BRAVEHEART
Etats-Unis / Ecosse - 1995
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Braveheart »
Genre : Epopée
Réalisateur : Mel Gibson
Musique : James Horner
Image : 2.35 16/9
Son : DTS-HD Master Audio anglais, DTS Français
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 168 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 4 novembre 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Braveheart »
portoflio
LE PITCH
Evocation de la vie tumultueuse de William Wallace, héros et symbole de l'indépendance écossaise, qui à la fin du XIIIe siècle affronta les troupes du roi d'Angleterre Edward I qui venaient d'envahir son pays.
Partagez sur :
Le retour des braves

Le grand public actuel est abreuvé depuis près d'une décennie d'épopées en tous genres, du Seigneur des Anneaux au Monde de Narnia en passant par Gladiator, Troie, Le Treizième Guerrier, Le Dernier Samouraï et Kingdom of Heaven. Ce torrent guerrier est aujourd'hui devenu monnaie courante (bien que la trilogie de Jackson garde encore plusieurs années d'avance sur la concurrence), mais en 1995, lorsque Mel Gibson parachève son sublime Braveheart, le genre ressemble plutôt au désert d'un lendemain de bataille.

 

Difficile de se projeter en arrière, à l'heure où la démocratisation du logiciel Massive permet à la plupart des cinéastes de simuler la présence d'armées fortes de plusieurs dizaines de milliers de fantassins. Eh oui, jeunes spectateurs, il y eut une vie avant Le Retour du Roi. A vrai dire, le défi que Mel Gibson se lance en 1994 est quasiment insurmontable, autant d'un point de vue logistique (comment illustrer les batailles les plus célèbres de l'histoire écossaise ?) que d'un point de vue administratif (comment vendre une épopée de près de trois heures, à une époque où tout les regards se braquent sur l'action frontale et chorégraphique du cinéma de Hong-Kong ?). Gibson, alors réalisateur d'un seul film (l'attachant L'Homme sans visage) y croit dur comme fer, convaincu par la puissance émotionnelle du script fleuve de Randal Wallace. Au sein de sa société de production Icon, il récolte les financements nécessaires à travers le globe, s'entoure de cascadeurs rompus à toutes les prouesses, embarque dans sa galère la plupart des meilleurs acteurs écossais de l'époque. Lesquels, au vu du résultat, on bien fait de le suivre...

 

Dans la légende

 

Implacable dans sa structure symétrique, cruel dans sa description d'une Ecosse asservie par l'envahisseur anglais (ce qui pousse Gibson à radicaliser à l'extrême les motivations de chacun des deux camps, hâppant le spectateur dans un inconfortable désir de vengeance), Braveheart est un boulet enflammé lancé au public, un matériau guerrier tellement incandescant qu'on pourrait se brûler, rien qu'à le regarder. En un furieux crescendo, Mel Gibson oppose les enjeux les plus intimes (d'une histoire d'amour contrariée par le sang naît cette bien triste guerre) aux affrontements les plus dantesques. Ceux-ci, bien que supplantés par les batailles du Seigneur des Anneaux, impressionnent toujours aujourd'hui, par leur violence crue bien sûr mais aussi leur aptitude à condenser, dans un carré de terre bientôt jonché de cadavres, tous les drames qui se jouent ici. Et Gibson n'en laisse flêtrir aucun, d'un Roi privé de descendance dont la propre mort signifiera la fin de sa lignée, à un futur gouvernant perverti par la langue fourchue de son père lépreux. Shakespearien sans être théâtral, Braveheart sait surtout user de l'entité cinéma avec une grâce infinie, le cinéaste n'hésitant pas à l'occasion à verser dans un fantastique onirique pour mieux tracer la route de ses protagonistes, voire les inscrire dans la légende. "Légende", un titre déjà enregistré par Ridley Scott, mais qui aurait tout à fait convenu à cette évocation à la fois poétique, épique et macabre de la vie mouvementée de William Wallace.

Alexandre Poncet

 

Partagez sur :
 

Image :

Stupéfiant ! Difficile de trouver d'autres mots à la vision de cette réédition Blu-Ray, dont la copie se montre plus détaillée, plus lumineuse et plus contrastée que pour la plupart des épopées les plus récentes. Datant de 1995, le film de Mel Gibson apparaît ici totalement immaculé (aucun défaut de pellicule à l'horizon), avec un grain très agréable à l'oeil et surtout une palette hallucinante, apte à faire ressortir la couleur des yeux de chaque figurant. Les effets visuels liés aux scènes de bataille sont toujours aussi invisibles (donc impressionnants), de même que les nombreuses vues aériennes sur les terres et les montagnes écossaises. Du très, très grand spectacle, sublimé par une compression VC-1 parmi les plus performantes jamais vues.

 

Son :

La musique éblouissante de James Horner sort évidemment grande vedette de la piste anglaise DTS-HD Master Audio, les cornemuses, cordes pincées, flûtes et envolées d'orchestres se baladant avec une chaleur inespérée au sein de la matrice 5.1. Les voix (forts accents écossais à l'appui) sont extrêmement punchy et toujours audibles, et les bruitages lors des nombreuses séquences de bataille font très mal, notamment les entrechoquements de lame, voulus aussi naturalistes que possible. Le DTS réservé à la version française est beaucoup immersif mais le doublage, bien que débarrassé des accents de la VO, se montre toujours aussi réussi.

 

Interactivité :

Le chef-d'oeuvre de Mel Gibson n'avait jusqu'ici jamais connu les honneurs d'une vraie édition collector, le DVD double sorti il y a près de dix ans se contentant d'un commentaire audio de la star et d'un making of d'une trentaine de minutes. Le Blu-Ray corrige le tir en dédoublant la durée dudit documentaire, histoire d'approfondir la création de la musique de James Horner, la chorégraphie et la préparation logistique des batailles, ou encore la création des effets spéciaux. Cette heure d'informations et d'anecdotes, livrées par Gibson lui-même, son casting et de nombreux collaborateurs célèbres ou anonymes, se voit complétée par quinze minutes supplémentaires d'interviews d'époque, dont les propos ne rentraient pas dans la logique du documentaire. Une featurette de 22 minutes se charge de retracer l'aventure du scénariste Randal Wallace, notamment ses recherches approfondies sur le grand héros écossais. Un héros qui se voit offrir deux biographies détournées, la première via une option Picture-In-Picture développant certains pans de son existence, la seconde via un documentaire d'une trentaine de minutes truffée d'explications d'historiens. Last but not least, l'excellentissime et très détaillé commentaire audio de Mel Gibson répond toujours présent, sous-titré comme il se doit dans la langue de Molière. Si l'on pourra regretter, une nouvelle fois, l'absence de scènes coupées, cette édition collector Blu-Ray frôle de peu la perfection absolue, à plus forte raison pour un film datant d'avant l'avènement du format DVD.

 

Liste des Bonus : Commentaire Audio de Mel Gibson, Le Monde de William Wallace (Picture in Picture, 30'), La Légende de William Wallace (32'), Le Travail du Scénariste (22'), Alba Gu Brath ! - Le Making of (58'), Les Champs de bataille reconstitués en 3D, Interviews d'archive (15'), Galerie de photos.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020