LE TERRITOIRE DES COMANCHES
Comanche Territory - Etats-Unis - 1950
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Territoire des Comanches »
Genre : Western
Réalisateur : George Sherman
Musique : Frank Skinner
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais et Français DTS-HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 76 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 24 septembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Territoire des Comanches »
portoflio
LE PITCH
Un traité de paix est signé avec les comanches interdisant l'accès à leur terre. Mais alors qu'un gisement d'argent est découvert sur leur territoire, les colons installés dans les environs sont de plus en plus envieux. Jim Bowie est envoyé par le président pour s'assurer que les accords sont respectés. Katie Howard, la tenancière du saloon, veut attaquer les comanches et s'emparer des richesses...
Partagez sur :
Mon nom est Bowie

Avec ses grands espaces, ses héros sans peurs et sans reproches, ses bagarres de saloon, ses cow-boys et ses indiens, rien ne pourrait distinguer Le Territoire des comanches des multiples westerns qui inondent les écrans de cinéma en ce début des années 50. Ayant réalisé plus d'une centaine de films au cours de sa carrière et plus de deux cents épisodes de série, son réalisateur, George Sherman, est ce qu'on pourrait appeler un stakanov de la caméra. Une carrière impressionnante par sa quantité mais, hélas, peu souvent par sa qualité. Si intérêt il y a dans ce Territoire des comanches, il va donc se trouver avant tout dans son scénario.

Jim Bowie, le héros de l'histoire, n'est pas un personnage fictif, c'est une figure de l'ouest ayant réellement existé. Contrebandier, inventeur du couteau du même nom, homme d'affaire, Bowie (qui a aussi inspiré le nom de scène de David Jones) est mort aux cotés de Davy Crokett lors de la célèbre bataille de fort Alamo. Une vie aventureuse, dont l'Amérique et son cinéma ont bien besoin à l'époque pour se créer des légendes. Dans le film Jim Bowie est donc envoyé par le président des Etats-Unis pour certifier qu'un traité de paix entre Comanche et colons est toujours en cours. Il découvrira très vite qu'une guerre couve entre les deux peuples mais c'est la raison de cette guerre qui va faire l'originalité de l'histoire. En effet, un minerai d'argent ayant été découvert sur le territoire indien, un groupe de colons va tout faire pour briser la paix et en profiter pour exploiter le filon.
Un scénario qui fait du Territoire des comanches un des premiers film pro-indien du cinéma américain, aux côtés de La Flèche brisée et La Porte du diable, sortis la même année. Un propos avant-gardiste qui se double d'un message écologiste et anti-capitaliste, les héros souhaitant préserver ces terres des transformations que leurs feraient subir les étrangers en exploitant ses richesses.

 

le bon, la belle et le politicien


Une histoire forte, surtout quand on la remet dans le contexte de l'époque, porté par un trio de personnages attachants et leurs interprètes qui les incarne avec énergie. Macdonald Carey interprète un Jim Bowie tout sourire, droit dans ses bottes, défenseur de la veuve et l'orphelin et un petit peu macho sur les bords qui va se confronter à Katie Howard, la patronne du saloon, incarné Maureen O'Hara. À l'aise sur un cheval en course, dans les bagarres, dans le chant et dans les scènes humoristiques ou dramatique, l'actrice est l'autre point fort du film et éclipse ses partenaires de jeu dès qu'elle est dans le cadre. Le trio est complété par Dan Seeger, le personnage comique du film, homme politique, affabulateur, mais qui n'hésite pas plonger dans l'action si nécessaire. Un personnage qui doit beaucoup à Will Geer son interprète qui arrive à être aussi crédible dans l'humour que dans l'action. De bons personnages et une bonne histoire, deux bases solides qui arrivent à soutenir le film malgré une réalisation assez plate qui ne mettre jamais en valeur les scènes d'actions ou de dialogues. Un défaut récurrent chez George Sherman, qui fait qu'il ne se hissera jamais aux côtés des grands noms du western américain de son époque.

On peut donc remercier Elephant film qui ressort ce Territoire des comanches qui, si il n'arrive pas au niveau des deux autres westerns sorties en cette année 1950 et qui partagent son propos pro-indien, permet de se rappeler qu'il a lui aussi porté sa petite pierre à l'édifice.

Benoit Llamazares






Partagez sur :
 

Image :
Malgré quelques défauts, salissures, points blanc, Elephant nous gratifie d'un très beau travail de restauration qui magnifie les nombreux décors naturels du film.

 


Son :
Les pistes française et anglaise sont restittuées toutes les deux en DTS HD Master Audio mais restent bien entendu vérouillé au mono historique. Préférez la V.O qui a été bien mieux restaurée que la vf (d'époque) très abimée avec beaucoup de saturation des voix et de craquements de la bande audio.

 


Interactivité :
Très peu de suppléments, il faudra se contenter d'un bande annonce d'époque du film, une bande annonce pour la collection une galerie de photos. Le bonus le plus intéressant est la courte présentation du film par Jean-Pierre Dionnet, qui s'attarde principalement sur la présentation des trois acteurs principaux, du compositeur et de la costumière.

Liste des bonus : Bande annonce (2'), Présentation de Jean-Pierre Dionnet (5')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019