VENGEANCE MEXICAINE
Barbarosa - Etats-Unis - 1982
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Vengeance mexicaine »
Genre : Western
Réalisateur : Fred Shepisi
Musique : Bruce Smeaton
Image : 2.35 16/9
Son : Français et Anglais DTS HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 90 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 24 septembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Vengeance mexicaine »
portoflio
LE PITCH
Dans un Texas pré-guerre civile, un jeune homme tue par accident son beau-frère et doit fuir au Mexique. Peu de temps après, il fait la connaissance de Barbarosa, un hors-la-loi. Les deux hommes font équipe malgré le mode de vie de Barbarosa. Le vieil hors-la-loi conseille de revenir au Texas : c’est bien la vengeance qui les unit avant tout.
Partagez sur :
A la croisée

Jolie surprise que cette sortie blu-ray de Vengeance Mexicaine (Barbarosa en V.O) chez Elephant Films. Un film méconnu, passé inaperçu au moment de sa sortie et depuis lors, mais dont la très jolie restauration dont il a bénéficié lui redonne une seconde chance de se faire connaitre.

On peut dire qu'au moment de sa sortie, Vengeance Mexicaine, n'avait pas mis toutes les chances de son côté. Un western, genre complètement disparu quand le film sort sur les écrans en 1982 ; un duo d'acteur atypique, Willie Nelson et Gary Busey, complété par un scénario dont les thèmes philosophiques auraient été plus en phase avec le public une décennie plus tôt. Racontant le parcours initiatique d'un jeune homme, Karl (interprété avec beaucoup de justesse par Gary Busey) qui va croiser la route d'un célèbre hors-la-loi, Barbarosa (Willie Nelson excellent en légende de l'ouest fatiguée), et vivre avec lui plusieurs (mes)aventures qui vont le confronter à la violence et les spirales qu'elle peut créer, et le changer profondément.
À cette époque, le western a déjà connu toutes les variations possibles et imaginables, Vengeance Mexicaine se pose comme une sorte de synthèse de tous ces différents styles. On y retrouve le romantisme des westerns de l'âge d'or Hollywoodien à travers la candeur et le sens de l'honneur de Karl et des mouvements de caméra très amples qui dévoilent les majestueux décors naturels dans lesquelles vont se nouer les drames humains des personnages. Barbarosa, avec son aura mystique et légendaire, rappelle autant les personnages de pistoleros mystérieux de Sergio Leone et du western spaghetti en général que le El Topo de Jodorowsky. Et enfin, le Mexique montré dans le film semble tout droit sortir d'un Sam Peckimpah, avec ses gueules patibulaires, ses bars où l'on peut sentir l'alcool et la sueur et où la violence peut surgir à n'importe quel moment.

 

la puissance des mythes


Un mélange très réussi car le thème principal du film a déjà été traité à outrance, ainsi de La Poursuite infernale de John Ford à La Horde sauvage en passant par Il était une fois dans l'ouest, les récits de vengeance et leurs conséquences ont toujours été majeures dans le western. Un genre qui s'y adapte parfaitement car en montrant un monde encore sauvage, très peu soumis aux lois d'une société à peine naissante, les personnages qui le peuplent ne peuvent que s'en remettre à leur propre jugement et leur humanité pour décider de la vie ou de la mort de leurs congénères. Vengeance Mexicaine est clairement un récit qui dénonce la stupidité de ce concept de vengeance, de l'aveuglement qu'il procure (vouloir à tout prix sa vengeance même si la personne visée a été puni), la manipulation des générations suivantes pour perpétuer la haine (le mythe de Barbarosa qui est raconté aux enfants pour les préparer à l'affronter quand ils seront grands) et l'absurdité des situations qui en résultent (les assaillants de Barbarosa qui n'étaient même pas nés lors du conflit initial). Des thèmes malheureusement encore complètement d'actualités de nos jours mais auquel le film propose une solution très poétique. Ainsi le mythe de Barbarosa va dépasser la haine initiale pour laquelle il a été crée, sera perpétué pour devenir immortel et finira par rendre futile toute les tentatives de vengeance envers lui.

Par ses thèmes, son style et son genre, Vengeance Mexicaine est clairement un film du nouvel Hollywood, un de ses derniers sursauts alors que le courant était déjà arrivé à son terme et les spectateurs en demande d'un autre cinéma. C'est donc une chance de pouvoir le redécouvrir maintenant dans une très belle copie, à même de perpétuer le mythe de Barbarosa.

Benoit Llamazares






Partagez sur :
 

Image :
On peut déplorer quelques plans flous mais ceux-ci reste très minimes. La restauration du film reste impeccable et le superbe master 1080p AVC magnifie les décors naturels et les nombreux cadres soignés du film qui les illustrent.

 


Son :

À l'image de la restauration vidéo, l'audio ne souffre d'aucun problème. Les voix sont clairs et se détachent bien des différentes ambiances du film. Le blu-ray et le DVD ne proposent malheureusement que du mono 2.0 pour les deux pistes, anglaise et française.

 


Interactivité :
Comme sur les autres films de la collection, le bonus principal est la présentation du film par Jean-Pierre Dionnet. Entre présentation des acteurs, du réalisateur, du scénariste et anecdotes personnelles de Dionnet, ce bonus est un très bon apéritif avant de commencer le film. On retrouvera ensuite une bande annonce du film et de la collection et une galerie de photos.

Liste des bonus : Présentation du film avec Jean-Pierre Dionnet (14') - Bande-annonce

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019