COMANCHERIA
Hell or High Water - Etats-Unis - 2016
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Comancheria »
Genre : Thriller
Réalisateur : David MacKenzie
Image : 2.35 16/9
Son : DTS-HD Master Audio 5.1 Anglais et français
Sous-titre : Français
Durée : 102 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 25 janvier 2017
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Comancheria »
portoflio
LE PITCH
Un matin, dans un trou perdu du Texas, une employée de banque et son directeur sont agressés par deux individus armés et cagoulés. Arrivé sur les lieux, le Marshall chargé de l’enquête s’étonne que les braqueurs n’aient pas été plus violents et soient finalement repartis avec un si petit butin. Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de l...
Partagez sur :
Frères d'armes

Même en ne comptabilisant pas les westerns, il faut admettre que les films âpres et poussiéreux se déroulant au Texas sont légion. Par contre, plus rares sont ceux à aller au-delà de ses paysages magnifiques pour mettre en relief leur histoire. Comancheria est de ceux là.

La première force du film de David MacKenzie (Les Poings Contre les Murs) se concentre dans ses quatre personnages principaux. D'un côté, deux frères criminels interprétés par Chris Pine (The Finest Hours, Star Trek) et Ben Foster (The Finest Hours, Du Sang et des Larmes) au passé lourd et douloureux, tentant dans une manœuvre désespérée de récupérer ce qu'ils pensent leur revenir de droit. De l'autre, un duo de flics composé d'un vieux Marshall tout proche de la retraite interprété par Jeff Bridges (Crazy Heart, True Grit) et de son collègue Comanche incarné par Gil Birmingham (Twilight, Lone Ranger). Un duo que tout semble opposer (et qui donne d'ailleurs lieu à un ressort presque comique tout au long du film ) mais qui, finalement, est lié par une profonde amitié et des valeurs communes. Au travers de ces quatre personnages, Taylor Sheridan (déjà scénariste du magnifique Sicario) dresse le portrait d'un Texas entre deux mondes, où la violence et la pauvreté forcent à reconsidérer les concepts de bien, de mal et de moralité pour transformer cette apparente histoire de flics et de voleurs en quelque chose de beaucoup plus profond et puissant.

 

A history of violence


Comme il le dit lui-même dans le documentaire présent sur le bluray, Taylor Sheridan est né au Texas. Il connait ces villes quasi fantômes coincées entre deux étendues désertiques et les frontières d'un Mexique synonyme de criminalité, racisme et pauvreté. Ainsi, lors d'un assaut des deux frères sur une nouvelle banque, un vieux cow-boy s'étonne que les deux braqueurs cagoulés ne soient pas Mexicains. Ou cette autre scène où une serveuse ayant profité d'un généreux pourboire des deux braqueurs refuse de le rendre au Marshall, qui lui l'exige comme preuve utile à l'enquête. Un marshall d'ailleurs très largement inspiré de l'oncle de Sheridan, ajoutant encore plus de véracité aux faits décrits. Une volonté scénaristique, donc, de vouloir absolument donner vie à un Texas plus vrai que nature et où la violence du quotidien, aidée par le port d'armes plus que jamais culturel, est la compagne habituelle des autochtones. Une portée sociale forte, dans un genre où elle est rarement développée avec autant de réalisme, donne un incroyable crédit au film et le hisse parmi les chefs d'œuvre du genre.

Quand on sait que le prochain projet du scénariste est un film qu'il réalisera lui-même et qui parlera d'une enquête au sein d'une réserve indienne avec Jon « Punisher » Bernthal, on a qu'une envie : le voir. Vite.

Laurent Valentin








Partagez sur :
 

Image :
Parfaite. En extérieur, les couleurs délavées voulues par l'atmosphère poussiéreuse et désenchantée contrastent magnifiquement avec le bleu uni et impénétrable du ciel. Les intérieurs, quant à eux, aux couleurs souvent neutres, sont dépourvus du moindre grain.

 


Son:
Pas de fioritures. Les voix graves des accents texans se montrent chaudes et les accords de Nick Cave et Warren Ellis se montrent limpides et discrets, comme s'ils nous étaient offerts au coin du feu.

 


Interactivité :
Un contenu plutôt chiche. Un trailer et un documentaire de 20mn. Ce dernier est toutefois plutôt intéressant : il donne la parole aux quatre acteurs principaux, la productrice, le réalisateur et le scénariste. C'est l'intervention de ce dernier, très instructive sur la genèse du projet, qui éclaire certains éléments du film d'un jour nouveau et lui donne un intérêt certain.

Liste des bonus : Entretien avec l'équipe du film (21'), Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020