BATMAN SILENCE
Batman : Hush - Etats-Unis - 2019
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Batman Silence »
Réalisateur : Justin Copeland
Musique : Frederick Wiedmann
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : DTS HD Master Audio 5.1 anglais, Dolby Digital 5.1 français, allemand…
Sous-titre : Français, anglais, allemand, espagnol…
Durée : 82 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 21 août 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Batman Silence »
portoflio
LE PITCH
Un nouveau malfaiteur appelé Silence utilise et manipule pléthore sinon tous les bandits de Gotham pour détruire la carrière de justicier de Batman mais aussi la vie de Bruce Wayne et sa relation tumultueuse avec Selina Kyle, alias Catwoman.
Partagez sur :
En sourdine

Si les longs métrages live dérivés des héros DC Comics portent généralement à débats, leurs versants animés distribués uniquement en DTV profitent généralement du soutien indéfectible des lecteurs de comics. Episode célébré du destin de Batman, Silence était attendu de pied ferme. Malheureusement il démontre des limites de cet « univers partagé » tant à la mode.

Depuis la fameuse série animée de Batman, et l'extraordinaire Le Fantôme masqué, imaginé par Bruce Timm et Paul Dini il y a trente ans ou presque, les aventures du cape crusader n'ont jamais cessé de se décliner en long métrage animés produits directement pour le marché de la vidéo. Une entreprise éprouvée donc, régulière, qui a pris ces derniers temps la direction d'un « univers partagé » question de se reprocher de la méthode des blockbuster Marvel et DC. Batman Silence est donc bien une adaptation des douze chapitres qui constituent l'arc imaginé par Jeph Loeb et Jim Lee en 2002, mais aussi une suite plus ou moins directe de Justice League Guerre, Le Fils de Batman ou Suicide Squad Hell To Pay. Là où le comics original pouvait aisément se feuilleter comme un récit auto contenu, le long métrage de Justin Copeland (en œuvre actuellement sur la production d'Invincible d'après Robert Kirkman) multiple les apparitions pour connaisseurs (Damien, amusant mais inutile), ajoute des guests dans un tableau déjà bien chargé et modifie étrangement certains rôles. A commencer par le flippant Croc qui disparait au profit du plus reconnaissable Bane.

 

murmures


Des variations anecdotiques mais qui annoncent un travail de fond beaucoup plus dommageable qui aboutit à une transformation profonde de la révélation finale, de l'identité du nouveau vilain Silence et donc de la thématique même de l'aventure. Là où la BD profitait de ce nouveau venu pour triturer la position solitaire et isolée de Batman, sa paranoïa et son refus d'investissement émotionnel, le film ne se passionne plus que pour sa romance avec l'attractive Selina Kyle, alias Catwoman. Grande gagnante de ce long métrage elle offre certes les meilleurs passages de Silence avec de petites joutes verbales très accrocheuse, mais le résultat en est clairement moins ample, moins fort. De la trame qui se mettait progressivement en place, de l'enquête sinueuse qui permettait de croiser Poison Ivy, Superman ou un Joker transformé en bouc émissaire, il ne reste plus qu'un défilé un peu vide de stars de DC Comics, culminant dans une résolution à l'impact on ne peut plus limité préférant clairement mettre en avant l'action et les prouesses du couple naissant. Assez décevant il faut l'avouer, Batman Silence maintient cependant l'intérêt grâce à sa confection générale toujours aussi soignée. L'animation tout d'abord, clairement dans le haut du panier des DTS avec une énergie bien percutante durant les nombreux combats et autres prouesses super-héroïques, une réalisation efficace et une bande originale inspirée aux petits relents de Shirley Walker. On se raccroche aux bat-branches comme on peut.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Comme tous les autres films d'animation du studio Warner, Silence s'installe plus que confortement en Bluray. La copie numérique de nature est ici intouchée, avec une image limpide, toujours propre et solidement définie. Les couleurs sont bien contrastées, les aplats ne se perdent pas dans des effets escaliers et les arrière-plans sont joliment dessinés. On pourrait dire qu'il était difficile de se planter sur ce coup, mais le résultat est là.

 


Son :
On met de coté la petite version française Dolby Digital 5.1 peu mémorable pour se tourner vers un DTS HD Master Audio 5.1 qui séduit par une ampleur surprenante qui lui donne des airs de blockbuster cinéma. Les scènes d'action sont particulièrement fluides, dynamiques et généreuses, boostées par la très bonne BO de Frederik Wiedmann et des dialogues idéalement posés.

 


Interactivité :
Batman Silence reprend la construction habituelle de la section bonus de la collection avec quelques facturettes promos d'animés à venir ou déjà existants, un épisode de la série des années 90 logiquement ciblé sur Catwoman, et des éléments plus conséquents comme un commentaire audio très polis et un petit doc, non pas sur le comic original ou la production du film en question, mais sur la personnalité de Catwoman. Pas très intéressant et loin d'être complet ce dernier manque clairement de pertinence. Heureusement, on y trouve aussi un court métrage inédit dédiée au bidasse viril de DC Comics, Sgt. Rock, affrontant en un peu plus de dix minutes les créatures monstrueuses d'un vilain scientifique nazi. Plutôt fun avec son joli hommage aux classiques Universal.

Liste des bonus : Court métrage DC : « Sgt. Rock » (15'), Batman : L'amour et la guerre (17'), Commentaire audio des réalisateurs, Aperçu du film d'animation DC Universe « Wonder Woman: Bloodlines » (10'), Un extrait de Assaul sur Arkham (8'), Un épisode de Adventures of Batman & Robin (21')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019