SI TOUS LES GARS DU MONDE…
France - 1956
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Si tous les gars du monde…   »
Genre : Drame
Réalisateur : Christian-Jaque
Musique : Georges Van Parys
Image : 1.33 4/3
Son : Français DTS HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français pours sourds et malentendants
Durée : 112 minutes
Distributeur : Coin de Mire
Date de sortie : 22 octobre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Si tous les gars du monde…   »
portoflio
LE PITCH
Le chalutier « Lutèce » pêche en pleine mer, à deux jours des côtes. Un des hommes de l’équipage tombe malade, atteint d’un mal étrange. Puis, un autre. Il n’y a pas de médecin à bord. Le capitaine fait lancer des appels par radio, mais personne ne répond. Le mal fait de nouvelles victimes…
Partagez sur :
De bonnes ondes

Entonné sur toutes les radios de France par des Compagnons de la chanson convaincus, le tube Si tous les gars du monde fut aussi un film, et certainement l'un des plus gros succès français de l'année 1956. Populaire et universel, et ça Christian-Jaque c'est son affaire.

Ce fut d'ailleurs ce que lui reprocha longtemps la génération suivante (vous savez la Nouvelle vague) qui ne vit en lui qu'un de ces vieux artisans figés dans une mécanique du divertissement s'engageant aussi facilement dans les mystères enfantins des Disparu de St Agil que dans les bonds triomphants de Fanfan la tulipe. Et effectivement, sans parler là véritablement d'auteur, ou en tout cas comme l'entendaient ses dénigreurs, le cinéma de Christian-Jaque tend constamment vers une universalité, vers un message à l'attention de ses spectateurs qui résonne comme des prêches humanistes. Un soupçon de naïveté parfois, un besoin d'affirmer les égalités et de souligner les injustices qui le pousse vers quelques maladresse ou évidences comme la grande tirade de Bourvil à la fin de Les Bonnes causes, où ici une voix of façon Amélie Poulain qui vient décrire régulièrement l'image pour souligner les bonnes actions des protagonistes. Une chaine humaine qui va se mettre en action pour sauver d'une mort certaine l'équipage d'un chalutier perdu en plein mer, et dont la beauté du geste n'avait certainement pas besoin d'effet supplémentaire. D'autant que cette installation de dominos humains (tous joliment caractérisés, petits héros du quotidien) qui traverse une bonne part de l'Europe, les bonnes actions des uns provocants celles des autres, suffit amplement à titre de démonstration et de force dramatique.

 

message in a bottle


Cela part de quelques échanges radios captés au hasard, d'un rebond vers le vieux Paris (l'occasion de croiser un Trintignant débutant), d'un détour vers les aéroports pour manquer de s'effondrer dans une Allemagne coupée en deux par les russes et les américains... Il y a certainement quelques ressorts du conte moderne ici, du passage de relais dont Jean-Pierre Jeunet se fera longtemps plus tard le descendant, et bien entendu de la métaphore grandeur nature du potentiel humain, loin des frontières, des langues et des dissensions stupides. Outre le contexte de la Guerre froide, Christian-Jaque en profite aussi pour évoquer directement une Guerre d'Algérie entamée deux ans plus tôt en plaçant face à face un marin Bleu Marine et un sympathique représentant des colonies bien entendu immédiatement accusé de l'empoisonnement collectif. L'ironie, attendue mais toujours amusante, étant que c'est bel et bien le jambon franchouillard fait par bobonne qui est à l'origine de tout cela. Happy-end prévu, amitié et compréhension au bout du chemin sont prévu, Si tous les gars du monde reste un de ces métrages qui donnent du baume au cœur, galvanise les espoirs et rappelle que la haine n'est pas la seule constante de se brave abrutis d'humain. Sans doute un peu inspiré par un Henri-Georges Clouzot ici coscénariste, Christian-Jaque travail un cinéma moins rigide qu'à l'accoutumé, tournant au maximum en intérieur, sur un véritable navire de pèche ou dans les rues d'un Paris aujourd'hui disparu, avec une énergie communicatrice et de vrais instants de suspens lorsque la machine se grippe dans les ruelles de Berlin où manque de s'effondrer à cause d'une tempête au Togo. Mais quand on se donne tous la main tout devient possible parait-il.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
A la différence de la plupart des titres proposés par Coin de mire, Si tous les gars du monde... n'a à priori pas profité d'un nouveau scan du négatif, mais a été remasterisé à partir de celui existant. Le rendu est forcément moins spectaculaire, moins pointilleux, mais cela ne l'empêche pas d'aboutir à une copie tout à fait convaincante. Les cadres sont excessivement propres, les contrastes bien tranchés et si la définition bataille parfois un peu avec quelques bords fluctuants et du dégrainage numérique (visible sur certains visages en zoomant) l'ensemble délivre des reflets argentiques et un piqué des plus séduisants.

 


Son :
Le mono français d'origine a été restauré et installé confortement sur une piste DTS HD Master Audio 2.0. Le son est clair, plutôt équilibré et sans véritables perditions.

 


Interactivité :
Encore sertis dans cette élégant Mediabook de noir vêtu et à peine rehaussé de quelques lettres d'or, Si tous les gars du monde... est proposé avec autant de soin que tous les titres de Coin de mire soit avec un livret piqué dans la reliure proposant une reproduction du livret de presse et quelques autres documents d'archives, ainsi que deux pochettes contenant des reproductions de photos d'exploitations et de l'affiche. Les disques eux reproduisent le modèle de la fameuse Séance de cinéma à l'ancienne (optionnelle) proposant avant le long métrage une édition des actualités Pathé de 1956 avec une visite africaine de la Reine Elizabeth et une évocation de frimas spectaculaires en France (c'était le bon temps), une bande annonce et une belle sélection de publicités à l'ancienne entre machine à laver Vedette et colle pour dentier, qui font toujours autant sourire.

Liste des bonus : Un livret reproduisant des documents d'époque (24 pages), 10 reproductions de photos d'exploitations (14,5 x 11,5 cm), la reproduction de l'affiche d'époque (29 x 23 cm), la séance complète avec actualités Pathé, réclames publicitaires et bandes-annonces d'époque.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020