GRAN TORINO
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Gran Torino »
Genre : Drame
Réalisateur : Clint Eastwood
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais en Dolby TrueHD, Français et Anglais en Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 115 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 1 juillet 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Gran Torino »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Un vieux veuf acariâtre et solitaire est amené à protége son quartier, depuis peu peuplé essentiellement d'asiatiques, des méfaits d'un gang. Dans la tourmente, il aidera son jeune voisin à retrouver le droit chemin...
Partagez sur :

 

Le bénéfice de l'âge

Une rumeur un peu folle courait autour de Gran Torino : le film aurait mis en scène l'Inspecteur Harry, âgé de 75 ans, dans une ultime affaire de vengeance. Un pitch sorti d'on ne sait où et loin, très loin de se raccrocher aux wagons du métrage final, selon Clint Eastwood son tout dernier rôle à l'écran.

 

Encore frais Clint ? Oui et non, et le bougre ne se prive pas lui-même de souligner son irrémédiable vieillissement. De l'exploiter, plutôt. Depuis qu'il a tourné Impitoyable, script qu'il avait gardé dans un tiroir une décennie durant, en attendant d'avoir l'âge de raison, Eastwood se présente consciemment en contre-point des générations émergeantes. Agent secret à deux doigts de la retraite dans Dans la ligne de mire, inspecteur cardiaque dans Créances de sang, vieux séducteur dans Sur la route de Madison, entraîneur old school dans Million Dollar Baby, astronaute sur le retour dans Space Cowboys... La liste est tellement longue qu'elle supplante, quantitativement, certaines carrières d'une vie. Le concept de Gran Torino pourrait sembler attendu dans ce contexte créatif mais trouve, en ces temps de revival 70's (voir les sorties récentes de A vif et Death Sentence), une légitimité et une logique implacables. Artiste souvent qualifié de fasciste pour ses faits d'armes dans le registre du polar (L'Inspecteur Harry et consorts), Eastwood ne manque pas de surfer sur la vague, histoire d'exorciser quelques démons à la peau dure. Démarrant sur des bases de vigilante movie pour se métamorphoser peu à peu en autre chose, Gran Torino pourrait bien faire taire les langues de vipère une bonne fois pour toutes.

 

Sauvés de l'oubli

 

Tout ce que les critiques auront un jour reproché au grand Clint se retrouve, multiplié par cent, dans Gran Torino. Cette sympathie affichée pour les antihéros   sociopathes, ce robinet d'injures raciales et misogynes tellement héneaurmes qu'elles s'auto-annihilent... A travers le personnage de Walt Kowalski, immigrant macho, antisémite mais pourvu d'un code d'honneur à l'ancienne, Clint rue dans les brancards. Ses rapports avec son entourage asiatique et la manière dont il corrige un gang de jeunes caïds donnent certes lieu à une pléthore de séquences irrésistibles, dont la verve n'est pas étrangère à un certain Maître de guerre. La beauté de Gran Torino se développe pourtant entre ces lignes coupantes, dans la manière dont Eastwood illustre un passage de témoin entre deux générations séparées de plus d'un demi-siècle. Film plein d'espoir, au coeur gros comme ça, tourné dans une Scope à l'élégance classique (dans le sens noble du terme), Gran Torino semble nous préparer, deux heures durant, à une inévitable révérence. Entre les mains d'une jeunesse respectueuse de ses pères, Clint et ses contemporains anynonymes sont tous assurés de devenir immortels.

Alexandre Poncet

 

 

Partagez sur :
 

Image :

A l'aube du tout numérique, il est bon de voir pointer à l'horizon un film aussi simple, épuré et classieusement éclairé que Gran Torino. Comble du bonheur, Warner a mis les petits plats dans les grands en nous servant pour le Blu-Ray un master d'une précision incomparable, ainsi qu'une compression respectant à la fois les teintes subtiles de la photographie, les textures si particulières des décors de banlieue et le grain de la pellicule. Un régal.

 

Son :

L'épure est aussi d'actualité au niveau du mixage sonore du film, et l'éditeur a tout fait pour respecter, grâce aux dernières technologies sonores disponibles, les ambiances feutrées et les soudains sursauts de la bande sonore. La spatialisation est on ne peut plus immersive, les dialogues ne sont jamais couverts par les bruitages et le score de Kyle Eastwood sait habiller l'ensemble sans tirer la couverture à lui. Irréprochable.

 

Interactivité :

Un film aussi populaire (l'un des plus gros succès de la carrière du grand Clint, tout de même) aurait mérité un peu plus de suppléments que les quelques featurettes qui émaillent ce disque. Certes, on gagne ici un making of d'une vingtaine de minutes par rapport au DVD standard, qui devait se contenter de deux modules brassant de l'air autour de la voiture en titre et de la carrière de la star. Ledit documentaire prend un peu plus de temps pour installer les enjeux de la production (notamment trouver de bons acteurs parmi la communauté Hmuong), replacer le film dans les thématiques chères à Eastwood et ses personnages fétiches (Harry Callahan en tête), ou encore donner un aperçu du tournage. Rien de bien renversant, mais compte-tenu de la rareté des archives consacrées au travail de Clint, on n'osera pas se plaindre.

 

Liste des bonus : Making of (20') et deux featurettes (10' et 5')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021