FULL ALERT
高度戒備 - Go do gaai bei - Hong-Kong - 1997
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Full Alert »
Genre : Policier
Réalisateur : Ringo Lam
Musique : Peter Kam
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Cantonnais DTS HD Master Audio 7.1
Sous-titre : Français
Durée : 97 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 28 juillet 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Full Alert »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Mak Kwan, est arrêté́ par la police en pleine nuit à son domicile. Accusé du meurtre d’un architecte, il avoue très vite son crime. L’inspecteur Pao acquiert bien vite la conviction que le crime n’est que la première étape d’un audacieux cambriolage. Les deux hommes vont alors s’affronter dans une guerre autant physique que psychologique…
Partagez sur :
Au bord du gouffre

Longtemps resté inédit en france, Full Alert est pourtant le dernier film majeur de Ringo Lam, retrouvant la hargne de sa « trilogie » On Fire et annonçant violemment la chute d'un Hong-Kong post-rétrocession. La fin d'une époque.

Disparu il y a deux ans à peine, Ringo Lam fut l'un des grands maitres du polar HK. Des positions cependant beaucoup plus sèches, plus cauchemardesque que fantasmées, qui détonnaient déjà aux cotés d'un virtuose comme John Woo. Si le plus grand nombre connaît surtout de lui, et c'est assez triste, ses Vandammeries honorables mais Vandammeries quand même (Risque Maximum, Replicant et In Hell), il fut surtout l'auteur de City on Fire (référence centrale de Reservoir Dogs), Prison on Fire et School on Fire établissant sous couverts de films d'action et thrillers virils un état des lieux sans détour de la société hongkongaise, de sa violence et de l'omniprésence de la criminalité. Des personnages borderlines, aux contours moraux flous, dont on retrouve tout la force dans Full Allert, polar chinois pur jus à la trame finalement assez anodine (un flic doit stopper un braquage en préparation) qu'il tord à sa vision nihiliste du genre. Si on peut voir parfois dans la construction générale du film et les rapprochements pleins de respect entre l'inspecteur Pao (Lau Ching-Wan) et son adversaire Mak Kwan (Francis Ng) une variation asiatique du fabuleux Heat de Michael Mann, il n'y a pourtant ici aucun trace de romantisme chevaleresque, de volonté métaphysique de s'extraire d'un rôle imposé, tant les deux pôles du métrage semblent obsédés par leurs propres démons.

 

CHiens de guerre


Deux figures qui ne connaissent que la violence, que les courses-poursuites, que leurs métiers respectifs et qui sont prêts à entraîner tout le monde dans leur chute. Un passant est blessé par balle en pleine poursuite... L'inspecteur ne s'arrêtera même pas, poursuivant sa course effrénée jusque dans les rues les plus glauques et insalubres de la cité, finissant même lui-même par être recouvert par la pourriture qui y stagne. A l'image de ses deux protagonistes, Ringo Lam explore une Hongkong rarement montrée à l'écran composées uniquement de ruelles étroites, de murs décrépis, d'eau croupies, constamment creusée par une photographie sombre et presque crasse. Hongkong est en plein pourrissement ne sachant pas encore à quelle sauce elle sera mangée, tandis que ses habitants jouent aux gendarmes et au voleurs pour quelques billets qui sembleront bien accessoires en fin de route. Constamment sous tension, nourri d'un rythme haletant, presque éreintant, Full Alert a beau impressionner par sa maîtrise formelle, séduire par une poursuite en voiture en plein centre ville (tourné sans autorisation cela va de soit) qui renvoit directement au Friedkin de French Connection (là où les personnages semblent plutôt s'extraire de Police Fédérale Los Angeles), pas une once de noblesse ici ou d'héroïsme. La mort y est omniprésente, inutile et frontale, hantant chaque regard et chaque dialogue, alors que les revolvers ressemblent plus à des fardeaux que des ses excroissances des agiles sabres d'autrefois. Un vrai film noir aux accents d'apocalypse.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Inédit en vidéo en France, Full Alert nous parvient directement en Bluray grâce à Spectrum qui nous propose au passage une copie particulièrement réussie. Si les yeux les plus acérés observeront parfois de petits segments plus marqués par quelques outils numériques et effets de lissage, la grande majorité impose une haute définition extrêmement précise apportant un piqué et un détail qui révèlent toutes les matières et les rugosités de ce polar urbain. La profondeur, marquée, accroit plus que jamais la sensation d'une cité écrasante. Les couleurs, bleutées ou grisâtres, sont de leur coté parfaitement maitrisées.

 


Son :
Seule piste disponible le DTS HD Master Audio 7.1 est forcément un peu surprenant pour un film HK des 90's, s'efforçant constamment de pousser au maximum la dynamique des ambiances et l'énergie des scènes d'action. Quitte parfois à pousser un peu trop les effets de distances et les échos des coups de feu. Cela étant dit, le son est plutôt bien équilibré et restitue avec force l'énergie des dialogues et les accélérations nerveuses.

 


Interactivité :
Encore une fois l'éditeur français fait le plein de bonus en regroupant une masse imposante de témoignages de spécialistes et de passionnés. La désormais traditionnelle présentation du film par Arnaud Lanuque (avec malheureusement toujours ce même problème de prises sonores) embrasse très efficacement tous les sujets, de la carrière générale de Ringo Lam à la place presque terminale de Full Alert dans sa carrière, et il faut reconnaitre que malgré le talent des intervenants suivants les réflexions ont un peu tendance à se répéter. Avec des inserts d'interviews de Lam sur le podcast en anglais, sur le ton de la discussions détendue avec le podcast Stéroïd, ou de manière plus posée avec Nathalie Bittinger (universitaire) et Julien Sévéon, avec en guise de conclusion une analyse express de 5 minutes qui sait aller à l'essentiel.
Vaste programme tout de même dont le point d'orgue reste forcément le commentaire audio du réalisateur récupéré sur une ancienne édition DVD. Si le témoignage n'est pas toujours des plus intenses, le cinéaste revient très ouvertement sur ce qui reste l'un de ses meilleurs films, ses ambitions stylistiques, les personnages...

Liste des bonus : Commentaire audio de Ringo Lam, Présentation du film par Arnaud Lanuque (9'), Ringo Lam par Nathalie Bittinger (12'), Podcast Stéroïd spécial (17), « Full Alert : le dernier polar hongkongais » par Julien Sévéon (16'), « Full Alert: To Live and Die in HK » par HKast (6'), Podcast On Fire: The Director Serie (31'), Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020