LE RETOUR DES TEXAS RANGERS
Texas Rangers Ride Again - Etats-Unis - 1940
Image plateforme « DVD »
Image de « Le Retour des Texas Rangers »
Genre : Western
Réalisateur : James Patrick Hogan
Musique : John Leipold
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 68 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 24 septembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Retour des Texas Rangers »
portoflio
LE PITCH
Au début des années 30, dans le grand ouest américain, du bétail est dérobé au ranch White Sage. Les Texas Rangers sont appelés à la rescousse. Pour arrêter les coupables, ils vont devoir faire preuve d’ingéniosité et braver le danger : ils tentent de s’infiltrer dans le gang des voleurs de bétail…
Partagez sur :
Les Nouveaux incorruptibles

Au risque d'en décevoir plus d'un, les Texas Rangers ne s'appelle pas tous Walker et leurs origines remontent bien avant les exploits de Chuck Norris. A mi chemin entre les cowboys et les policiers, les Texas rangers ont su trouver leur place dans la justice sudiste américaine en devenant un nouveau symbole d'intégrité.

Cette faction paramilitaire peut faire sourire de nos jours pour qui a passé ses dimanche après-midi pluvieux devant la télé à regarder la série Walker Texas Rangers. Mais cette troupe d'élite honorifique a eu de belles heures de gloire en démantelant des réseaux de corruption et diverses affaires de meurtre. Fin limier à l'endurance d'exception, ils ont encore été mis à l'honneur tout récemment dans le Highwaymen de John Lee Hancock où Kevin Costner et Woody Harrelson les interprétaient dans la traque mortelle de Bonnie & Clyde.
C'est pour leur rendre gloire que le scénariste Horace Mc Coy à qui l'on devait Gentleman Jim et le futur On achève bien les chevaux écrivit ce script. Pour nous, spectateur du vieux continent, c'est un excellent prétexte pour aller à la découverte de cette brigade méconnu à cheval sur deux époques. Celle de l'Ouest sauvage avec ses ranchs et ses vachers et celle du monde moderne avec l'arrivée des premières radios et des ces nouveaux moyens de locomotion que l'on appelait encore automobile.

 

vers un monde nouveau


C'est d'ailleurs là le principal intérêt de ce film. Il n'est au final qu'une honnête série B relatant une histoire simple de voleurs de bétails que des Texas Rangers vont devoir infiltrer avec moult péripéties de circonstance.
Ce scenario on ne peut plus basique est ponctué contre toute attente par une bonne dose d'humour : Le bellâtre de service avec ses faux airs de Clark Gable et la belle citadine de retour en ville jouant les faux mourants pour se séduire l'un l'autre, la grand-mère acariâtre jalouse d'un homme qui n'ose lui avouer sa flamme depuis quarante ans...Un humour en décalage complet avec le sujet du film ? Pas tant que cela. Car en amenant cette légèreté dans son film, le réalisateur ose amener par petite touche la mutation dont son époque est le témoin. Dans ce Retour des Texas Rangers, les femmes y portent des pantalons, rabatte le caquet de leurs hommes et tir à la carabine. Nous assistons bien ici à la fin d'un Ouest. Celui où les grands espaces et les cowboys restaient prostrés dans leur propre mythologie pour celui d'une Amérique qui regardait déjà vers l'avenir. Celle qui allait s'apprêter à rentrer en guerre pour voir que leur futur était aussi lié au destin des autres nations et pas que nombriliste.

Sorte de chainon manquant entre deux ères, ces Texas rangers est un peu la radioscopie d'une époque. Surtout connu des cinéphiles pour avoir révélé le futur salopard Anthony Quinn au grand public, ce Retour nous parle surtout d'avenir. Celui du monde moderne.

Cédric Lemaire




Partagez sur :
 

Image :
Le film assume son âge et l'éditeur l'a bien compris en le proposant uniquement sur support DVD. L'image a certes vieilli mais vu le statut de série B d'un film de 1940, elle supporte largement la vision sans être pour autant extraordinaire.

 


Son :
Uniquement proposé en version originale (mais le film a-t-il été doublé un jour ?). Il reste respectable sans être parasité par un souffle constant.

 


Interactivité :
Nous avons le droit ici à une courte intervention de l'inénarrable Jean Pierre Dionnet qui évoque les Texas Ranger et l'immensité des ranchs mais en oubli presque de parler du film en lui-même.

Liste des bonus : Le film par Jean-Pierre Dionnet (6'), Bandes annonces de l'éditeur, Galerie Photo (1').

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019