L'ambiance plutôt sombre, froide et humide de la photo joue un peu en sa faveur cependant et on reste ici aux limites justement du support. Belle image, belle compression, mais ça ne vaudra pas un Bluray (désolé). 

 


Son :
De ce côté, c'est un petit peu mieux, puisque le choix de deux pistes sonores est proposé aux salons les mieux équipés. Mais les aficionados de la vf peuvent passer leur chemin, seul le coréen se fera entendre.

Liste des bonus : Bande annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021