LA DERNIèRE FANFARE
The Last Hurrah - Etats-Unis - 1958
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « La Dernière Fanfare »
Réalisateur : John Ford
Musique : Aucun
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 121 minutes
Distributeur : Sidonis
Date de sortie : 20 octobre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Dernière Fanfare »
portoflio
LE PITCH
En pleine forme pour le coup d'envoi de sa toute dernière campagne électorale avant de passer la main, le maire progressiste Frank Skeffington, adulé par les uns mais haï par quelques ennemis haut placés qui rêvent de le faire déchoir par n'importe quel moyen, décide de prendre sous son aile son neveu Adam Caulfield afin de lui apprendre les ficelles de la politique.
Partagez sur :
L'Homme tranquille

Texte de l'articleTrès méconnu dans la carrière de Ford, La Dernière Fanfare est le fruit d'une rencontre avec deux autres conteurs de génie : Frank S. Nugent (spécialiste du western, déjà huit brillantes collaborations avec Ford - deux autres suivront encore...) et Spencer Tracy, comédien démentiel capable de densifier émotionnellement n'importe quel personnage dans n'importe quelle situation.

John Ford est l'un des plus grands cinéastes de son temps, et de toujours. Contrairement à Orson Welles, Alfred Hitchcock, Fritz Lang ou Stanley Kubrick, il faut constamment le rappeler, le réaffirmer, enfoncer le clou, parce que toutes les modes et les évolutions vont systématiquement contre lui : surenchère, montage de plus en plus frénétique, multiplication des plans ou recherche d'un mouvement perpétuel censé dynamiser l'image pour que le spectateur de plus en plus distrait ne relâche surtout pas son attention, tentation du grand geste esthétique qui se revendique comme tel, vision condescendante du western classique (et du classicisme en général) comme une institution surannée, rétrograde... Modernité, post-modernité... Tout cela est à l'opposé du style et de la sensibilité de Ford, qui abhorre la mobilité excessive, joue constamment l'économie, ne met sa caméra en mouvement qu'en cas d'extrême nécessité grammaticale et se méfie des innovations et « dépassements » dits modernes... Mais qui a malgré tout dominé cinq décennies, du muet jusqu'aux années 1960, donnant le ton dans l'écriture fictionnelle de l'Histoire américaine (avec d'obsessionnels échos irlandais dont on ne parle que trop peu), sans jamais verser dans le maniérisme autocentré ou la démarche intellectuelle ostentatoire qui fait souvent repérer (sans trop se fatiguer soi-même) les grands artistes, mais juste armé d'une force tranquille dans ses images, et de la puissance implacable de l'évidence. Près de 150 films tout de même, perdus pour certains, parfaitement ignorés pour d'autres, légendaires pour beaucoup, de La Chevauchée Fantastique aux Cheyennes, du Mouchard aux Raisins de la Colère, du Cheval de Fer à L'Homme qui tua Liberty Valance, de ses premiers courts-métrages à l'adieu surprenant, déchirant et féministe de Frontière Chinoise.

Face à cette modernité sur le point d'exploser, et qui montre déjà ses signes avant-coureurs, c'est le temps du bilan de carrière et, plus que jamais, du regard désabusé sur le monde pour le John Ford de 1958. Lui qui se défendait toujours de faire des films à d'autres fins que celle de gagner de l'argent et par pure habitude (inaugurant cette posture de réalisateur-artisan que l'on retrouve chez nombre d'auteurs américains), il n'y a pourtant rien d'étonnant au fait que le sujet de La Dernière Fanfare l'ait passionné à tel point qu'il aurait, dit-on, fait le film à n'importe quel prix, quitte à ne pas être payé - mazette, il fallait que ça lui semblât drôlement important ! Ce personnage de maire roublard et séduisant, ferme avec les forts, solidaire des faibles, maître absolu de son environnement, amoureux de sa femme décédée et affublé d'un fils tête-en-l'air qui lui ressemble si peu et avec lequel il ne partage absolument rien, suscite plus que jamais - c'est flagrant ! - l'identification du borgne le plus célèbre du septième art. L'histoire est celle d'une nostalgie constructive, d'une époque en passe de changer radicalement, et comme toujours du destin de l'individu face à la marche du monde (un thème qui traverse tout le cinéma de Ford, de Young Mr. Lincoln à Liberty Valance, pour ne citer peut-être que les deux exemples les plus célèbres et canoniques).

 

Painter in the dark


De même que les personnages de Ford évoquent tout à la fois des héros exemplaires (titans bousculant l'ordre établi pour bâtir un monde plus juste) et de frêles individus pétris d'imperfections et de contradictions (qui finissent immanquablement dans les limbes de la grande Histoire, souvent balayés par le sable de Monument Valley), ses films excellent à marier l'épique et le solennel d'une grande tragédie antique avec la trivialité la plus boulevardière (on pense notamment aux beuveries et bagarres des soldats de la cavalerie, emmenées par le personnage récurrent de Victor McLaglen, dans sa célèbre trilogie). Disons que c'est son côté shakespearien. Du reste, comme chez Shakespeare, ses scènes les plus triviales ne sont ni les moins virtuoses, ni les moins intéressantes : en témoigne cette longue et mémorable veillée funèbre dans La Dernière Fanfare, où un Spencer Tracy désinvolte commence par cogner sur le cercueil du défunt pour en tester la solidité, avant que son neveu ne devienne l'otage de la première convive arrivée en avance - une vieille commère ricanante qui lui relate les pires anecdotes à propos du mort et du croque-mort en lui donnant régulièrement d'affectueux coups de parapluie ! - et que des hordes de conseillers, dignitaires et représentants de l'ordre ne viennent progressivement transformer ce moment de recueillement dans la demeure de la veuve éplorée, en bruyant meeting politique. Ici, peut-être plus encore qu'ailleurs, éclate le génie du cinéaste pour la construction dramatique et plastique d'une séquence, son sens de l'ironie, son métier dans l'art de gérer de très nombreux personnages sans jamais rompre les grandes lignes directrices du récit, sombrer dans l'illisible ni y sacrifier son sens inégalable du cadrage.

Car si Ford est si peu enclin à laisser sa caméra se mouvoir, c'est qu'il sait mieux que personne composer ses cadres et faire surgir du sens dans la fixité ; il est davantage un peintre qu'un danseur. De la place d'un personnage par rapport à un autre, de leurs déplacements dans les limites du cadre, du moindre escalier dans un coin, du moindre portrait ou accessoire accroché au mur, des moindres ombres portées ou faisceaux de lumière, se laissent deviner peu à peu des strates symboliques, des niveaux de compréhension des enjeux, aussi intuitifs que subtils ; un dialogue secret s'opère constamment entre les principaux sujets des plans et leurs arrière-plans. Que le réalisateur y ajoute le moindre travelling, pas forcément très long ni très rapide, et le tout prend immédiatement une force vertigineuse, un élan saisissant. John Ford, au-delà de ses obsessions récurrentes mal dissimulées par un éventail de genres et de types d'histoires très divers qu'il a su embrasser sur la durée, est de toute éternité le grand maître de l'organisation du cadre - rien d'étonnant que cette aptitude se manifeste plus que jamais dans l'univers du western, mais elle ne s'y est évidemment jamais réduite. La Dernière Fanfare est, à ce titre également, l'une des plus grandes réussites, tardive, émouvante, de sa filmographie déjà inouïe.

D'une histoire d'élections somme toute anecdotique, le vieux Ford tire une méditation toujours aussi profonde sur le destin de l'homme d'exception au cœur des mutations de la société - et peut-être sur sa propre place dans l'industrie hollywoodienne, comparable en ce sens à un Clint Eastwood qui livrerait son poignant Gran Torino. Loin d'avoir tout dit pour autant, malgré le caractère franchement définitif, testamentaire, de ce bijou qui permet à Tracy de dérouler l'une de ces prestations grandioses dont il a le secret, le réalisateur enchaînera sans temps mort avec Les Cavaliers et Le Sergent Noir, comme pour signaler que non, ce n'était pas un au revoir au western - loin s'en fallait ! - et qu'il était toujours, même à travers ce genre ô combien passéiste, et en dépit de son âge avancé, en prise à des problèmes éminemment contemporains.

Morgan Iadakan












Partagez sur :
 

Image :
Parfaitement restitué, le noir et blanc très pur du film est un bonheur de presque tous les instants, valorisant la lumière discrète mais au cordeau de Charles Lawton Jr. (La Dame de Shanghai, Tokyo Joe...), restituant à la profondeur de champ tout son sens lorsque c'est nécessaire, et ne perd son éclat qu'au détour de quelques plans plus abîmés que les autres et nettement moins nets. Broutille dans la tenue générale de l'édition.

 


Son :

Les deux pistes (vo et vf) sont d'une propreté et d'une clarté inespérées, l'une comme l'autre. Les acteurs de doublage parfaits et s'en donnant à cœur joie font que la version française, enregistrée beaucoup plus récemment, se regarde sans déplaisir et sans trop y perdre (les moins âgés se laisseront peut-être distraire par la voix du prolifique Marc Cassot, excellent choix au demeurant, qui leur évoquera davantage le professeur Dumbledore des Harry Potter que le politicien interprété par Tracy).

 


Interactivité :
Pas moins de trois présentations pour cette œuvre faussement légère, qui se superposent parfois mais fonctionnent avec bonheur comme une sorte d'entonnoir : celle de Patrick Brion, toujours, particulièrement enthousiaste et qui ne tarit pas d'éloges sur un film qu'il considère à juste titre comme l'un des plus beaux et personnels de Ford, resituant ce dernier comme à son habitude dans la carrière du cinéaste, s'attardant sur le roman original et son inspiration ancrée dans le réel (le maire de Boston ayant servi de base au personnage n'a visiblement pas apprécié le film du tout !), et s'étendant longuement sur tous les aspects narratifs et thématiques du métrage. Jean-François Rauger, dans sa propre présentation, se propose de creuser les mêmes pistes thématiques ainsi que les grands axes de la carrière de Ford, les enrichissant par une exposition du contexte historique et social des États-Unis à cette époque (effectivement central dans le film, qui y fait constamment référence par petites touches), et s'attardant spécialement sur deux ou trois moments comme la fameuse séquence de veillée funèbre, dans toute leur richesse et leur complexité. Enfin, l'intervention de Jean-Baptiste Thoret resserre encore l'étau, précise la pensée, sous forme d'un commentaire audio plaqué sur quelques séquences emblématiques qu'il illustre très justement ; le propos rejoint tout à fait ceux de Brion et Rauger, mais sa forme d'analyse filmique détaillée, fondée sur la mise en scène pure, est capitale pour rendre compte pleinement de cette parfaite machine à filmer qu'était John Ford.
Et comme si cela ne suffisait pas, l'édition comprend également un long portrait écrit et présenté par Lindsay Anderson et réalisé par Andrew Eaton en 1993, consacré à la carrière de Ford dans sa chronologie, avec nombreuses interventions du maître et de ses collaborateurs. Forcément passionnant, voire bouleversant, sauf que le document ne porte que sur sa vie et sa filmographie jusqu'au tournant des années 1940 et de l'après-guerre - sa période la moins connue, donc, et il est bon de mettre un coup de projecteur dessus, mais le néophyte autant que l'aficionado auraient tout de même aimé en voir davantage sur toute la suite qui fait plus que jamais partie de l'Histoire, et de la légende ! Peut-on espérer la seconde partie du document sur une prochaine édition...? Wait and see !

Liste des bonus : Présentation de Jean-Baptiste Thoret (12') ; Présentation de Jean-François Rauger (23') ; Présentation de Patrick Brion (18') ; Bande-annonce (3') ; Ford par Lindsay Anderson (43')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020