THE GRUDGE 3
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « DVD »
Image de « The Grudge 3 »
Genre : Horreur
Réalisateur : Toby Wilkins
Musique : Sean McMahon
Image : 1.77 16/9
Son : Français et Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 90 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 16 mars 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « The Grudge 3 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Une jeune femme japonaise détient le secret qui pourrait mettre fin à la malédiction des Saeki. Elle voyage jusqu'à Chicago où elle rencontre dans un immeuble une famille qui se bat pour survivre aux fantômes. Ensemble, ils vont affronter le fantôme de Kayako afin de sauver leurs âmes de leur tragique destin devenu imminent.
Partagez sur :
Apparitions intempestives

Six films, un jeu, des mangas.... The Grudge concurrence méchamment l'autre série horrifique à succès nippone : Ring.. Mais comme son petit camarade, son passage sur le terrain américain ne s'est pas fait sans heurts.

 

La saga The Grudge est une œuvre protéiforme. Initiée sous la forme de direct-to-video gravement fauchés mais bourrés d'idées par un tout jeune Takashi Shimizu (Marebito, Réincarnation), les deux premier Ju-On (titre nippon) ont eu le loisir de revenir sous la forme de remakes flippants pour le cinéma... Puis dans des versions mi-remake mi-chapitres originaux produits pour le marché américain, avec un premier opus des plus pertinents quant à la rencontre Orient / Occident. La série est pour le moins singulière, puisque jusqu'ici chaque épisode était dirigé par le seul et unique Shimizu. En soi The Grudge 3 est un mini-évènement puisqu'il marque le retour de la licence dans le marché de la vidéo, mais surtout la passation de pouvoir à un nouveau réalisateur. L'artiste original ayant montré de lourds signes de fatigue avec The Grudge 2, cela paraissait indispensable. Bon, de là à confier l'affaire à Toby Wilkins, responsable d'un Splinter considéré par beaucoup comme le pire film de Gérardmer 2008... Un choix curieux, mais au moins il semble s'être calmé pour son second essai.

 

Où sont les ghostbusters ?


S'écartant volontairement de la construction en chausse-trape et des intrigues à tiroirs chères au japonais, Wilkins tente d'installer une tension plus classique. Caméra lente, séquences qui prennent leur temps, personnages plus fouillés... Un travail à l'américaine certes, plus propret, un peu fauché parfois (le maquillage des fantômes est bien trop visible) mais qui fait l'effort de l'alternative. Du moins dans sa première partie, puisque responsable d'un cahier des charges assez lourds, le réalisateur se sent obligé dans la seconde moitié de lâcher les fantômes vengeurs de Kayako et Toshio à tout bout de champ, quitte à sabrer définitivement l'effet de peur et de surprise.  Concentré dans un seul et unique bâtiment introduit dans le final du précédent opus, The Grudge 3 peine d'ailleurs à exploiter l'efficacité du huis-clos et s'égare même lorsqu'il évoque le Shining de Stephen King avec une possession assez ridicule ou Ring 2 avec un flashback nippon censé expliquer les pouvoirs de fantômette. Un épisode final (on espère) laborieux, pour une série qui a déjà exploré ses meilleurs atouts en long, en large et en travers.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :
 

Image :
Tourné en numérique et non sur pellicule comme les quatre autres long-métrages cinéma, The Grudge 3 affiche forcément une lumière moins travaillées et un effet de profondeur biaisé. Une qualité moins convaincante qui ressort parfois un peu trop sur le master immaculé de Metropolitan, mais les couleurs sont bien tenus, les contrastes présent et la compression impeccable.

 


Son :
Finis les direct-to-video en stéréo, le numéro 3 profite donc comme ses petits camarades d'un Dolby Digital 5.1 français et anglais qui assure une belle clarté dans ses effets. Même si effectivement ceux-ci sont en général concentrés sur les enceintes avant à cause de la mise en scènes frontale du réalisateur.

 


Interactivité :
Difficile d'arriver après les autres sans vouloir trop appuyer sur la réduction drastique du budget. Ainsi le making of, déjà court, prend la moitié de son temps pour démontrer que tourner en Bulgarie a tout du choix idéal. Pas franchement la place après ça pour mon expliciter le choix du réalisateur et ses ambitions, pour présenter l'ambiance du plateau...etc. Les producteurs préfèrent relancer une énième featurette sur la saga et démontrer en quoi ce troisième opus s'inscrit dans la lignée des épisodes précédents. Beaucoup, beaucoup de promo dans tout ça.

 

Liste des bonus : Making of (10'), La malédiction continue (6'), 3 scènes coupées (5'), bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020