LES VALEURS DE LA FAMILLE ADDAMS
Addams Family Values - Etats-Unis - 1993
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Valeurs de la famille Addams »
Réalisateur : Barry Levinson
Musique : Marc Shaiman
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais & Français Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français, anglais...
Durée : 94 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 1 novembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Valeurs de la famille Addams »
portoflio
LE PITCH
L'arrivée d'un nouvel enfant sème la discorde dans la famille Addams. Débordés, Gomez et Morticia engagent Debbie, une gouvernante, sans se douter que cette dernière en veut à la fortune de l'oncle Fester…
Partagez sur :
Bijoux de famille

18 ans après la sortie d'un DVD nu comme un ver, Paramount réédite enfin Les Valeurs de la famille Addams avec un blu-ray ... nu comme un ver. Pas de bonus donc mais une copie haute-définition de tout premier ordre pour se replonger dans ce qu'il est convenu de considérer comme l'une des meilleures comédies américaine des 90's.

S'il sort du tournage de La Famille Addams physiquement et moralement essoré, Barry Sonnenfeld ne se prive pourtant pas de savourer le succès d'un premier long-métrage auquel certains (dont Steven Spielberg) prédisaient un avenir fort peu rentable. Malgré les incidents, les démissions, les dépassements de budget et de délais, le changement de studio en cours de tournage (Parmount reprit les rênes après la faillite d'Orion), l'adaptation sur grand écran de l'œuvre de Charles Addams parvient à séduire un large public, éclipsant ironiquement le Hook de Spielby au box-office. Le ton (politiquement très incorrect), le soin apporté à la direction artistique et le talent d'une partie du casting (Raul Julia et Anjelica Huston en tête) font oublier un rythme assez inégal et un scénario qui tire pas mal à la ligne.
Alors qu'il aurait pu passer la main, il rempile. Mieux préparé, Sonnenfeld profite de l'inévitable séquelle pour corriger les scories de son précédent essai. Et le futur réalisateur des Men in Black ne se contente d'affiner la forme. Gomez, Morticia et toute la tribu Addams ont, dès leur création, servi de contrepoint salutaire aux clichés de la famille américaine idéale, bien blonde, bien née et bien blanche mais Barry Sonnenfeld pousse la satire un peu plus loin et s'attaque aux fondations d'une société loin d'être aussi tolérante qu'elle le prétend. Dans l'exercice du déboulonnage des mythes de l'American Way of Life, seul le Mars Attacks ! de Tim Burton se permettra d'aller aussi loin au cours d'une décennie où le politiquement correct fit son grand retour à Hollywood, dans le sillage sulfureux du scandale d'Etat Clinton/Lewinsky.

 

La Mort leur va si bien


Politique, Les Valeurs de la famille Addams l'est indiscutablement. Le titre lui-même est un pied de nez à une déclaration du républicain et très conservateur Dan Quayle, ancien vice-président sous Bush senior (la fameuse « décadence des valeurs familiales » lors des émeutes de Los Angeles en 1992). Signé Paul Rudnick, le scénario construit deux intrigues en parallèle et répond à de nombreuses scènes du premier film avec un discours nettement plus mature et cinglant. Contrairement à la vulgaire chasse au magot des escrocs qui tentaient de profiter de l'amnésie de l'oncle Fester, l'imposture de Debbie la veuve noire (hilarante Joan Cusack) dénonce à la fois l'hypocrisie des rapports homme/femme et le consumérisme comme seul idéal du bonheur conjugal. Dans le même esprit, alors que Wednesday et Puglsey s'amusaient à éclabousser tout un parterre de parents d'élèves avec des litres de faux sang lors d'une représentation théâtrale, un acte jouissif mais résolument puéril, Rudnick et Sonnenfeld détournent une comédie musicale sur Thanksgiving et Pocahontas pour s'attaquer avec une férocité inouïe aux mensonges des premiers colons américains. Souvent citée (et à juste titre) comme la scène la plus emblématique et la plus drôle du film, cette réécriture de la grande Histoire offrent à des enfants différents et méprisés de tous de jouer la « revanche » des indiens d'Amérique sur ceux qui les ont massacré et qui ont volé leurs terres. Par cet acte de rébellion spectaculaire, Wednesday Addams (Christina Ricci, prodigieuse) affirme bien haut le credo de sa famille, la plus centrale de ses valeurs : l'honnêteté. Les Addams sont peut-être des sociopathes, des satanistes, des freaks en puissance mais ils ne pratiquent guère l'hypocrisie. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'humour qui découle de leur répartie tient à un décalage savoureux entre un premier degré inébranlable et les réactions outrées des gens « normaux ».

Servi par un timing millimétré, des répliques aux petits oignons (« Il a les yeux de ton père. Gomez, enlèves-les lui de la bouche. » ou encore « Je jouerai la victime ! - Oui, toute ta vie. ») et une mise en scène qui déborde d'idées et d'énergie, Les Valeurs de la famille Addams est un sommet d'humour noir et probablement le meilleur film de Barry Sonnenfeld. Et ce n'est pas parce qu'il n'a pas été le grand succès de 1993 que cela doit nous empêcher de lui faire un triomphe aujourd'hui.

Alan Wilson








Partagez sur :
 

Image :
Déjà très propre, la copie du DVD ne fait pourtant pas le poids face à ce nouveau master taillé pour la haute-définition. Le gain de définition est réelle et invite à scruter les arrières-plans de la demeure décrépie des Addams pour se régaler de détails jusqu'alors imperceptibles. Le grain cinéma est conservé avec soin et les couleurs n'ont pas été boostées inutilement pour tenter de rajeunir le film. Dès le plan d'ouverture avec un Fester se détachant très nettement d'une lune factice et démesurée, on est sous le charme. L'atout majeur de cette sortie très attendue.

 


Son :
Les pistes 5.1 originales sont de retour et n'ont subi aucune cure de jouvence. Et elles n'en avaient nullement besoin. Il suffit de se régaler d'une spatialisation discrète mais redoutable (le lancer de couteaux de Gomez, les bouchons de champagne qui sautent à l'unisson après un tango endiablé) pour ne pas regretter l'absence de DTS ou de Dolby Atmos. Le film a 26 ans mais il n'a pas pris une ride !

Liste des bonus : Aucun

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019