CHEESEBURGER FILM SANDWICH
Amazon Women on the Moon - Etats-Unis - 1987
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Cheeseburger Film Sandwich »
Genre : Comédie
Musique : Ira Newborn
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 85 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 14 décembre 2016
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Cheeseburger Film Sandwich »
portoflio
LE PITCH
Une suite improbable de sketches surréalistes, parodies de publicités et de films à petits budgets des années 80 ; avec en toile de fond la diffusion du film « Amazon Women on the Moon », qui est sans cesse interrompue…
Partagez sur :
"c'est de la merde ou pas?"

Tristement presque invisible par chez nous depuis au moins deux décennies, l'improbable objet que forme Cheeseburger Film Sandwich est pourtant resté dans les mémoires par le biais que quelques images curieuses (Nessie en costume victorien, un noir qui sait pas chanter, des femmes en jupes sur la lune...) témoignages d'un zapping sidérant, nostalgique et... oui, un peu culte.

Etonnement, si le titre anglais possède ce petit truc un peu plus poétique, Amazon Women on the Moon, ciblant autant la parodie centrale du film que justement son détournement général d'un cinéma popcorn d'autrefois, le titre français vise parfaitement juste : Cheeseburger Film Sandwich. Oui, ça à l'air débile et pourtant, les distributeurs français dressent immédiatement une filiation avec un certain Hamburger Film Sandwich qui dix ans plus tôt jouait lui aussi avec les références, balançait une série de sketchs délirants et irrévérencieux, tout en rendant hommage à un cinéma fauché, bis et culotté. La ressemblance est telle que beaucoup penseront longtemps que l'un est la suite officielle de l'autre. Car outre la ressemblance évidente, ce sont bel et bien les mêmes Robert K. Weiss (producteur) et John Landis (réalisateur) que l'on retrouve à l'origine du concept. D'ailleurs, le premier ayant entre temps produit pour ses copains Z.A.Z. la mythique série Police Squad (qui deviendra les films Y-a-t-il un flic ?), il embarque dans sa besace un certains Joe Dante ! Que des grands amoureux des vieux doubles programmes de la grande époque, auxquels s'ajoutent les coréalisateurs Carl Gottlieb (scénariste des trois premiers Dents de la mer) et Peter Horton (téléphage productif depuis) pour un déchainement de tout et n'importe quoi. Installé dans son canapé, le spectateur n'a même plus besoin de sa télécommande puisque le zapping se fait tout seul, passant d'une fausse pub pour un pâté très ludique à un vieux film de SF foireux (annoncé sans pub mais bon...), puis à un reportage sur une actrice érotique d'une grande simplicité (Monique Gabrielle toute nue dans plein d'autres trucs) en passant par une version US des soirées mystères de Pradel. En l'occurrence dans Bullshit or not ?, le grand Henry Silva ouvre la voie à une question qui mérite réflexion : Et si Jack L'éventreur n'était autre que le Monstre du Lock Ness ! Preuve à l'appuie s'il vous plait !

 

accroches-toi à l'échelle, je change de chaine


Et le métrage, insaisissable, jubilant dans un montage qui prend un grand plaisir à constamment se contredire, d'offrir quelques grands moments de n'importe-quoi absolu avec la pauvre Michelle Pfeiffer (qui sortait justement de Série noire pour une nuit blanche de Landis) a qui on essaye de faire croire qu'elle a donné naissance à un Monsieur Patate, Russ Myer qui éclaire la jeunesse sur les meilleures vidéos du moment, ou d'authentiques pirates vidéos qui fendent les océans. Parfois roboratif, quelquefois un poil longuet (l'enterrement avec performance scéniques...), mais toujours original et bardé de stars de l'époque comme Rosanna Arquette, Jack Palance ou Steve Guttenberg (mais si, le mec de Police Academy, Cocoon et Short Circuit !) toujours prompts à se tourner en ridicule. Plus débile encore que la télé, mais foncièrement jouissif, Cheeseburger Film Sandwich est trop inconstant pour atteindre les cimes des chefs-d'œuvre immortels du rire, mais délivre quelques grands moments dont se souviendront, entre autres, Les Nuls crées la même année. Petites préférences maison pour le sketch post-début de générique de fin avec Carrie Fisher (juste avant The 'Burbs) ingénue et le réalisateur de La Course à la mort de l'an 2000 qui se moquent des faux films institutionnels / vrais films d'exploitation érotique sous l'œil avisé de Joe Dante... Et puis comment oublier cette fausse pub pour une association de B.B. King (le vrai) visant à aider les pauvres noirs qui n'ont pas la « soul », et donc chantent de la daube comme les blancs et votent républicains ? Un sandwich géant avec des tranches de génie dedans...

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Les éditions HD de Cheeseburger Film Sandwich ne courent pas les rues, et en cherchant bien, on se demanderait même si la galette d'Elephant Film ne serait pas tout simplement le tout premier bluray du film. Chouette exclusivité donc, avec une copie plutôt propre, sans trop de fioritures, et qui installe des teintes plus pêchues et tendues qu'autrefois. Le piqué n'est pas en reste avec quelques belles surprises et ce malgré les variations d'esthétiques, les écrans de télé interposés ou le faux vieillissement de certaines sections. Par contre, la copie n'est pas passée par une restauration chimique, restant au stade de la restauration digitale, avec un réducteur de bruit parfois un peu lourd, lissant certains plans et faisant apparaitre quelques amas d'artefacts sur les matières.

 


Son :
Naturellement les pistes proposées préservent toutes la stéréo d'époque, mais remanieées dans un DTS HD Master Audio 2.0 légèrement plus fluide et surtout plus clair. La version anglaise a connu un petit rafraichissement, et la version française est étrangement double. On peut donc découvrir un tout nouveau doublage à la traduction bien plus fidèle au matériau d'origine, mais aussi avec un tout petit moins de caractère. Le premier doublage, celui des années 80, est heureusement présent, avec son jeu très aléatoire, plus outrancier, mais aussi quelques trouvailles on ne peut plus locales et franchement imparables.

 


Interactivité :
Longtemps invisible dans notre beau (il parait) pays, si ce n'est pour les précautionneux encore propriétaire d'une vieille VH achetée ou enregistrée sur Canal +, Cheeseburger Film Sandwich avait pourtant connu la sortie d'un DVD collector aux USA. Ce sont ses bonus que l'on retrouve ici (en SD donc, mais tout à fait regardables) avec un bêtisier très oubliable, carrément éclipsé par les vingt minutes de scènes coupées. Quelques dialogues ou gags légèrement plus long certes, mais aussi d'autres totalement inédits et surtout un sketch entier (parodie de film patriotique) un peu long mais bien fichu, composent un programme étonnant pour ceux qui ont su apprécier le menu principal.

Liste des bonus : Scènes coupées (20'), bêtisier (5'), galerie de photos, bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021