TRAîNé SUR LE BITUME
Dragged Across Concrete - Etats-Unis, Canada - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Traîné sur le bitume »
Réalisateur : S. Craig Zahler
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 148 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 3 août 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Traîné sur le bitume »
portoflio
LE PITCH
Deux enquêteurs sont suspendus après une arrestation trop musclée. A court d’argent et confrontés à des problèmes personnels, ils décident de doubler des braqueurs de banque pour leur subtiliser leur butin. Mais rien ne va pas se passer comme prévu.
Partagez sur :
un parpaing dans les dents

Cloitré tristement du côté des Direct-to-video en France, S. Craig Zahler est cependant l'un des cinéastes américains les plus intéressants du moment. Le scénario de The Incident, Bone Tomahawk puis Section 99 sont venus manifester d'un cinéma de franc-tireur pointu. Et Traîné sur le bitume est une nouvelle consécration... qui fait mal par là où elle passe.

Avec sa passion pour le cinéma d'exploitation, l'actionner musclé et les films de genres, S. Craig Zahler aurait facilement pu devenir un sous-Tarantino, petit faiseur balançant ses références à la pelle. Aurait pu. Car ses aspects de fan boy, il les intégre parfaitement dans un univers cohérent et fort qui lui est propre. Un univers piloté par son écriture toujours précise, verbeuse certes, mais jamais gratuite. Dans Trainé sur le bitume, la colonne vertébrale du métrage est clairement ce scénario, imposant, rédigé avec style, minutie, beaucoup d'humour souvent (on pense à un buddy-movie serein), tout autant qu'avec une crédibilité et un naturel qui donne une consistance rare aux personnages. Des figures - des deux flics borderlines (Mel Gibson et Vince Vaughn) qui tentent de joindre les deux bouts au petit truands des quartiers (Tory Kittles) qui se lance là son dernier coups, à la gentille maman (Jennifer Carpenter) un peu trop flippée par sa première journée de travail - qui apparaissent en chaque début de chapitre et viennent étoffer un tableau d'ensemble, un puzzle narratif passionnant et fascinant. Etablissant pour chacun un background bien posé, des motivations encrées dans le quotidien (l'insécurité de la ville, les jeux politiques au sein des forces de l'ordre, les faiblesses du système de santé, le déterminisme social...), Zahler réussit à faire oublier que l'action ne débute véritablement qu'au bout d'une bonne heure.

 

death wish


Un joli tour de force, mis en scène avec discrétion et élégance, jalonné de prestations impeccables (il faut y ajouter Don Johnson et Udo Kier), où même la lenteur que l'on reprochait parfois à Bone Tomahawk et Section 99, fonctionne parfaitement, amenant logiquement cet authentique polar social (dans le sens noble du terme) vers le film de casse foireux et une issue crépusculaire. Une accélération lancée par le casse proprement dit, grand moment de tension et de tragédie humaine dont la violence aussi froide qu'extrêmement graphique (énorme jeu du montage et du hors-champs) retourne l'estomac. Entre deux échanges ironiques, la mise en place d'un gunfight au ridicule totalement assumé, Traîné sur le bitume frappe, et fort, autant les spectateurs que ses personnages qui en prennent, franchement, plein la gueule. Un nouveau mélange des genres, capable même de vriller vers le gore dans une éventration bien sordide, dans lequel le cinéaste finit de faire ses preuves dans sa maitrise totale de la gestion du temps et de l'espace, dans la finesse de son écriture virile (comme quoi), dans ses déclarations amoureuses tonitruantes aux belles hauteurs du cinéma américain (Michael Mann, William Friedkin... Michel Winner) avec une identité unique et radicale.

L'un des plus beaux polars noirs de ces dernières années... Il serait peut-être temps que le travail S. Craig Zahler soit véritablement reconnu et sorte sur grand écran non ?

Nathanaël Bouton-Drouard






Copyright © 2018 DAC FILM, LLC. ALL RIGHTS RESERVED
Partagez sur :
 

Image :
Capturé par une caméra HD Red Weapon Helium, soit la grande concurrente des plus généralisées Arri Alexa, Traîné sur le bitume affiche une tenue numérique absolument impeccable à 95% du temps. La gestion, primordiale, de la lumière est restituée avec précision et finesse, tandis que les légères variations de palettes colorimétriques (du bleuté froid, aux intérieur plus doré et chaud en passant par les extérieurs désaturés) s'enchainent avec naturel. La définition est irréprochable imposant une profondeur admirable et surtout un piqué époustouflant sur les visages et les décors même dans les séquences nocturnes. Ce sont malheureusement certaines de celle-ci qui signent les petits moments de faiblesses du film avec quelques retouches post-production (des halos pour mieux éclairer un visage par exemple) qui font apparaitre des artefacts en arrière-plan.

 


Son :
Les mixages DTS HD Master Audio 5.1 sont très efficacement immersifs, venant souligner le calme des environnements choisis, pour mieux booster les poussées de violence et les rares jaillissements de la musique. Des pistes relativement épurées, privilégiant constamment la clarté des dialogues, mais qui ajoutent à l'étrangeté de certaines scènes.

 


Interactivité :
Carrés et sobres, les bonus de l'édition font dans la simplicité avec essentiellement un documentaire d'une quarantaine de minutes, découpé en trois chapitres dans le menu, qui sert très efficacement de making of. Relativement complet, comprenant les interventions de tous les intéressés, ce dernier conte la gestation du projet, plus ou moins écrit en parallèle des deux précédentes œuvres de Zahler, sa direction d'acteur et le choix porté (dès les premières lignes) sur Mel Gibson, les effets de narration et la grammaire de la mise en scène. Assez complet même si assez distant, à ce segment s'ajoute une featurette plus classique, mais qui aborde essentiellement l'angle indépendant du film et ses codes « adultes » devenu trop rares dans le cinéma américain.

Liste des bonus : « Elements of Crime » (41'), Craig Zahler et la morale (7'), Bandes annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021