LE JOUR DES MORTS-VIVANTS
Day of the Dead - Etats-Unis - 1985
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Jour des morts-vivants  »
Genre : Horreur
Réalisateur : George A. Romero
Musique : John Harrison
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais DTS HD Master Audio 5.1 et 2.0 et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 101 minutes
Distributeur : ESC Distributions
Date de sortie : 21 octobre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Jour des morts-vivants  »
portoflio
LE PITCH
Les morts-vivants règnent sur Terre. Dans un bunker, une poignée de scientifiques essaie de trouver un remède ou une solution à l’invasion. Un bataillon réduit de militaires dirige cette enclave souterraine et, sous l’impulsion du capitaine Rhodes, menace les scientifiques d’arrêter leurs expérimentations. La tension monte entre les deux factions.
Partagez sur :
Last Days of earth

Troisième opus de la saga des morts-vivants de George A. Romero, créateur du genre, Le Jour des morts-vivants est longtemps resté un objet mal aimé et incompris. Aujourd'hui largement réévalué à l'aune de ses nombreuses copies et autre séries tv zombiesques, celui que le cinéaste considérait comme sa plus belle réussite reste d'une actualité mordante.

Comme les amateurs le savent par cœur, le film de zombie n'a jamais vraiment été l'obsession de George A. Romero, mais surtout une réponse à une demande constante du public et des financiers n'acceptant ses projets que s'ils se titraient « of the Dead ». D'où cette utilisation unique de la figure du mort qui marche, non pas utilisée en tant que tel comme une créature fantastique et effrayante, mais comme un vecteur narratif, une extrapolation d'un discours beaucoup plus personnel. Succès planétaire Zombie, ou Dawn of the Dead, était alors venue éclairer le délitement de la culture américaine dans une société de consommation vertigineuse. Le Jour des morts-vivants lui répond directement en explorant ce monde rendu au bout de sa logique, éclairant alors directement l'Amérique triomphante de Reagan, ces fameuses années 80 célébrant les yuppies, écrasant les plus pauvres et valorisant le nationalisme économique et guerrier par une série de blockbusters bodybuildés que déploraient Romero. Un cinéaste capable de réécrire entièrement son premier scénario, vaste et épique (dont on retrouvera des éléments dans le futur Land of the Dead), afin de préserver sa totale liberté de création et son auditorium adulte, quitte à réduire de moitié son budget. Une intégrité constante qui caractérise le cinéma de Romero, et qui trouve ici un durcissement imposant, tant le métrage avance à total contre-courant des modes de son époque.

 

Déjà mort


Il refuse ainsi d'adoucir ses violentes séquences gores (merci à la dream team Tom Savini, Greg Nicotero et Howard Berger) par un humour trop prononcé ; opte uniquement pour des acteurs méconnus (mais parfait) ne répondant certainement pas aux codes hollywoodiens ; privilégie le thriller psychologique et le dialogue à l'action et offre une nouvelle charge contre le monde militaire, décrit ici comme une horde d'abrutis vicieux et dangereux, optant forcément pour le contrôle armé et le fascisme. On est très loin de Rambo II, film souvent cité comme antithèse par le cinéaste. Loin de l'esthétique comicbook et fun donc, Le Jour des morts-vivants se veut d'un réalisme à toute épreuve, resserrant drastiquement ses enjeux sur un ultime groupe de survivants, isolé dans son bunker, alors qu'au-dessus la civilisation est tombée, laissée au mains des morts. Mais même là le pessimisme reste maître puisque incapables de collaborer, le groupe reproduit rapidement les fractures de l'ancien monde, les scientifiques s'arguant comme les autorités intellectuelles au dessus de tous, et les militaires comme les étalons virils refusant à demi-mot que Sarah n'ait choisie de s'offrir à un seul homme. Comme toujours chez Romero, les seules personnages qui provoquent sa sympathie sont les outsiders, les indépendants, les rebelles, les minorités. Pas étonnant que le groupe de héros se résument alors une femme et deux hommes (dont un noir à l'accent jamaïcain) qui ne rêvent plus qu'à un nouveau départ et un oubli salvateur de cette société morbide. Logique que le personnage le plus mémorable du film soit l'attachant Bub (incroyablement interprété par Sherman Howard), nouveau chaînon dans l'évolution des zombies qui, telle la créature de Frankenstein, développe une humanisation limitée mais avec toute cette sensibilité qui manque tant aux vivants. La mise en scène faussement discrète et la lumière souvent distantes et froides, ont beau jouer un calme apparent, Le Jour des morts-vivants est un film qui hurle constamment le besoin d'un revirement, d'un changement drastique, d'une échappée vers un monde meilleur, plus juste et plus humain. C'était en 1985...

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Moins coté que les précédents La Nuit des morts-vivants et Zombie tous deux restaurés en 4K, Le Jour des morts-vivants doit composer avec des remasterisations qui ne sont jamais remontées à la source et au négatif original. Cela ne veut pas dire que le rendu est défaillant, mais simplement qu'il restera nettement en dessous de deux premiers opus. Et si le générique du film fait clairement peur avec sa définition très soft et lissée, les choses s'arrangent rapidement par la suite avec un piqué beaucoup plus précis. C'est particulièrement notable dans les séquences en pleines lumières et les gros plans où les détails des maquillages et des effets gores n'ont jamais été aussi clairs et nets, soulignant une fois encore le travail impressionnant de l'équipe de Tom Savini. C'est un peu plus compliqué en basse lumière avec des cadres qui semblent plus aplatis et surtout un peu moins détaillés. La colorimétrie gagne clairement ici avec une rehausse chaleureuse des contrastes, et ça lui va bien. Nettement supérieur en tous cas à la précédent édition française.

 


Son :
L'éditeur propose un nouveau mix DTS HD Master Audio 5.1 qui s'efforce en effet de donner un peu plus d'ampleur et de modernité à la bande son d'origine. Quelques ambiances marquent le coup (essentiellement dans les galeries hantées par les zombies), mais le rendu à aussi régulièrement des petits échos artificiels qui peuvent déplaire aux puristes. Heureusement ces derniers peuvent aussi profiter de la frontalité d'origine, en anglais comme en français, avec des DTS HD Master Audio 2.0 très clairs et équilibrés, qui savent offrir quelques effets dynamique avant bienvenus.

 


Interactivité :
Attendu de pied ferme par les fans, nombreux, de Romero, Day of the Dead se paye enfin une édition collector digne de ce nom en France. Les plus collectionneurs pourront ainsi opter pour le packaging pop-up accompagné de son poster et de ses cartes exclusives, uniquement en vente sur le site de l'éditeur. Les autres trouveront un fourreau un peu plus sobre avec le DVD et le Bluray contenant une très belle sélection de bonus. Avec les indispensables tout d'abord, déjà exploité aux USA depuis les DVD collector d'Anchor Bay soit un passionnant et collégial commentaire audio bourré d'informations et d'anecdotes, deux longs B-Roll s'insinuant dans les coulisses du tournages et en particulier du coté de la confection des effets spéciaux et le fameux La Fin du monde. Un making of de 90 minutes qui réussit à réunir tout le monde et qui aborde avec sobriété, efficacité et sans langue de bois, tous les aspects du film, de ses différentes versions à sa sortie difficile en passant bien entendu par le tournage éreintant dans les carrières. Tout est dit, mais ESC offre aussi la parole au journaliste Alexandre Jousse qui se fend d'une présentation plutôt complète du film (une sorte de résumé du making of en sommes) complété par une analyse passionnée de la séquence d'ouverture.
Voilà qui est bien plus satisfaisant que le catastrophique Day of the Day 2 : Contagium offert en 2013 par Filmedia non ?

Liste des bonus : Commentaire audio de George A. Romero, Tom Savini, Production Designer Cletus Anderson et Lori Cardille, Entretien autour du film avec Alexandre Jousse (20'), Analyse de séquence par Alexandre Jousse (5'), « La fin du monde : L'Héritage du Jour des Morts Vivants » (86'), Coulisses des effets spéciaux (30'), Coulisses du tournage (20'), Vidéo Promotionnel des mines Wampum (8'), Spots TV, Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020