L’HOMME DU PRéSIDENT
Namsanui bujangdeul - 남산의 부장들 - Corée du Sud - 2020
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « L’Homme du président »
Genre : Thriller, Drame
Réalisateur : Woo Min-ho
Musique : Jo Weong-yook
Image : 1.85 16/9
Son : Français & Coréen DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 114 minutes
Distributeur : Lonesome Bear
Date de sortie : 4 novembre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L’Homme du président »
portoflio
LE PITCH
Entre septembre et octobre 1979, les quarante jours qui ont mené à l’assassinat du président coréen Park par le chef des services secrets …
Partagez sur :
Généalogie d'un crime

Déjà raconté en 2005 par Im Sang-soo au travers du très caustique The President's Last Bang, l'assassinat du président Park Chung-hee après 18 ans d'un règne sans partage sur la Corée du Sud fait à nouveau l'objet d'un long-métrage d'envergure. Thriller politique sous influence, L'Homme du président plonge avec froideur et sophistication dans les coulisses de ce drame d'état.

Fasciné par les secrets bien peu reluisants de l'exercice du pouvoir et la dualité entre cas de conscience et sens du devoir, le réalisateur et scénariste Woo Min-ho délaisse la fiction pure pour investir l'Histoire et gratter les plaies encore fraîches d'une nation meurtrie par les trahisons multiples de ses élites.  40 ans après les faits, le consensus n'est toujours pas établi sur les motivations réelles de Kim Gyu-Pyeong, l'homme qui appuya sur la gâchette et mit un terme à un régime politique de plus en plus contesté. Si les déclarations de l'intéressé (qui concluent le film) font pencher la balance vers un acte désintéressé, dans le seul but de stopper une répression de plus en plus sanglante et en complète contradiction avec les idéaux de la révolution de mai 1961, l'ambition et une vengeance personnelle ne sont pas non plus exclues de l'équation. Woo Min-ho refuse de trancher et préfère explorer les zones d'ombre pour aboutir à une explication nuancée et tragique qui colle sans doute mieux à un acte trop brutal pour avoir été pleinement prémédité et trop professionnel pour avoir été improvisé de bout en bout. Un refus du manichéisme qui découle directement de la personnalité tourmentée de Kim Gyu-Pyeong tel que l'interprète avec brio l'immense Lee Byung-hun, fonctionnaire propre sur lui mais pourtant bien mal à l'aise dans ses fonctions de chef des services de renseignement, la très redoutée KCIA.

 

La Forteresse de la solitude


Outre un casting sans faille sur lequel il peut s'appuyer sans retenue, Woo Min-ho pousse très haut les curseurs de l'écriture et de la mise en scène. La précision du scénario, à la fois axé sur le (dys)fonctionnement de la machine d'état coréenne et sur la causalité entre les décisions d'une poignée d'individus et leurs conséquences dramatiques, est tout bonnement fascinante. Chaque scène est un pas supplémentaire vers un cataclysme humain et politique. En posant dès l'ouverture l'issue meurtrière de son récit, Woo Min-ho en dresse l'arbre des causes avec une minutie d'horloger, une mort en amenant à une autre. Très influencé par l'esthétisme distant mais incisif d'un David Fincher (tendance Zodiac) et l'approche mélancolique et glaciale du film d'espionnage d'un Tomas Alfredson (on pense très fort à La Taupe), le cinéaste coréen est très habile dans la montée de la tension et compose des cadres dépouillés qui insistent implacablement sur l'isolement des protagonistes. Le drame qui se joue sous nos yeux est illustré comme un long voyage au bout de la nuit. On regrettera simplement que Woo Min-ho cède un peu trop aux codes esthétiques contemporains, tels que l'on peut les retrouver jusqu'à la nausée dans les productions Netflix, lumière numérique lisse à la stylisation simpliste et sans identité. Une concession qui ne gâche pas le plaisir mais qui a tendance à uniformiser un propos qui n'en a précisément pas besoin.

Preuve supplémentaire de l'extraordinaire vitalité du cinéma coréen, de sa conscience politique aigue et de l'investissement hors norme de ses auteurs, L'Homme du président aurait pu passer, eu égard à la crise sanitaire que nous traversons et à une sortie vidéo très discrète, sous nos radars. Il n'en est heureusement rien.

Alan Wilson






Partagez sur :
 

Image :
Une définition aussi aiguisée que le rasoir d'un barbier de Séville, des contrastes saisissants entre intérieurs et extérieurs jouant sur l'alternance des teintes chaudes et froides, une poignée de passages en noir et blanc qui détonnent et une compression affutée qui ne dénature pas le velouté de la photographie. En un mot : perfection.

 


Son :
Par essence peu porté sur le grand spectacle acoustique, le film de Woo Min-ho se ménage pourtant des explosions de violence qui prennent aux tripes par la puissance d'un découpage multicanal de haute volée. Le travail sur les ambiances lors des scènes les plus bavardes est tout aussi réussi avec des silences étouffants.

 


Interactivité :
Spécialiste du cinéma asiatique, Stéphane Mesnildot revient avec enthousiasme sur les faits historiques sur lesquels L'Homme du président se base et déroule un portrait politique de la Corée du Sud qui fait écho au bouillonnement créatif et critique des cinéastes du pays. Court, donc, mais pointu et suffisamment argumenté pour donner envie de se replonger dans quantité de films coréens dont le propos aurait pu nous échapper. On oublie malheureusement le commentaire audio, le making of de trois quart d'heure et la scène coupée du blu-ray coréen. Mais on ne s'en tire pas trop mal non plus.

Liste des bonus : Bande-annonce, Introduction historique par Stéphane du Mesnildot (16 minutes)

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021