RING
Ringu - Japon - 1998
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Ring »
Réalisateur : Hideo Nakata
Musique : Kenji Kawai
Image : 1.85 16/9
Son : Japonais et français en stéréo et Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 96 minutes
Distributeur : Filmedia
Date de sortie : 5 octobre 2015
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Ring »
portoflio
LE PITCH
Un soir, seules à la maison, deux lycéennes se font peur en se racontant une mauvaise blague. Une étrange rumeur circule à propos d’une cassette vidéo qui, une fois visionnée, déclenche une terrible malédiction : une mort annoncée sept jours plus tard…
Partagez sur :
Cauchemar magnétique

En 1998, lorsque Ring de Hideo Nakata sort sur les écrans, le public occidental découvre une nouvelle forme de terreur sous les traits (!) du personnage de Sadako, archétype du spectre japonais qui fera date, celui d'un fantôme issu de la culture japonaise, aussi énigmatique qu'effrayant, prenant l'apparence d'une jeune fille dont les longs cheveux noirs dissimulent le visage, dotée d'une robe blanche immaculée et se déplaçant d'une démarche lancinante et saccadée. Difficile de ne pas frissonner face à cette représentation de l'horreur dans ce qu'elle a de plus mystérieux et insidieux...

Pourtant, l'affaire n'était pas gagnée d'avance. L'intrigue repose tout de même sur un constat des plus improbables : une malédiction virale qui se transmet à la vision d'une simple cassette VHS. Mais le film fonctionne et fait même mieux : il conserve toujours cette aura mystérieuse presque 15 ans après sa sortie. Une réussite que l'on doit évidemment en premier lieu à son réalisateur. Sorti de quelques polissonneries pelliculées, Hideo Nakata n'affiche cependant pas une expérience longue comme le bras lorsqu'il s'attaque au projet. Il sera pourtant l'homme de la situation. L'adaptation du roman d'horreur homonyme de Koji Suzuki (déjà transposé à la télévision en 1995) sera d'ailleurs décisive pour le cinéaste puisqu'il le révélera aux yeux du monde entier. Ring marque les esprits en premier lieu par la terreur froide qu'il inspire, mais également par sa simplicité et surtout son ton extrêmement sérieux, pour ne pas dire sentencieux. Rappelons que le film de Nakata est sorti à la fin des années 90, décennie marquée par la déconstruction rigolarde du genre, initiée notamment par la saga Scream et propagée par ses succédanés. Ring intervient fort à propos pour se positionner comme l'antithèse de toute cette vague. Ici, rien ne prête à sourire et les personnages n'affichent jamais cette forme de conscience et de recul sur leur condition de protagoniste de fiction alors très en vogue dans le cinéma d'horreur. Il règne dans Ring une simplicité réaliste, qui confère au classicisme, tant dans sa forme que dans son propos. La mise en scène de Nakata évite toute forme d'esbroufe, balayant les jump-scares faciles pour instiller par petites touches une sourde angoisse par ses plans réfléchis et glaçants, constituant des scènes globalement assez figées. Se dégage pourtant de l'ensemble une ambiance mortifère qui confine à un sentiment d'inéluctabilité. Ce qui tombe bien, puisqu'il s'agit du thème même du film.

 

Contamination du genre


Le récit évoque également une profonde tristesse quand il développe les origines de la malédiction, l'histoire de la jeune Sadako, enfant marginal rejeté et sacrifié. Une tristesse qui s'est peu à peu muée en haine, un sentiment immatériel qui se propage jusqu'à contaminer le réel par le biais de l'élément le plus improbable qui soit : une VHS. Ring est donc une œuvre de terreur dans ce qu'elle a de plus brute (et de plus pure), qui marquera grandement le genre. Le film de Nakata sera suivi de deux suites officielles (la première écrite et réalisée à nouveau par le cinéaste, puis un préquel Ring 0, réalisé par Norio Tsuruta et qui explore les origines de Sadako). Un deuxième opus "parallèle" a vu le jour, se démarquant de l'approche de l'original pour s'engager dans la piste directement développée dans les romans, puisque Nakata s'en était diamétralement éloigné à partir du second segment. Sans compter toute la vague des innombrables films de fantômes asiatiques qui ont surfé sur la thématique, ainsi que les remakes américains mis en scène par Gore Verbinski... et Hideo Nakata lui-même. Ring a contaminé le cinéma d'horreur pour le meilleur, mais aussi bien souvent pour le pire. C'est de toute évidence la marque d'un indéniable classique.

Nicolas Mouchel








Partagez sur :
 

Image :
Étrangement, malgré son statut de film d'horreur culte, les éditions Bluray de Ring se comptent sur les doigts de la main à travers le monde. Un film presque devenu rare donc que l'on redécouvre ici dans un nouveau master HD qui n'a semble-t-il pas profité de toutes les techniques de pointes pour connaître une nouvelle jeunesse. Très marqué par l'esthétique particulière des thrillers des années 90 avec ses teintes bleutées ou vert délavées et surtout une lumière assez froide, Ring n'est donc pas forcément un métrage qui est là pour en mettre plein la vue de ce coté là. Un aspect volontairement réaliste souvent marqué par une sensation de léger flou sur de nombreux plans. Le réducteur de bruit a fait ici son office et entraine quelques matières marquées par quelques amalgames peu élégants. Même sensation sur les séquences un poil sombre qui affiche un rendu très «soft» et une profondeur limitée. Il y a tout de même de très belles choses, à l'instar des plans lumineux qui affichent des contrastes particulièrement bien dessinés et un piqué précis, et des décorticages de la vidéo « hantée » que l'on peut enfin savourer dans le détail.

 


Son :
Alors que l'édition japonaise profite d'un DTS HD Master Audio 6.1 de bon aloi, on ne peut qu'être un peu déçu de retrouver ici les mixages sonores déjà disponibles sur la copie DVD : stéréo et Dolby Digital 5.1 pour la version française et japonaise. C'est bien entendu cette dernière qui s'en sort le mieux avec un rendu très naturel, le plus souvent frontal, mais qui lors des belles séquences de flippe va s'étendre sur les enceintes arrières pour impacter ses effets.

 


Interactivité :
Tristement toujours aucun supplément à se mettre sous la dent pour ce métrage pourtant incontournable dans le genre. L'édition DVD de Studio Canal n'avait pas fait beaucoup mieux, mais les années aidant on aurait pu espérer un documentaire rétrospectif (Mr Nakata est quand même très disponible de nature), voir un segment sur le phénomène Ring, les romans et les multiples versions. Dommage.

Nathanaël Bouton-Drouard

Liste des bonus : Aucun.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021