LES EXTERMINATEURS DE L’AN 3000 & ATOMIC CYBORG
Il giustiziere della strada / Vendetta dal futuro - Italie, Espagne - 1983 / 1986
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Exterminateurs de l’An 3000 & Atomic Cyborg »
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 197 minutes
Distributeur : Pulse Video
Date de sortie : 9 mars 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Exterminateurs de l’An 3000 & Atomic Cyborg »
portoflio
LE PITCH
En 1997 au Nouveau-Mexique. Le professeur Mosley, l'un des plus importants dénonciateurs de la pollution atmosphérique, se bat pour empêcher la construction de nouvelles structures dans des quartiers surpeuplés. Turner, riche industriel, fait appel à des hommes de la pègre pour se débarrasser de lui. Mosley est placé sous la protection de la police, mais Paco Queruak, un cyborg dont les organes humains ont été remplacés à 70 % par de l'électronique après un accident, parvient à le...
Partagez sur :
Hitchhikers Warriors

Présentés il y a quelques mois comme un projet Kisskissbankbank accompagné du livre de Claude Gaillard Retour vers les futurs et de quelques goodies (T-Shirt, posters...) les illustres Exterminateurs de l'An 3000 et Atomic Cyborg se rappellent à nos bons souvenirs, survivants lointains d'un cinéma bis qui piquaient à tous les râteliers pour notre plus grand plaisir.

Ayant épuisé tour à tour les filons du western, du peplum, du giallo, du polar et de l'horreur rapidement gore, le cinéma italien n'a plus d'autre choix en ce début des années 80 de se tourner vers d'autres modèles : la science-fiction, l'action post-apocalyptique et l'actionner massif. Deux problèmes cependant, ces genres sont d'autant plus couteux que les effets spéciaux ont fait de formidables bonds en avant aux USA et que la télévision poubelle ritale (merci Berlusconi) est en train d'anéantir les dernières sociétés de production. Comme si ça allait les arrêter ! Comme le rappelle Sergio Martino dans l'interview proposée en supplément, c'est comme toujours la débrouillardise du technicien italien qui vient au secours du genre, lui permettant de s'inspirer largement des derniers succès en date pour en donner des versants certes beaucoup moins inspirés, plus bas du front, mais indéniablement divertissants, funs... que ce soit au premier comme au second degré. Et en l'occurrence Les Exterminateurs de l'An 3000 et Atomic Cyborg, respectivement réalisés par Giulinao Carmineo (Django arrive, préparez vos cercueils, Ratman...) et Sergio Martino (Toutes les couleurs du vice, Torso, 2019 après la chute de New York) soit deux artisans aussi prolifiques que sérieux (enfin surtout le second), sont deux exemples parfaits de cette méthode et connurent des succès équivalents dans les vidéoclubs puis les rayons promos vidéos sous des titres divers et très variés (voir des fois c'étaient d'autres films dans la boite).

 

Pas seuls dans le désert


Ainsi le premier est ni plus ni moins qu'une copie presque conforme du fabuleux Mad Max 2 de George Miller, invoquant à son tour une terre transformée en désert, courant après les dernières réserves d'eau, au milieu duquel débarque un antihéros désabusé qui va épauler temporairement une petite communauté contre un vilain chef de guerre grimaçant. Vieille caisses hérissée de piques, tenues cuirs et à fourrures, cascades et explosions à tout va, Carnimeo (plus connu sous son pseudo Anthony Ascott) fait du mieux qu'il peut pour donner leur dû aux amateurs et s'en sort souvent assez bien. Il faut bien entendu passer outre un budget à l'économie (dans le futur on s'habille comme des immigrés tchèques et malgré la chaleur les bonnets ont survécus), des acteurs à la limite de l'amateurisme et une tentative lourdingue d'imposer un gamin insupportable et cybernétique pour faire « Amblin ». Du post-nuke comme on en fait plus où, à l'instar du suivant Atomic Cyborg, les considérations écologiques ne sont qu'un ingrédient parmi d'autres, un simple élément du décor bazardé sur l'hôtel du spectacle bis.

 

La Main de fer qui tue


Plus apprécié encore que l'essai de Carnimeo, Atomic Cyborg a réussi le miracle d'être pratiquement aussi cultes dans certaines contées reculées qu'un certain Terminator. Amusant, mais pas forcément mérité, puisque le film est un énorme rip-off du classique de James Cameron (jusqu'à la fameuse scène du bras à nu) mêlé à un soupçon de New York 97 et... une sacrée dose de Over The Top. En l'occurrence, ce qui commence comme une illustration d'une cité moderne au bord de l'implosion et un cyborg futuriste (mais ne venant pas du futur, nuance) qui refuse au dernier moment de mener sa mission d'assassinat jusqu'au bout, glisse rapidement vers un film d'action burné dans une taverne au milieu de l'Arizona avec des duels de bras de fer. Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone en un ! En voilà un lourd héritage pour le pauvre Daniel Green, alias Paco, manifestement en pleine crise de constipation. Si on y ajoute une romance exacerbée avec la gentille propriétaire des lieux, de la castagne de poivrot avec le toujours impressionnant George Eastman (Anthropophagous), une enquête policière surréaliste (« Alors ce serait... un tueur bionique ! ») et un duel final au laser avec un John Saxon payé à la minute, le résultat est aussi improbable, chaotique, qu'absolument irrésistible. Toujours à la lisière du gros nanar qui tache sans jamais y tomber totalement, Atomic Cyborg est effectivement un classique... euh en son genre.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Exploités autrefois par le biais de vieilles VHS baveuses et craspecs (voir les VHS-O-VISION des bonus pour se rappeler cette belle époque de notre tolérance oculaire) les deux films reviennent dans nos vertes vallées par le biais de nouvelle copies HD qui.... font ce qu'elles peuvent. Manifestement les sources utilisées n'étaient pas de première fraicheur et le travail de restauration ne s'est fait que par le biais d'outils numériques. Les cadres sont ainsi assez propres, plutôt stables et la définition est largement supérieure à ce que l'on avait vu jusque-là. Malheureusement ces remasterisations s'accompagnent des petits soucis de piqué habituels avec un dégrainage et un lissage parfois excessifs et des couleurs pas aussi pêchus qu'on aurait pu l'espérer.

 


Son :
Amateurs nostalgiques voici les bons vieux mono d'époque avec un petit soupçon de clarté nouvelle. C'est forcément un peu rustre dans la restitution mais rien de vraiment étonnant à cela vu les origines des films. Le doublage anglais, entre prises directes et postsynchronisations, est forcément un poil excessif, mais ce n'est rien à coté des versions françaises, aux jeux outrés ou effacés, aux traductions aléatoires interdisant tout visionnage au premier degré.

 


Interactivité :
Premiers titres d'une collection que l'on espère florissante, Les Exterminateurs de l'An 3000 et Atomic Cyborg sont accompagnés de petits suppléments variés loin d'être inintéressants.
Le premier propose ainsi une interview de Claude Gaillard qui présente naturellement son ouvrage Retours vers les futurs proposé en pack avec les Bluray, ainsi qu'une large et impressionnante sélection de bandes annonces de productions post-apo qui font office d'excellents compléments au bouquin. En plus d'un amusant petit court-métrage façon Mad Max en voitures de collections dans la campagne française, la galette propose un commentaire audio atypique et moqueur réunissant quelques copains qui retrouvent l'esprit des visionnages à la maison.
Un poil plus sérieux, les bonus d'Atomic Cyborg sont essentiellement composés d'une longue interview carrière de Sergio Martino. Une rencontre en français plutôt détendue et amusante dans laquelle l'artisan se livre en tout honnêteté et modestie sur sa vision d'un cinéma au service du public, évoquant tour à tour l'ère du giallo, de la comédie, du western ou de la télévision avec nombre de petites anecdotes et de souvenirs de la grande époque du cinéma italien. Bien entendu les deux Blurays proposent leurs galeries d'images et affiches traditionnelles, ainsi qu'une option VHS pour redécouvrir les films de la seule manière qu'on pouvait les voir dans les années 80/90 : en vidéo dégueux.

Liste des bonus Les Exterminateurs de l'an 3000 : commentaire audio en roue libre de Davy Mourier, Thomas Combret, le Captain Web et Manox, Le film en VHS-O-VISION, Claude Gaillard parle de son livre Retours vers les futurs (20'), Trailers of the Apocalypse (30'), Diaporama des photos d'exploitation, Diaporama des affiches du film à travers le monde, Gasoline Road (2016, 8').

Liste des bonus Atomic Cyborg : Le film en VHS-O-VISION, Interview carrière de Sergio Martino (55'), La bande-annonce française, Diaporama des photos d'exploitation, affiches du film à travers le monde, des affiches ayant copié celle d'Atomic Cyborg à travers le monde.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020