LES WEEK-ENDS MALéFIQUES DU COMTE ZAROFF
France - 1974
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « Bluray 4K »
Image de « Les Week-ends maléfiques du Comte Zaroff »
Réalisateur : Michel Lemoine
Musique : Guy Bonnet
Image : 1.66 16/9
Son : Français & Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 85 minutes
Distributeur : Le Chat qui fume
Date de sortie : 13 juillet 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Week-ends maléfiques du Comte Zaroff »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Descendant direct d'un comte sadique adepte de la chasse à l'homme, Boris Zaroff laisse libre cours à ses pulsions cruelles sur des jeunes filles de passage. Entre la complicité de son majordome et les interventions du fantôme d'une ancienne victime, Zaroff craint de perdre la raison…
Partagez sur :
Tous les chemins mènent au bis

Après le joli succès d'édition (mérité) de La Rose écorchée, Le Chat Qui Fume dégaine Les Week-ends maléfiques du Comte Zaroff de Michel Lemoine. Tout le charme et la poésie du bis à la française dans une copie restaurée en 4k et accompagnée de suppléments magnifiques.

Disparu en 2013 à l'âge tout à fait respectable de 90 ans, Michel Lemoine a débuté sa carrière en tant que comédien au théâtre à la fin des années 40 (notamment dans une adaptation du chef d'œuvre de John Steinbeck, Des souris et des hommes) avant d'obtenir ses premiers rôles au cinéma sous la direction de Sacha Guitry, Julien Duvivier ou Maurice Tourneur. Son physique racé et ses yeux verts lui offrent une petite renommée mais son répertoire reste classique. Il faut attendre les années 60 pour que ses goûts se tournent , au gré des rencontres, vers un cinéma moins « bourgeois ». Il tourne à deux reprises devant la caméra de José Benazeraf puis s'envole pour l'Italie et rencontre Mario Bava, Duccio Tessari, Sergio Sollima et Antonio Margheriti. À son aise dans le cinéma de genre, il commence à écrire, dans son coin, des scenarii qu'il offre sans contrepartie à ses amis producteurs. Le virus de la mise en scène le pique enfin après avoir travaillé pour Jesus Franco, Robert Hossein, Max Pécas et Jean-François Davy. L'érotisme, qui entame sa lente mutation vers le hard sera sa porte d'entrée vers des productions à très petit budgets.
Il signe son premier long-métrage en 1970. Drame érotique en partie autobiographique, Les Désaxées lui permet de tourner avec sa compagne d'alors, Janine Reynaud. Et Lemoine de persister dans l'érotisme artisanal jusqu'aux Week-ends maléfiques du Comte Zaroff qu'il tourne en seulement treize jours et finance en partie de sa poche. De la nudité, il y en a toujours bien évidemment. Mais il y incorpore du fantastique, de l'onirisme, de la comédie et de l'horreur. Il espère tenir là son ticket vers des productions plus cossues et pouvoir prendre un peu ses distances avec le cinéma d'exploitation. Malheureusement, la censure française lui tombe dessus et classe le film d'un X sans appel qui en pénalise la distribution. Dépité, Michel Lemoine n'a d'autre choix que de s'orienter vers le porno, un genre souvent méprisé auquel il offrira au moins une pépite au début des années 80, le gentiment cul(te) Marilyn, mon amour avec la plantureuse Olinka.

 

La Mort en héritage


Que reproche t-on aux Week-ends maléfiques du Comte Zaroff pour le censurer ainsi au milieu des 70's ? On y voit de la nécrophilie, de la violence gratuite et de l'incitation au meurtre et à la torture. Jugement sacrément excessif pour une bande d'exploitation réalisé avec des bouts de ficelle et qui ne se prend pas toujours au sérieux.
Hier comme aujourd'hui, il est impossible de regarder le film sans esquisser un sourire devant ses nombreuses et attachantes maladresses. Hasardeuse mais irrésistible par ses accents bon enfant (mention spéciale au duo impayable Nathalie Zeiger / Robert de Laroche), l'interprétation s'empêtre dans des dialogues très littéraires et qui manquent de naturel. L'horreur reste timide et cède plus volontiers la place à une atmosphère de roman photo ou de bande dessinée et un fantastique désuet mais dont la sincérité force le respect. Si l'histoire se voudrait une suite contemporaine des Chasses du Comte Zaroff de Ernest B. Shoedsack, elle prend à bras le corps son décorum français et offre le portrait d'une bourgeoisie déviante qui se plaît à cacher ses lourds secrets dans des châteaux isolés à la campagne. La très belle scène qui ouvre le film réinterprète d'ailleurs avec goût nos traditionnelles chasses à courre lorsqu'une demoiselle toute nue tente de fuir le comte et son molosse. Sexe, violence et morceaux de terroir.


Outre un talent certain pour mettre en valeur la plastique de ses ravissantes actrices (Martine Azencot et sa danse lascive mérite à elle seule le visionnage) et les dénuder sans une once de vulgarité, Michel Lemoine soigne ses cadres et le rythme général. On ne s'ennuie jamais devant Les Week-ends Maléfiques du Comte Zaroff et l'ensemble dégage un charme réel et un amour du genre qui l'éloigne bien vite du Z triste et vers les contrées plus fréquentables du bis joyeux. Car si l'envie vous prend de rire gorge déployée devant les turpitudes d'un noble en veste de velours et poussé au vice par un majordome stoïque et l'innocence de donzelles peu farouches, sachez que le regretté Michel Lemoine et toute son équipe ne vous en tiendront pas rigueur. Point de moquerie mais une bonne humeur partagée pour ce fier représentant de tout un pan disparu de notre cinéphilie.

Alan Wilson










Partagez sur :
 

Image :
Restauré minutieusement à partir de diverses sources (le titre de sa ressortie en vidéo au début des années 80, Sept femmes pour un sadique, apparaît ainsi à l'écran), le magnum opus de Michel Lemoine ressuscite tel le phénix dans une copie de toute beauté. Quelques défauts demeurent avec une poignée de plans irrémédiablement abîmés et des noirs virant au gris du fait du traitement numérique mais il ne sont vraiment pas représentatifs d'un travail exemplaire qui respecte le grain d'époque, les couleurs et les contrastes avec une définition et une compression à toute épreuve. Totalement inespéré.

 


Son :
Pas de souffle (ou alors va falloir tendre l'oreille et pousser le volume à fond), pas de faiblesses, pas de saturation. Les pistes audio ont elles aussi été nettoyées pour le bonheur de vos enceintes. Les dialogues manquent sans doute un peu de relief mais la musique très vintage de Guy Bonnet déploie une jeunesse retrouvée.

 


Interactivité :
L'opulence et la cohérence. Premier supplément à attirer notre attention, le commentaire audio animé par l'assistant réalisateur et acteur Robert de Laroche partage ses souvenirs avec générosité. Le même a d'ailleurs l'occasion de développer son propos et d'aborder son amitié avec Michel Lemoine dans un long entretien face caméra. Et si tout cela ne suffisait pas, l'éditeur a eu la belle idée d'inclure deux courts métrages de Laroche tournés entre 1971 et 1972 et où l'on peut apercevoir, entre vampires et démons, le futur réalisateur de Rue Barbare, Gilles Béhat. Robert de Laroche boucle sa participation en commentant l'une des quatre scènes coupées (et restaurées!) qui laissent à croire que Michel Lemoine avait envisagé son film avec un second degré méta relativement prononcé et une violence plus frontale.
Lemoine, tiens, on avait failli l'oublier ! Pas de panique, les archives sont là pour nous ramener sa bonne parole via une interview réalisée en 1999 et qui, pendant près de trois quart d'heure, déroule une carrière et des anecdotes passionnante. Archives toujours avec un court documentaire daté de 1994 et qui témoigne de l'extinction des petites salles de quartier parisienne en tendant son micro aux projectionnistes, aux propriétaires et à un certain Jean Rollin. Et si ce programme très complet ne suffit pas à étancher votre soif de nostalgie, Le Chat Qui Fume met à votre disposition deux ouvrages conséquents : Michel Lemoine, Gentleman de l'étrange, essai biographique signé Lucas Balbo et Edgard Baltzer, et une collection de photos de tournages des Week-ends Maléfiques du Comte Zaroff. Du beau, du lourd, de l'indispensable.

Liste des bonus : Commentaire audio de Robert de Laroche / Interview de Michel Lemoine (41 min) / Interview de l'acteur Robert de Laroche (57 min) / 4 scènes inédites / Chutes de tournage / Chutes de montage / Courts métrages « Chroniques de voyage » et « Baphomet » de Robert de Laroche / Documentaire Paris Ciné Bis (25 min) / Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020