LA BELLE éQUIPE
France - 1936
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « La Belle équipe »
Genre : Drame
Réalisateur : Julien Duvivier
Musique : Maurice Yvain
Image : 1.33 4/3
Son : DTS HD Master Audio 2.0 français, Audiovision
Sous-titre : Français pour sourds et malentendants, Anglais
Durée : 101 minutes
Distributeur : Pathé Distribution
Date de sortie : 1 juin 2016
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Belle équipe »
portoflio
LE PITCH
Cinq ouvriers chômeurs parisiens, Jean, Charles, Raymond, Jacques et Mario, un étranger menacé d'expulsion, gagnent le gros lot de la loterie nationale. Jean a l'idée de placer cet argent en commun, dans l'achat d'un vieux lavoir de banlieue en ruine, qu'ils transformeront en riante guinguette dont ils seront les copropriétaires. Ils s'attellent à la besogne avec confiance. Mais la solidarité du groupe est fragile... Le destin s'acharne sur eux. Bientôt, il ne reste plus de la joyeuse é...
Partagez sur :
Des lendemains qui déchantent

Souvent résumé à une évocation presque enchantée des douces heures de l'avènement du Front Populaire, cette troisième rencontre entre Jean Duvivier (Voici le temps des assassins) et Jean Gabin, n'est pourtant pas qu'une comédie joyeuse. Pas si sûr finalement que les lendemains puissent chanter.

Si le cinéaste s'est toujours défendu de délivrer une opinion politique dans ses films, ces derniers n'en reste pas moins, forcément, des reflets de leur époque. Surtout que Duvivier aime agrémenter ses structures de séquences naturalistes, capturant directement, presque à la manière d'un documentaire, des instantanés du monde qui l'entoure. Dans La Belle équipe, cela se ressent immédiatement dans la superbe, et luxueuse, reconstitution des quartiers populaires de Paris en studios, tout autant que les plans d'un printemps naissant en bords de Marne ou l'arrivée enjouée des futurs clients de la Guinguette. De vrais documents pour les spectateurs actuel, qui retrouve une fougue, un esprit français disparus, et qui bien entendu se teinte ici des aspirations des masses prolétaires : l'accession à la propriété, le besoin de devenir son propre patron, l'évasion par les loisirs, la remise en cause de l'autorité d'état... Autant que les choix de mise en scène de Duvivier, les dialogues admirables de Charles Spaak (La Grande illusion) transmettent cet air du temps qui va justement mener à l'arrivé au pouvoir du Front Populaire au printemps 1936. Le parallèle ce fait alors inévitablement, dépassant même l'optique des parents du film, faisant de la chanson « Quand on s'promène au bord de l'eau » un symbole de ces années là, et de Jean Gabin une authentique star représentant à lui seul la force et le charisme des gens du peuple.

 

fatalités


Pas si étonnant cependant puisqu'en apparence, La Belle équipe est une comédie radieuse, décrivant comment une bande de copains particulièrement sympathique (dont un révolutionnaire espagnol en fuite), qui après avoir gagné à la loterie, se lance dans l'achat et la restauration d'une demeure en ruine pour en faire une guinguette, lieu de rencontre et de musique festif. Ca rigole beaucoup, se chamaille un peu, s'encourage, s'offre des accolades viriles, avec en point d'orgue une tempête qui oblige ces cinq gaillards à passer la nuit entière sur le toit pour sauver les meubles... mais décrit comme une métaphore de leur indéfectible amitié. Des moments lumineux comme celui-ci, voir même quelques séquences ouvertement champêtres ensoleillées, La Belle équipe n'en manque pas. Mais Duvivier étant Duvivier, et son pessimisme n'étant plus à prouver, le tableau sera forcément brouillé. Si dans sa mise en scène, encore une fois quasi-moderne et en tout cas bien souvent impressionnante par la justesse de son découpage, le cinéaste souligne au départ le lien qui les unis, avec entre autre un plan séquence habilement orchestrée, les dissensions sont tout aussi présentes.

Une séparation annoncée qui, une fois encore, et c'est une marque de l'auteur, va naitre par la présence des femmes. L'une est simplement douce et amoureuse et emmènera avec elle son amant Mario, avant d'avoir fait fuir le gentil Jacques (Charles Dorat), l'autre est une authentique garce au charme fou (Viviane Romance) et va mettre dos à dos Jean (Jean Gabin déjà impressionnant) et le brave Charles (Charles Vanel). Entre élans quelque peu misogynes et mise en avant du déterminisme social, La Belle équipe glisse cruellement du film de potes (une spécialité française) au drame déchirant, ironique, voir carrément sadique. Un dispositif uniquement appréciable dans la version initiale du film, avec sa fin, maladroite mais terrible, et non celle qui fût tournée ensuite pour adoucir le propos. En l'état, et inconsciemment, le faux-divertissement ouvrier creuse encore son rapprochement avec le Front Populaire, et en particulier son échec malheureux (malgré d'incontestables avancées sociales) alors que le fascisme rampe en Europe. Comme le dit si bien Jean Gabin, abasourdis, dans le dernier plan : « C'était une belle idée... une belle idée ».

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Image :
Longtemps empêtré dans une petite guerre juridique, La Belle équipe n'était finalement plus disponible depuis la sortie de l'antique VHS de René Château Video. La question réglée, avec au passage une copie relativement convenable de la fin originale retrouvée il n'y a pas si longtemps, ne restait plus à Pathé qu'à redonner au film tous les honneurs qu'il mérite. A l'instar des autres titres de la collection des classiques restaurés, le produit final est une véritable merveille. Tirée d'un négatif nitrate restauré chimiquement et scannée en 4k, puis de nouveau améliorée numériquement, la copie de La Belle équipe est à des années lumières de ce qui existait jusque-là : contrastes stables et bien marqués, cadres plus que propres, piqué parfait, grain de pellicule présent mais jamais envahissant... Une fois encore un travail admirable et soignée, qui respecte même les petites particularités visuelles de l'époque (quelques effets de flous sur les bords) et s'en sort très habilement avec les fondu-enchainés ou les plans réinjectés de la vraie fin, certes plus abimés, mais harmonieusement disposés. Un petit miracle.

 


Son :
Comme beaucoup de film français des années 30, et donc des débuts du parlant, les prises de son initiales étaient bien loin des canons actuels, et ont, qui plus est, généralement très mal vieillies sur leur support. Du coup, la piste DTS HD Master Audio restaurée de la présente édition n'en est que plus savoureuse, ayant réussie à rendre quasiment tous les dialogues clairs (certains semblent encore un peu trop distant) en limitant au maximum les effets de saturations.... L'idée est toujours de restituer les sensations, un peu brutes, initiales tout en y apportant la pureté du numérique contemporain et il n'y a aucune raison de se plaindre.

 


Interactivité :
L'éditeur offre ici à nouveau un petit documentaire laissant la parole à Eric Bonnefille et Hubert Niogret, mais ils ne sont pas tous seuls puisque le documentariste Jérôme Wybon a mis la main sur de nombreux documents rares. Une interview audio de Duvivier, des extraits télévisées de rencontres avec Viviane Romance ou le scénariste Charles Spaak, tout cela vient agrémenter une rétrospective réussie sur la fabrication du film. Scénario presque échangée à Renoir avec celui de La Grande illusion, recherche des acteurs, liens avec les idées du Front Populaire, réceptions frileuse et bien entendu le tournage d'une nouvelle fin, plus optimiste. Le programme est bien conçu et explicite d'ailleurs parfaitement cet étrange choix des producteurs et glisse au passage, en version pas restaurée du tout, les extraits de cette pirouette scénaristique pas franchement convaincante.

Liste des bonus : Au fil de l'eau, l'histoire de La Belle Equipe (25'), Bandes annonce originale.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021