AVANTI !
Etats-Unis - 1952
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Avanti ! »
Genre : Comédie
Réalisateur : Billy Wilder
Musique : George Brand
Image : 1.85 16/9
Son : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 144 minutes
Distributeur : Rimini Editions
Date de sortie : 17 mars 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Avanti ! »
portoflio
LE PITCH
Riche homme d’affaires américain, Wendell Ambruster III débarque sur l’île d’Ischia, en Italie, pour y récupérer la dépouille de son père. Il découvre que celui-ci avait une maîtresse, qu’il retrouvait chaque été depuis dix ans, et dont la fille Pamela loge dans le même hôtel que lui. Wendell souhaite à tout prix éviter le scandale que provoquerait une telle révélation.
Partagez sur :
Revanche italienne

Elégants, raffinés, caustiques, les films de Billy Wilder sont un peu tout cela. Thématique principale de sa filmographie, la comédie atteint grâce à lui un niveau de respectabilité que le genre n'avait pas forcément.

Dégouté des studios pour avoir massacré et remonté son film La Vie privée de Sherlock Holmes, le réalisateur en a gros. Lui qui a su ramener des dizaines de billets verts dans les comptes en banque des producteurs, se retrouve tout à coup débouté comme un malpropre par la United Artist. Si la pilule est dure à faire passer, il ne compte pas rester sur cette vexation mais compte rapidement se remettre en selle et prouver ainsi que le patron c'est encore et toujours lui. Homme de cinéma amateur de théâtre, il va jeter son dévolu sur une pièce de Samuel Taylor qu'il avait déjà adaptée en 1954 avec Sabrina.
Hors de question de retourner pour l'instant dans une production gérée de A à Z dans les locaux d'un studio. Quitte à s'émanciper, autant le faire de l'autre côté de la planète, loin des costards des producteurs hollywoodiens. Sa terre d'accueil sera l'Italie et sa nouvelle demeure Cineccita.

 

sans frontière


Wilder jouera le jeu de la double identité en recrutant sur place. L'équipe technique comme la majeure partie de la distribution respirera la comedia d'el Arte, principalement dans les seconds rôles où le plaisir des acteurs de se la jouer à l'italienne donne un charme tout particulier au film. Le réalisateur paie son crédit à son pays d'adoption jusque dans son titre italien : Avanti (qui signifie entrée). Le film marquera une nouvelle étape dans la carrière de son auteur. La dernière d'ailleurs. Une période plus cynique où les bilans se font plus pressants. Celui-ci interviendra sur ce film avec le personnage de Jack Lemon (huit collaborations au compteur avec son réalisateur) qui connaît sur le bout des doigts la musique de son acolyte. L'acteur évolue en même temps qu'il en apprend sur le passé de son père dans le film. (Mal) accompagnés par Juliet Mills ils s'aperçoivent que leurs défunts parents étaient amants. Forcément antipathiques, ils finiront dans les bras l'un de l'autre comme l'ombre fantomatique de leurs parents jadis. Sous la forme vaudevillesque, Wilder parsème son film d'un humour noir, parfois décalé. Il en profite pour épingler les travers aussi bien américains qu'italiens en s'en moquant gentiment comme ils avaient pu le faire précédemment sur l'Allemagne d'après-guerre dans son film 1,2,3. Malgré tout, le cinéaste pèche par son tempo ; le film s'étire sur près de deux heures trente (trop pour une comédie) et aurait sans doute gagné à recentrer son sujet.

Mais Wilder le maîtrise par sa connaissance cinématographique et nous livre une comédie italienne à l'américaine (à moins que ce ne soit le contraire). Avec Avanti le cinéaste nous offre un film plus personnel qu'il n'y paraît. Une pierre de plus pour mieux comprendre l'œuvre de cet auteur.

Cédric Lemaire




Partagez sur :
 

Image :
Chaleureuse, lumineuse comme le soleil d'Italie, les images sont chatoyantes et le piqué au top niveau. Le master ne trahit nullement la pellicule de l'époque mais la réhausse pour le plaisir des yeux. Une restauration HD de qualité, un peu daté mais efficace, à défaut d'être flamboyante.

 


Son :
En Dolby, le son est épuré de parasites. Claire et limpide, la balance est bien équilibrée faisant la part belle aux compositions musicales italiennes et aux joutes verbales.

 


Interactivité :
Deux supléments maison accompagnent le métrage. Quelques souvenirs de l'acteur Pippo Franco qui s'était illustré chez Fellini et Antiononi qui se remémore l'ambiance de tournage avec nostalgie et fierté. Le second est une nouvelle rencontre entre les journalistes Mathieu Macheret du Monde et de Frédéric Mercier du magazine Transfuge, plus dans le monologue que dans la conversation qui évoque leur point de vue analytique sur le film.

Liste des bonus : Interview du comédien Pippo Franco 15', Conversation entre les journalistes Mathieu Macheret et Frédéric Mercier 28', bande annonce 2'.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020