LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS
High Noon - Etats-Unis - 1952
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Train sifflera trois fois »
Genre : Western
Réalisateur : Fred Zinnemann
Musique : Dimitri Tiomkin
Image : 1.33 4/3
Son : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 84 minutes
Distributeur : Sidonis
Date de sortie : 6 mars 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Train sifflera trois fois »
portoflio
LE PITCH
A peine marié, le shérif Will Kane apprend que Frank Miller, un homme qu’il a fait arrêter cinq ans plus tôt, arrivera en ville par le train de midi. Déjà, trois de ses complices l’y attendent. Le sens du devoir l’emportant sur la démission qu’il avait l’intention de donner, Kane espère cependant que quelques-uns de ses concitoyens prennent les armes avec lui. Aucun ne le suit. Bien que le combat s’annonce perdu d’avance, le shérif se dresse contre les bandits…
Partagez sur :
90 minutes pour vivre

Beaucoup de choses ont été dites sur ce film. Grand film pour certains, petit western méprisable pour d'autres, Le Train sifflera trois fois aura néanmoins réussi à traverser les décennies et à devenir une œuvre de référence. Pourquoi ? Un petit rappel des faits semble nécessaire.

Habituellement, les westerns finissent avec le héros chevauchant vers le soleil couchant avec sa belle à ses côtés. Un héros sans peur, parcourant les grands espaces à la recherche de la justice. C'est à peu près l'archétype des cow-boys de l'époque. Mais voilà qu'un jour, un petit scénariste immigré juif ayant été contraint de fuir le nazisme et la délation arrive en ville avec un scénario à adapter. Un Western justement, style de films le plus en vogue dans son pays d'adoption. Étranger à cette culture américaine peuplée de mâles alpha, il commence son histoire là où les autres se terminent. Le héros est vieillissant et se décide enfin à épouser sa belle pour vivre une retraite bien méritée. C'est alors que les ennuis commencent (et pas à cause du mariage). Pas de bol pour lui, c'est ce jour-là que décide de débarquer par le train de midi la pire crapule qu'il avait arrêtée jadis pour prendre sa revanche avec ses complices. Il est 10h30 et il a 90 minutes pour appeler ses concitoyens en renfort pour faire rebrousser chemin aux criminels. Tic-tac. L'idée de génie du film reste d'avoir monté le film en temps réel où la temporalité du métrage est ponctuée de plans d'horloges rappelant que l'inéluctable se rapproche. Tic-tac.

 

courage, fuyons


Pour en arriver là, tout devait tenir dans une préparation storyboardée aux petits oignons. Avec moins de vingt jours de tournage et un budget au plancher, l'organisation devait être de mise. Réputé pour être un metteur en scène méticuleux, Fred Zinnemann n'a pas eu de mal à imposer son film dépouillé pour aller à l'essentiel. Le shérif interprété par Gary Cooper passera son temps à essayer de convaincre ses concitoyens à venir l'aider. Son interprétation toute en nuances, fort en public mais laissant apparaître ses failles et ses craintes dans sa solitude forcée lui vaudront un oscar. Le héros n'est plus infaillible et la ville est remplie de lâches. L'écriture donnera la part belle aux seconds rôles. Les actrices ne sont plus des potiches mais des femmes au caractère bien trempé tandis que les hommes (Lon Chaney et Lloyd Bridges en tête) retournent leur veste aussi vite qu'ils boivent du whisky tiède. Chacun ira de son discours. Une scène dans une église dérive en débat politique, une autre dans un bar sera éloquente de lâcheté et d'opportunisme... Et pendant qu'ils jacassent, le temps s'écoule et notre pauvre shérif est de plus en plus seul. Tic-tac. Le montage du film nous rappelle cette donnée. Les plans d'horloges se font de plus en plus présents et de plus en plus gros. La pendule donne le rythme sur la rencontre inéluctable.
Le Train sifflera trois fois se montrera comme une radioscopie de l'Amérique 50's. Objet de tous les scandales. Le scénariste Carl Foreman victime du maccarthysme ne restera présent que par l'intervention de Cooper. A l'instar de son personnage, celui-ci restera exemplaire devant comme derrière la caméra, menaçant de quitter le projet si Foreman est évincé. Dans ce contexte, les avant-premières seront désastreuses. John Wayne héros national taxera le film d'anti-américain, Howard Hawks dira avoir réalisé Rio Bravo pour faire oublier l'affront de ce film envers la nation. L'Amérique ne voudra pas se refléter dans ce miroir qu'il considère comme déformé. Le parallèle entre la fiction et la réalité est effrayant et toutes les vérités ne semblent pas bonnes à dire.

Néanmoins, contre toute attente, le film sera un triomphe. La chanson du film « Do Not Forsake Me, Oh My Darlin » un carton. Avec quatre oscars à la clé, les mauvaises langues s'inclinent. La politique a perdu ; le peuple a parlé. Le film se regarde aujourd'hui comme un pamphlet toujours d'actualité. Décidément, ce train-là n'a pas fini de siffler.

Cédric Lemaire
Un Autre Avis :

« Classique parmi les classiques du western, Le Train sifflera trois fois aurait pu avoir usurpé sa place, ou en tout cas être prisonnier d'un écrin glacé. Drame éthique au cœur du décor viril de l'ouest, drame puissant sur la solitude du courage et suspens conçu avec une tension mathématique, l'essai de Fred Zinnemann est indémodable. »  N.B-D.





Partagez sur :
 

Image :
Ce nouveau master gagne nettement en définition particulièrement sur les scènes d'intérieur où le piquet est au plus juste pour un film de cet âge. Les séquences d'extérieur tiennent moins bien la route avec un grain parfois envahissant dans les moments fortement lumineux.

 


Son :
Le mono 2.0 tient bien la route. La balance entre les dialogues et la partie musicale est parfaitement équilibrée sans que l'une des pistes n'envahisse l'autre, notamment avec la piste musicale quasi-omniprésente de Tiomkin.

 


Interactivité :
High Noon est proposé sous la forme d'un Mediabook déjà très recherché comprenant, en plus des disques DVD et Bluray, un livret des plus informatifs concocté par Patrick Brion. Nous ne nous attarderons pas ici sur les éternelles, mais solides, présentations fournies de Tavernier et de Brion mais plus sur les documentaires évoquant les coulisses du film. Mené par l'historien Leonard Maltin, il évoque volontiers les coulisses politiques dont le film fit les frais avec le maccarthysme. Cerise sur le gâteau, l'intervention de l'ex-président Bill Clinton qui compare le rôle de Gary Cooper avec celui d'un président qui se retrouve souvent seul contre tous ! Enfin, si vous voulez faire une soirée Karaoké, un module avec les diverses interprétations de la chanson phare du film est disponible jusqu'à plus soif.

Liste des bonus : Présentation par Bertrand Tavernier 37', présentation par Patrick Brion 24', dans les coulisses 50', making of 22', remise des Oscars 2', Katy Jurado parle de Grace Kelly 1', trailer 2', Chansons.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020