THE ANNIVERSARY
Royaume-Uni - 1968
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « The Anniversary  »
Genre : Comédie
Réalisateur : Roy Ward Baker
Musique : Philip Martell
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais Dolby Digital 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 96 minutes
Distributeur : BQHL
Date de sortie : 9 septembre 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « The Anniversary  »
portoflio
LE PITCH
Veuve depuis dix ans, Mme Taggart règne sur sa famille tel un despote sur son peuple. Impossible pour ses trois fils d’échapper au rituel annuel de la célébration de son anniversaire de mariage avec un homme qu’elle haïssait pourtant. La mort dans l’âme, accompagnés par leur conjointe, Terry, Henry et Tom renouent avec leur mère, un sourire crispé au coin des lèvres. Et, à l’occasion de cette nouvelle commémoration, Mme Taggart se montre fidèle à elle-même, prête à tous ...
Partagez sur :
Peau de vache

Seconde et ultime collaboration entre Bette Davis et la Hammer, The Anniversary est longtemps resté inédit en France. Sans doute parce qu'il n'y est pas question de monstre gothique, mais d'une créature plus terrible encore : une mère.

Ancienne grande star hollywoodienne des années 40/50, Bette Davis connue une seconde carrière grâce au duel qui l'opposa à Joan Crawford dans Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, dans lequel l'actrice livrait une performance terrifiante et délirante. Un aspect de son jeu qui fit rapidement écho chez le célèbre studio anglais Hammer qui développait une vague de thrillers psychologiques à succès. L'opération ne sera pas aisé, mais Davis finira par accepter le rôle titre de The Nanny, film assez brillant qui lui offrait au passage un personnage trouble, inquiétant mais touchant dans sa folie. Un certains succès certes, mais dans les coulisses les multiples tentatives de séduction de l'actrice envers le scénariste et producteur Jimmy Sangster et ses nombreux caprices sont connu de tous. Si la pièce de théâtre The Anniversary qui connaissait alors un joli succès au Royaume-Uni existait effectivement préalablement au film, on peut cependant se douter que le même Sangster y a vu un reflet direct de la dame, faisant même plier le texte pour le rapprocher plus encore de ses extravagances.

 

reine-mère


Et celles-ci ne sont pas aux goûts de tout le monde : Seth Holt le réalisateur de The Nanny refuse poliment le projet, madame Sangster décampe au bord de la mer, tandis que Madame Davis réussit à faire renvoyer, contre l'avis de tout le reste du casting, le premier metteur en scène au profit du plus malléable Roy Ward Baker. Un tournage sous haute tension où manifestement le mélange de soumission et de haine que provoque la matriarche Mme Taggart dans sa famille est directement nourri par les sentiments réels de l'équipe. Tout autant que la jubilation constante de celle-ci, adorant jouer les tyrans castrateur, les dragons en jupon humiliant ses belles-filles avec voracités, émasculant ses trois fils avec un sourire de prédatrice qui manie la culpabilisation avec une facilité hallucinante. Un rôle en or pour l'icône déchue, qui s'empare des dialogues acérés et des situations les plus malsaines pour en célébrer toute la cruauté gratuite, la violence sidérante, mais aussi un humour terriblement noir et ravageur. Si le sympathique artisan Roy Ward Baker (Quatermass and the Pitt, Scars of Dracula...) ne réussit pas toujours à suivre le débit et à dynamiser le huis-clos étouffant, le reste de la troupe, respectivement fistons s'efforçant de s'extraire de ses griffes et belles-filles méritantes, s'en sortent incroyablement bien, venant nourrir des dialogues d'une acidité surprenante pour un film anglais des 60's. Si toute l'équipe en sortit rincée et la relation entre le studio et Bette Davis définitivement rompue, le spectateur lui jubile devant ce jeu de massacre domestique, mélange précurseur de la noirceur de Festen et de l'énergie théâtrale d'Air de famille.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Etonnamment la publication de BQHL est le premier Bluray officiel dédié à The Anniversary. Déjà disponible par chez nous dans DVD à petit tirage produit par la Fox, le film revient dans une copie d'excellente qualité. La source est sans doute la même et le rendu est toujours aussi propre et stable, mais avec une amélioration évidente des contrastes, des teintes et surtout de la définition. Le grain de pellicule est constamment présent mais toujours maitrisé, tandis que le piqué souligne plus avant les décors, les costumes et les détails des visages. Solide.

 


Son :
Très sobre et frontal, la piste anglaise garde son mono d'origine mais avec un petit rafraichissement qui évite la plupart des perditions sonores. Le son est propre et clair et donne la part belle aux acteurs.

Liste des bonus : Aucun

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020