BIO ZOMBIE
Sang faa sau see - Hong-Kong - 1998
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Bio Zombie »
Genre : Comédie, Horreur
Réalisateur : Wilson Yip
Musique : Peter Kam
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Cantonnais DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 94 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 29 octobre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Bio Zombie »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Woody l'Invincible et Crazy Bee travaillent dans un magasin de VCD pirates. En ramenant la voiture de leur boss, ils écrasent un militaire et le ramènent au centre commercial pour échapper à la police. Ils ignorent que l'homme a ingurgité un soda coloré contenant des produits bio-chimiques...
Partagez sur :
La Mort en promo

Cinéma maître de l'action sous toute ses formes, la production hongkongaise n'a que très rarement été à l'aise avec l'horreur. Question de culture, tout comme l'apparition de zombies, qui là bas firent véritablement leurs premières victimes dans la comédie noire Bio Zombie, petite bande fauchée qui sans le savoir avait une tête d'avance sur la vague « walking dead » à venir.

Comme le rappellent les différents intervenants de l'édition Bluray de Spectrum Films, jusqu'à cette fin des années 90 le mort-vivant n'a jamais trouvé sa place dans une culture où les rites funéraires privilégient l'incinération à l'inhumation des corps. D'où la présence d'un curieux « vampire », sorte de goule en costume mandarin et sautillant après ses victimes dans les succès populaires L'Exorciste chinois ou la série des Mr Vampire. Une proposition comme Bio Zombie, avec ses cadavres réanimés et déambulants lentement dans des couloirs exigus en quête de chair fraîche avait alors tout d'une anomalie, d'une exception. Plus surprenant encore, il fait tout autant office de précurseur puisque si la mode avait alors déjà frappée le monde des jeux vidéos grâce au succès de la saga culte de Capcom, le cinéma occidental ne va s'en emparer que quatre ans plus tard avec le doublé Resident Evil et 28 Jours plus tard. Mieux encore, Bio Zombie annonce dans le même mouvement les comédies semi-parodiques à la Shaun of the Dead dont personne n'a encore envisagé la possibilité. Très en avance donc, isolé, mais pas totalement illogique dans sa démarche puisque depuis la rétrocession le cinéma HK s'efforce de trouver de nouvelle voie et de nouveau publics. Ce sera donc une comédie d'horreur, très légèrement gore, que mettra en scène un jeune Wilson Yip, futur signature incontournable des têtes du box office avec la saga des Ip Man.

 

Soda bien agité


Le budget n'a clairement rien à voir avec ces futurs blockbusters martiaux et Bio Zombie ressemble surtout de prime abord à nombre de petites productions poussives, voir un poil nanar, tournées sans moyen par quelques passionnés aux talents hasardeux. Sauf que Yip a un évident savoir-faire et va réussir à dépasser les origines très modestes du métrage (les effets spéciaux et maquillages ne feront certainement pas date) en jouant habilement sur son décors étriqués, refermé, de centre commercial chinois étouffant, ses multiples murs en verres et autres miroirs et ses airs de boui-boui où tentent de survivre maladroitement quelques commerçants relativement minables. La référence à Dawn of the Dead (aka Zombie) est parfaitement assumée, mais croisée avec les déambulations désœuvrés du Mallrats (aka Les Glandeurs) de Kevin Smith. Passé donc un générique référentiel franchement bien vu et quelques allusions au VCD vérolés vendus par les deux (anti)héros, Bio Zombie ne s'attardera pas forcément longtemps sur son évocation du piratages en train d'étouffer le cinéma chinois ou sur les dérives de la société de consommation. Il préfère ainsi s'engouffrer dans les atours d'une comédie énergique, constamment en mouvement, reposant sur une poignée de personnages excessifs mais qui finissent étonnamment par exister, pas devenir véritablement attachants. Comme ce pauvre vendeur de sushi amoureux qui continuera à protéger sa belle au-delà de la mort, offrant quelques grands moments gênants mais toujours touchants. Bio Zombie manie ainsi les ruptures de ton, les mélanges des genres, avec ce fameux bagou des comédies chinoises, et cet amour des loosers invétérés. En l'occurrence ici le Jordan Chan de Young and Dangerous et le Sam Lee de Made in Hongkong têtes de file d'une nouvelle génération d'acteurs qui apportent certainement une bonne dose de charisme à leurs personnages et rendent crédible leurs, légères, élévations au rang d'authentiques héros post-apocalyptiques.

Si l'ambition de Bio Zombie n'est que de divertir, de croiser joyeusement comédie moderne et horreur grotesque, il le fait parfaitement grâce à un casting de choix et une réalisation fignolée avec soin. 90 minutes de petits plaisirs même pas honteux, il était effectivement temps qu'il arrive en France ce zombie-flick.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Jusque-là inédit en France, Bio Zombie se voit enfin distribué sur notre territoire et directement en Bluray grâce à la ferveur de Spectrum Film. La copie est d'ailleurs d'excellente qualité avec une restauration évidente qui assure une propreté bien dessinée, des cadres stables et une colorimétrie plutôt vive et contrastée. L'économie restreinte du film est forcément plus que jamais présente à l'écran (le piqué n'avantage pas vraiment les effets spéciaux...) mais en dehors d'une ou deux traces de griffures encore présentes, la définition et le grain de pellicule sont optimaux.

 


Son :

Pas de version française mais uniquement une piste originale cantonaise diffusée en DTS HD Master Audio 2.0. Si comme souvent avec les films chinois des années 80/90 le son a tendance à cracher un peu, saturant dès que les acteurs s'emportent dans l'hystérie générale, la légère dynamique frontale est plutôt bien amenée, aussi sobre que claire.

 


Interactivité :
Spectrum retrouve ici ses deux intervenants préférés avec en première ligne Arnaud Lanuque, en direct du centre commercial où a été tourné le film, qui propose une présentation bien calibrée du film, soulignant son originalité dans le cinéma d'horreur local, ses échos avec la culture de l'époque et la tentative de rajeunissement du cinéma HK tout en délivrant les inévitables, mais indispensables, explorations des carrières de chacun. Julien Sévéon lui, en direct de son bureau (c'est moins exotique) se concentre uniquement sur les "de moins en moins" rares apparitions de la figure du zombie dans le cinéma asiatique. Deux items intéressants complétés par une interview inédite du réalisateur Wilson Yip qui nous partage ses souvenirs du tournage, revient sur les origines du projets, ses effets spéciaux peu aboutis, ses acteurs et l'aspect culte qu'a aujourd'hui gagné le film à Hong-Kong.
Impossible au passage de ne pas évoquer l'excellente jaquette (avec et sans fourreau) de cette édition française. Exit l'affiche originale craignos au profit d'une illustration carrément classe.

Liste des bonus : Interview de Wilson Yip orchestrée par Frédéric Ambroisine (18'), Présentation du film par Arnaud Lanuque (9'), Les Zombies dans le cinéma d'Asie par Julien Sévéon (13'), Fin alternative (3'), Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020