TRAUMA
Burnt Offerings - Etats-Unis, Italie - 1976
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Trauma »
Genre : Horreur
Réalisateur : Dan Curtis
Musique : Bob Cobert
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français Dolby Digital 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 115 minutes
Distributeur : Rimini Editions
Date de sortie : 8 novembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Trauma »
portoflio
LE PITCH
La famille Rolf emménage pour les vacances dans une immense demeure victorienne, dont les propriétaires n’exigent aucun loyer. Ils leur imposent uniquement de s’occuper de leur vieille mère, une femme mystérieuse qui ne quitte jamais sa chambre située sous les combles. Très vite, des événements étranges surviennent dans la demeure.
Partagez sur :
Une maison de rêve

Grandement considéré par les connaisseurs malgré une disponibilité compliquée sur le territoire français, Trauma est souvent placé aux cotés des sommets du film de maison hanté, quelques part entre La Maison du diable et Shining... Excusez du peu. Une réputation sans doute un peu trop flatteuse, mais la demeure glorieuse de Dan Curtis a tout de même de très belles fondations.

La première est celle d'un roman d'épouvante à succès mais somme toute assez classique, Notre vénérée chérie de Robert Marasco dont le romancier / scénariste William F. Nolan (créateur de L'âge de cristal, aka Logan's Run) va tirer une évocation beaucoup plus subtile en collaboration avec Dan Curtis. Créateur de la série tv culte Dark Shadows qui venait tout juste de signer le téléfilm tout aussi adulé Trilogy of Terror, celui-ci est parfaitement conscient du classicisme de la trame principale, énième revisite de la fameuse maison fantôme qui persécute une petite famille bien sous tous rapports, et s'efforce de creuser non pas les effets purement horrifiques mais bien l'atmosphère, l'étrangeté et la tension psychologique. Car ici la menace ne repose pas sur quelques émanations venues de l'au-delà mais bien sur la demeure elle-même, sublime, blanche reluisante et richement décorée, qui semble reprendre vie peu à peu au rythme des malheurs qui frappent les Rolf. Des changements lents et subtils, une mort indolente et peu démonstrative, faisant de la bâtisse victorienne une menace vampirique bien trop belle pour être honnête. Là où l'horreur à l'anglaise a habitué les spectateurs à des nuits ténébreuses et des ruines macabres, Trauma privilégie une photographie lumineuse, des filtres vaporeux presque cotonneux, plongeant les personnages dans un confort bourgeois auxquels ils n'avaient pas été habitués pour mieux les perdre. Une ambiance assez unique pour un film d'horreur qui, justement, se refuse à presque tous les artifices.

 

Home staging


Le danger vient de la sublime piscine aux reflets brillants, d'une rotonde dans le jardin, d'une serre débordante de fleurs, de vaisselles luxueuses et de lits trop confortables qui transforment les siestes en agonie. Toujours emprunts de ce découpage et de cette mise en scène trop factuelle héritée de la télévision, Curtis réussit cependant à dépasser des cadres sobres et un découpage rigide, en jouant brillamment sur les aspérités du film donnant à quelques visions traumatiques obscures (d'où le titre français bien plus intéressant, pour une fois, que l'original, trop évident) des recrudescences obsessionnelles, ou poussant les frustrations et les obsessions de la famille invitée jusqu'au paroxysme. Le film évoque même dans un dernier sursaut le Psychose d'Hitchcock quelques minutes après avoir annoncé dans une tempête violente les délires végétaux du Evil Dead de Sam Raimi. Ce n'est d'ailleurs pas le seul film que ce Trauma a directement influencé, et les ressemblances avec le Shining de Kubrick (dont les photos témoins) sont d'une évidence frappante. Audacieux pour le moins, Trauma fait partie de cette grande mouvance de films d'horreur sophistiqués des années 70 qui pouvaient en plus se vanter d'afficher à l'écran des acteurs de haut standing comme l'immense Bette Davis (qui houspilla tout le monde sur le tournage comme il se doit), le gigantesque Oliver Reed (qui picola et multiplia les esclandres dans les tavernes voisines) et Karen Black (Easy Rider, Nashville, Gatsby le Magnifique). Une actrice alors en pleine heure de gloire qui fut la meilleur alliée du metteur en scène et maintint avec lui les murs d'une œuvre capable d'être terrifiante sous un immaculé ciel bleu d'été.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Déjà disponible chez Kino Lorber aux USA et Arrow au Royaume-Uni, le Master HD de Trauma n'a rien de vraiment spectaculaire. Elle a été retravaillé avec soin mais à partir d'une source déjà bien fatiguée dont on peut observer toutes les faiblesses lors du générique. Bien entendu pour le reste du film le résultat est assez agréable avec un piqué dessiné, de petits effets de profondeur et une stabilité inédite, mais la définition reste assez légère et la palette colorimétrique, plus chaude que jamais, vire très facilement sur le rosé en particulier sur les visages des acteurs.

 


Son :
Sans fioritures ni excès, les deux pistes stéréos, anglaise et française, font aisément le job avec une restitution claire et nette, joignant harmonieusement dialogues, effets et musiques avec de petits élans dynamiques bienvenus.

 


Interactivité :
Proposé dans un élégant digipack comprenant le DVD, le Bluray et un livret très informatif (en particulier sur les multiples faux départs) d'une vingtaine de page, Trauma reprend à peu de choses près l'interactivité de ses collègues anglo-saxons avec essentiellement trois interviews s'intéressant tour à tour aux acteurs Anthony James et Lee Montgomery, puis au scénariste / romancier William F. Nolan. Le premier n'évoque finalement que très peu le film en question préférant traverser sa carrière et présenter quelques-unes de ses toiles (assez belles il faut l'avouer) ou transmettre ses anecdotes de la grande Bette Davis. Plus docile, Lee Montgomery garde manifestement un souvenir chaleureux du tournage, en particulier de l'immense Oliver Reed qui l'avait pris sous son aile. Enfin, William F. Nolan se concentre naturellement sur le travail d'adaptation du roman, les modifications et les thématiques dissimulés dans ce film de fantômes, faisant le parallèle entre l'échec commercial de cet opus et de L'âge de cristal qui sortit à la même période. Dommage par contre que l'édition française ne propose pas le commentaire audio réunissant ce dernier avec l'actrice Karen Black et le réalisateur Dan Curtis permettant alors d'aborder quelques question techniques avec des points de vue plus « centraux ».

Liste des bonus : Livret 24 pages, Interview d'Anthony James (17'), Interview de Lee Montgomery (16'), Interview de William F. Nolan (13'), Bande annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019