LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS 3
Return of the Living Dead III - Etats-Unis, Japon - 1993
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Retour des morts-vivants 3 »
Genre : Horreur
Réalisateur : Brian Yuzna
Musique : Barry Goldberg
Image : 1.85 16/9
Son : Français et Anglais en DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 97 minutes
Distributeur : Le Chat qui fume
Date de sortie : 10 octobre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Retour des morts-vivants 3 »
portoflio
LE PITCH
Curt Reynolds et Julie Walker mènent le parfait amour lorsqu'un accident de la route s'avère fatal pour la jeune femme. Curt emmène alors le corps de sa fiancée dans une base militaire dirigée par son père. Dans ce lieu hautement secret sont menées des expériences visant à ramener des cadavres à la vie au moyen d’un gaz nommé Trioxine. Si Curt parvient à réanimer sa bien-aimée, celle-ci se transforme peu à peu en zombie avide de chair humaine. Semant la terreur dans la ville, Ju...
Partagez sur :
Brains is the new sexy

Comme La Fiancée de Frankenstein, la figure même de Julie, jeune et belle zombies aux piercings sanglants est devenue l'une des icones du cinéma d'horreur. Une créature aussi belle que dangereuse pour un Retour des morts-vivants 3 qui se ressemble en rien à ses prédécesseurs.

Un changement total de direction entièrement voulu par les producteurs finalement assez déçus devant la pantalonnade lourdingue et peu convaincante que fut Le Retour des morts-vivants 2 confondant comédie horrifique avec gags de bizuts. Devant se dépêcher de mettre un troisième opus en chantier sous peine de perdre les droits de la licence, le bébé est confié à Brian Yuzna qui avait déjà proposé un projet identique quelques années plus tôt. Habitués aux budgets ridicules et aux tournages à l'arrache, le cocréateur de Re-Animator et réalisateur de Society, ne prend pas peur devant le planning resserré de six semaines, mais en profite pour tirer un trait définitif sur le ton enjoué associé jusque-là au titre. Quelques éléments perdurent bien entendu comme ces fûts au gaz zombifiant, l'accent porté sur des jeunes aux looks un peu punk et une bonne dose d'érotisme, mais désormais l'humour est noir, très noir, et Le Retour des morts-vivants 3 ressemble surtout à une tragédie morbide ; Une version nécrophile de Roméo et Juliette.

 

My girl


Avec son petit scénario de film d'exploitation s'efforçant de recentrer constamment l'action sur quelques personnages seulement et des décors essentiellement fermés (avec le tournage de Melrose Place sur le palier d'à côté), le métrage sait se concentrer sur ses atouts. Et en particulier la sublime Melinda Clarke (Les Experts, la série Nikita, Gotham) dont les spectateurs assistent à la transformation progressive d'adolescente délurée à morte-vivante brutalement émouvante, obligée de se scarifier pour supporter la douleur et la faim et résister à la tentation de dévorer son amoureux. Lui-même tente de dépasser un mélange de répulsion et de désirs, reflets immédiat de la réaction des spectateurs devant l'apparition hallucinante de cette Julie, prêtresse involontaire du SM, toute de cuir déchiré vêtue, les chairs percées de clous, chaines et pointes diverses, avec une démarche de prédatrice féline, de déesse sensuelle. Troublante pour le moins et véritable démonstration de force à la fois des talents trop souvent minimisées du réalisateur Brian Yuzna et des équipes des effets spéciaux menées par le Steve Johnson de Flic ou Zombie, Le Loup-garou de Londres, Abyss, Le Cauchemar de Freddy ou La Mutante. S'ils sont moins nombreux que dans le Retour des morts-vivants 1&2,les zombies présentés ici sont d'impressionnants cadavres difformes, grotesques et flippants capables autant de transformations gerbantes que d'installer un authentique malaise lorsqu'ils apparaissent enchainés aux murs d'un labo militaire ou encastrés dans un exosquelette inhumain. Romeo et Juliette c'est aussi une histoire de famille s'entre-déchirant. Dans Le Retour des morts-vivants 3, Julie et Curt choisiront la leur, rejetant une humanité peu reluisante. Peu importes sa trame un peu bancale, la photo datée, la bande originale famélique, le film impose gracieusement son romantisme macabre et la belle Julie est définitivement immortelle.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Comme beaucoup de films d'horreur fauchés des années 90, Le Retour des morts-vivants 3 propose une photographie généralement assez douce, tournée vers les rouges rosés et montrant d'importantes fluctuations qualitatives d'une bobine à l'autre. Le master HD présenté ici en est d'autant plus impressionnant, surtout que le métrage n'a jusqu'ici été visible chez nous que dans des copies bien neigeuses et ternes. La palette de couleurs retrouve une énergie nouvelle, des noirs plus présents et surtout une définition et une profondeur totalement inédite. Cela n'empêche pas d'apercevoir un grain toujours un peu fluctuant et des plans un poil trop soft, mais vu les origines du film le bluray est une belle surprise.

 


Son :

On reste vissé ici aux stéréos d'origines avec des restitutions DTS HD Master Audio 2.0 d'une clarté beaucoup plus agréable qu'autrefois. Le plus étonnant reste cette version anglaise qui malgré sa piste frontale réussit à se donner quelques petites ambiances très naturelles et même des effets dynamiques bien pétants.
A noter un petit souci technique sur les premiers pressages avec une version française quasiment isolé sur une seule enceinte. Editeur plus qu'honnête, Le Chat qui fume propose à ceux qui possèderaient ces galettes Bluray et DVD de se les faire remplacer en envoyant un mail à l'adresse echange@lechatquifume.com et en communiquant le numéro de commande.

 


Interactivité :
Encore une superbe édition proposé par Le Chat qui fume qui certes  se contente de reproduire le travail de Vestron pour les USA, mais qui le fait bien (packaging qui défonce et version complète du film en 4/3 Open Matte pour les nostalgiques sadiques). Petite déception du coté des commentaires audio proposés sans sous-titres, mais dont heureusement les propos sont repris majoritairement dans la petite série d'interviews qui permettent à Melinda Clarke et ses 12 heures de maquillage, J. Trevord Edmond et son abandon du métier, les fiers techniciens SFX, le producteur et le monteur d'évoquer leurs souvenirs d'un tournage ultra studieux et épuisant. Le segment incontournable reste cependant la rencontre avec le réalisateur et son scénariste qui sur un ton complice reviennent à leur tour sur l'expérience mais en profite aussi pour évoquer les pistes abandonnées faute de fonds dont une fin alternative faisant une boucle avec La Nuit des morts-vivants.

Liste des bonus : Piste musique et effets isolée, Roméo est blessé avec J. Trevor Edmond (17'), Mlle Morte-Vivante avec Melinda Clarke (19'), De la poussière à la poussière avec Brian Yuzna et John Penney (26'), Le mort ressuscité avec l'équipe FX (19'), Trimark et Trioxin (13'), Le film est mode 1.33 Open Matte, Commentaire audio de Brian Yuzna (vo), Commentaire audio de Melinda Clarke & Tom Rainone (vo), Film annonce

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019