VIERGES
Ein Betulot Bakraiot - Israel, France, Belgique - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Vierges »
Réalisateur : Keren Ben Rafael
Musique : Renaud Mayeur
Image : 2.35 16/9
Son : Hébreu DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 90 minutes
Distributeur : Extralucid Films
Date de sortie : 7 octobre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Vierges »
portoflio
site officiel
LE PITCH
A Kyriat Yam, petite station balnéaire au nord d’Israël, tout semble s’être arrêté, Lana, 16 ans, s’est jurée de lutter contre l’immobilisme et la résignation. Elle est loin d’imaginer que la rumeur d’une sirène va réveiller sa ville de sa torpeur et lui permettre enfin de vivre.
Partagez sur :
La p'tite sirène

Aussi improbable que ça puisse paraitre, Vierges est tiré d'une histoire vraie. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas l'histoire d'une jeune adolescente qui voulait quitter sa ville qui a inspiré la réalisatrice Keren Ben Rafael pour son premier film, mais bel et bien la rumeur qu'une sirène se promenait aux abords de Kyriat Yam, une station balnéaire d'Israël. Le maire de la ville promit même une récompense d'un million de dollars à quiconque apporterait une preuve de son existence.

Partie d'abord dans l'optique d'en faire un documentaire, la réalisatrice se rendit compte que cette histoire n'enflammait pas autant les esprits des locaux qu'elle l'aurait pensé et choisi de transformer le documentaire en fiction qui traiterait plutôt de la place des fantasmes dans nos vies. Pour ça elle va mettre en scène trois générations de femmes, de l'adulte à l'enfant en passant par l'adolescente et les confronter aux illusions et désillusions qu'elles vont vivres. Au centre de ce trio se trouve Lana, jeune fille de 16 ans qui veut quitter la ville où elle a toujours vécu et où le temps semble s'être arrêté depuis longtemps, Kyriat Yam. Sa rencontre avec Chipi, un journaliste très séduisant, et sorti littéralement de la mer, va lui donner l'opportunité de pouvoir s'échapper, du moins c'est ce qu'elle espère. Sa mère, Irena, gérante d'un café au bord de mer déserté pour cause de promenade qui n'a pas pu être construite assez longue par manque de budget. Elle est la maitresse du maire du la ville qui la berce d'illusion en lui promettant qu'il divorcera bientôt pour elle. Le troisième personnage, Tamar, est la nièce d'Irena, et donc la cousine de Lana, c'est une enfant venant de Jerusalem qui a récemment perdu sa mère et qui vient passer l'été à Kyriat. Encore dans l'enfance, elle va profondément croire à l'histoire de cette sirène qui naviguerait aux abord de la plage et va assister silencieusement aux changements que cette histoire va engendrer chez sa tante et sa cousine.

 

Kyriat Yam terminus


Ce que met en scène Vierges (qui est aussi la signification de sirène en hébreu) c'est bien la confrontation entre les fantasmes et la réalité et les durs désillusions que cela peut engendrer. Irena qui sait être passée à côté de sa vie, Lana qui veut grandir à tout prix au risque de passer par de mauvaises décisions et Tamar qui a peur de quitter l'enfance et veux continuer à croire au risque même de se mettre en danger. Là où se trouve la réussite du film c'est que toutes ses trajectoires vont se lier autour de l'histoire de la sirène et c'est ce mythe qui va les faire grandir et leur permettre de s'émanciper. Elles seront pour cela, toutes les trois seront confrontées à deux sirènes, une qui les blessera et une qui les aidera. Ainsi le conte n'est pas seulement un prétexte pour raconter cette histoire mais reste constamment le moteur des personnages et Keren Ben Rafael met en scène son film en gardant toujours une touche de fantaisie que ce soit dans les personnages atypiques qui peuplent le café ou l'apparence presque irréelle de cette plage déserte et rapproche parfois le film de ceux de Bruno Dumont.

Une sincérité qui permet de passer outre les défauts inhérents à une première oeuvre (certains effets fait à l'économie ou l'utilisation très peu variée des focales, principalement longue) et qui fait souffler un petit vent de fraicheur au milieu de la grisaille de l'automne.

Benoit Llamazares












Partagez sur :
 

Image :
Le transfert blu ray est d'excellente qualité et le piqué de l'image rend parfaitement l'atmosphère très particulière du Kyriat Yam du film avec ses teintes jaunâtres et ternes et ses touches de couleurs ponctuelles.

 


Son :
Rien à dire au niveau du son aussi, le film n'a pas bénéficié d'un doublage français mais le blu-ray propose une piste V.O DTS 5.1, tout à fait correcte. Bien équilibré, elle rend très bien dans les scènes atmosphériques, surtout celles situées la fin du film, à la limite du fantastique.

 


Interactivité :
Extralucid Films a fait les choses bien pour les bonus du films puisqu'ils ont enregistré pour l'occasion une interview avec Karen Ben Rafael (entièrement en français). La réalisatrice revient sur la genèse du film, l'histoire vraie de la récompense de la ville de Kyriat Yam pour ceux qui prouveront l'existence de la sirène. Sa découverte de l'ambiance très particulière de la ville, qui lui a donné envie de tourner vraiment le film là-bas, et les concessions qu'elle a du faire mais qui ont finalement donné l'identité du film (tournage en hiver au lieu de l'été et les changements climatiques et de lumière que ça impliquait).
On retrouve ensuite une interview de trois des acteurs principaux (Joy Rieger, Evgenia Dodina et Manuel Elkaslassy), mais pas assez longue (7min) pour pouvoir vraiment developper leurs propos. On retiendra quand même le souvenir du premier jour de tournage (la dernière scène du film) qui aurait bien pu être aussi le dernier si on en croit les actrices qui ont du affronter une tempête en pleine mer. Pour finir dans les bonus liés au film, on retrouve une scène coupée très courte (1min23) qui nous montre Lana être violentée par un groupe de filles. Une scène interessante qui permet de contraster le caractère dur de Lana mais qui est hélas mis en scène de manière un peu molle et amoindri l'effet ressentit.

Dernier supplément et pas des moindre, et qu'on aimerait voir plus souvent dans des bonus, deux courts métrages réalisés par Karen Ben Rafael. Le premier L'aurore Boréale, met en scène un père et sa fille interprété par le vrai duo père fille Hippolyte et Ana Giradot épaulé par Jonathan Cohen et Marc Citti tous deux très drôle dans un tandem de flics à côté de la plaque. Le deuxième court, I'm Your Man, plonge dans l'humour absurde et raconte les retrouvailles très passionnées de deux ex, qui une fois leurs ébats finis se retrouvent littéralement bloqués l'un dans l'autre. Une situation très inconfortable qui le devient encore plus quand la nouvelle compagne de l'homme arrive dans l'appartement... Un court très drôle là aussi porté par un duo Vincent Macaigne-Maylis Ricordeau tous deux excellents dans une position pas très confortable (dans tous les sens du terme). Deux bonus présentés en HD et qui permettent de découvrir que le côté absurde de Vierges était déjà présent dans les précédents travaux de la réalisatrice.

Liste des Bonus : Interview Karen Ben Rafael (19'), Interview Acteurs (7'), Scène coupée (1'), L'aurore Boréale (13',I'm Your Man (15'), Bande Annonce (1')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020