DOCTOR WHO : THE FACELESS ONES
Royaume-Uni - 1967 / 2020
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Doctor Who : The Faceless Ones   »
Réalisateur : Gerry Mill, AnneMarie Walsh
Musique : Ron Grainer
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais DTS HD Master Audio mono
Sous-titre : Anglais pour sourds et malentendants
Durée : 143 minutes
Distributeur : BBC
Date de sortie : 16 mars 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Doctor Who : The Faceless Ones   »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le docteur et ses amis Ben, Polly et Jamie arrivent à l'aéroport de Gatwick. Ils tombent rapidement sur un complot extraterrestre, centré sur la mystérieuse «Chameleon Tours» - une compagnie de vacances à bas prix, dont les jeunes passagers ont disparu dans des circonstances inexpliquées. Avec l’aide de Scotland Yard et du personnel de l’aéroport, le Docteur enquête plus avant, mais il ne faut pas longtemps avant que ses propres amis ne commencent à disparaître également.
Partagez sur :
Passagers 1ère classe

Il se passe toujours de belles choses dans la galaxie de Doctor Who. Comme ces multiples renaissances en miniséries animées d'épisodes que les connaisseurs croyaient définitivement perdus. Des résurrections qui permettent de remettre en valeur l'une des meilleures incarnations du célèbre héros de la BBC : Patrick Troughton.

Au début des années 70 quelques grands penseurs de la BBC eurent une riche idée lorsque pour faire de la place dans les archives ils décidèrent de se débarrasser de quelques bobines sans intérêt qui prenaient la poussière. Ces milliers d'heures de télévision britannique partirent en fumées dont toute la première saison de Chapeau Melon et bottes de cuirs et plus d'une centaine d'épisodes de Doctor Who, impactant aujourd'hui considérablement les saisons du premier docteur, William Hartnell, et surtout du second, Patrick Troughton, dont il ne reste alors que quelques bribes intactes. Ce n'était, comme souvent, sans compter sur la passion de quelques mordus qui enregistraient directement sur leur poste de télévision les bandes sonores à chaque diffusion. Un matériau qui aujourd'hui, accompagné des deux épisodes (le 1er et le 3eme) retrouvés miraculeusement quelque part en Australie, sert de base à une équipe d'animation rodés à l'exercice pour faire renaitre les six épisodes The Faceless Ones sous une forme sobrement animée. Une petite production, ne le cachons pas, qui doit se calquer le rythme et les effets sonores du programme original, tout en imposant sa propre esthétique joliment rétro qui s'apparente par son animation flash, sa petite rigidité et ses décors aux lignes épurées à un pont volontaire vers les dessins animés des 60's et surtout quelques productions Hanna-Barbara de la décennie suivante.

 

le moins est l'ami du bien


Pas du Pixar loin de là, mais en restant constamment verrouillé aux volontés initiales du programme, de s'imprégner des étranges espaces vides de la bande sonores de Ron Grainer et d'un scénario de SF qui, économie télévisuelle british des 60's, devait incessamment se recentrer sur les personnages et limiter au maximum les créatures (ici des aliens défigurés façon pizza) et les maquettes (une station spatiale qui ne fonctionna jamais vraiment), The Faceless Ones est une aventure atmosphérique particulièrement réussie. Sans doute aussi parce que les compagnons de la saison précédente, Polly et Ben sont sur le départ, et que la trame se resserre sur le duo, désormais iconique, formé par le vaillant jeunes écossais Jamie et ce curieux Doctor de seconde génération. Le « cosmic hobo » comme il sera parfois renommé, petit personnage farfelu à la fois grotesque et mystérieux, feintant l'ignorance et de petites lâchetés pour mieux maitriser ses opposants. Un personnage fabuleux dont se souviendra malicieusement Steven Moffat lorsqu'il confira le rôle à Matt Smith en 2010. Ici confronté à un peuple extraterrestre kidnappant les jeunes gens prenant des billets auprès de la compagnie aérienne Chameleon Tours, il démontre toute son habilité à déjouer l'ordre établi, à moquer les figures d'autorités bien rivées dans leurs bottes, à sauver cette espèce humaine encore une fois menacée, sans condamner totalement ces créatures voleuses de visages, elles-mêmes hantées par leur propre extinction. Pas forcément le serial le plus original de cette longue existence télévisuelle, mais un reflet solide, habilement écrit et irrésistible d'une époque et d'une école que l'on se réjouit de redécouvrir.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Deux sources cohabitent ici. La première est celle de deux fois six épisodes animés en numériques qui naturellement s'intègrent parfaitement sur le support. La version noir et blanc dans le 1.33 historique impose ses contrastes fermes. La version couleur 1.85 plus large et vive rayonne de ses teintes vives et pimpantes. Et les deux sont bien entendu dotées d'une définition sans anicroche. La seconde source est celle des épisodes d'origine, datés et mal préservés qui ont été ici upscalés du mieux possible en bravant le grain vidéos neigeux, la définition en berne et les nombreuses perditions (bords déformés, mouvements floutés, plans abimés, cadres pas toujours stables...). Dans ces conditions, le rendu final est certes loin de la perfection, mais réussit le petit miracle d'être tout à fait regardable avec ce petit quelque chose de « document d'archive » qui peut séduire.

 


Son :
Longtemps seule approche existante de ces épisodes, les bandes sonores furent en général non pas préservées par la BBC mais bien enregistrées en direct par quelques fans. Compositeurs sur la série dans les années 80 et fan invétéré, Mark Ayres s'est une nouvelle fois chargé du travail de restauration (image et son) et s'en sort à nouveau avec les honneurs. Certes ça chuinte un peu et le mono est forcément très plat, mais le confort d'écoute est réel avec une netteté tout à fait inédite sur ces épisodes. Sortie british par excellence, pas de sous-titres français à l'horizon.

 


Interactivité :
Proposé sous la forme d'un steelbook trois disques au design original, The Faceless Ones ne contient pourtant qu'assez peu de suppléments originaux intéressants. En l'occurrence, comme pour les précédents Power of the Dalek et The Macra Terror, l'unique making of présenté ne se penche absolument pas sur le serial d'origine (là ou les autres titres BBC se montrent pourtant incroyablement généreux), préférant se concentrer sur la confection des épisodes animés. Intéressant soit, mais incomplet cela va sans dire. Là où les galettes jouent la carte de l'exhaustivité c'est sur les épisodes en eux même puisqu'ils sont disponibles ici sous quatre formes distinctes : les épisodes 1 et 3 d'époque qui peuvent être glissé en option dans le flux des six remakes en noir et blanc (premier disque), les six refaits en couleurs et format contemporain pour satisfaire les modernistes (disque 2) et enfin les montages de screenshot et de photos de production avec narration dites Telesnap (disque 3). A cela s'ajoute quelques restes de stock-shot d'avions non utilisés et de rares précieuses secondes des épisodes disparus. Malgré quelques manques on sent que c'est là une édition confectionnée par des fans pour les fans.

Liste des bonus : Colour Animated Episodes 1-6, The Original Episodes 1 & 3, Telesnap Reconstructions of Original Episodes 2, 4, 5 & 6, Audio commentaries (Animated Episodes 4, 5 & 6, plus Original Episodes 1 & 3), Face to Face with the Faceless Ones (Making of), Stock Footage from Original Production, Surviving Film Fragments, Trailer - Fury from the Deep, PDFs, Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020