DOWNTON ABBEY SAISON 4
Royaume-Uni - 2013
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Downton Abbey saison 4  »
Réalisateur : Julian Fellowes
Musique : John Lunn
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 400 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 3 février 2015
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Downton Abbey saison 4  »
portoflio
LE PITCH
Six mois après la mort tragique de Matthew, son absence se ressent toujours cruellement. Avec un enfant désormais orphelin de père, Mary doit malgré tout réussir à se ressaisir et à envisager l’avenir, et peut compter en cela sur le soutien de sa famille. Acceptant son nouveau rôle dans la gestion de la propriété, et étant de fait à nouveau célibataire, elle devient l’objet du désir de nombreux prétendants. Les années 20 battent leur plein et les vagues du changement se propa...
Partagez sur :
Tenue correcte exigée

Impossible de ne pas avoir entendu parler de Downton Abbey, LA série british du moment qui sous couvert de drama aristocrate réussit à faire vivre des personnages extrêmement attachants et passionnants, traversant l'histoire et les grandes évolutions de la société anglaise du 20ème siècle. Comme le dit la presse anglaise : «resistance is futile».

Encore une fois, difficile de ne pas grincer des dents en tant que petit français devant la capacité de la télévision anglaise à produire des programmes grand public, populaires, mais avant tout d'une grande qualité dramatique. Scénariste de Vanity Fair et surtout de l'excellent mystère Gosford Park (réalisé par Robert Altman), Julian Fellowes a repris les grandes lignes de ce dernier pour imaginer une série qui se présenterait sur deux niveaux : d'un coté la riche famille Crawley, noble propriétaire de Downton Abbey, et de l'autre leurs domestiques. Des arcs narratifs qui se croisent, se répondent et surtout analysent brillamment les grands changements sociaux de ce début du XXème siècle. Reconnu à travers le monde autant pour la justesse de son écriture et la qualité époustouflante d'un casting d'une classe impériale (excepté une erreur de casting... Miss Droopy..), Downton Abbey atteint avec le coffret en présence sa quatrième saison sans faiblir. Certes certaines astuces de scénariste peuvent s'avérer trop voyantes (la nouvelle menace sur la famille Bates, la disparition du prétendant d'Edith), mais à chaque fois la question est rattrapée par un rebondissement inattendu, ou un éclairage supplémentaire sur le changement de ligne entre l'autrefois indéboulonnable noblesse anglaise, et le prolétariat éveillé par les conséquences de la Première Guerre Mondiale.

 

opération portes ouvertes


Des épisodes fascinants par leur précision, justes dans les thèmes abordés comme la romance entre la mignonne Rose et un chanteur noir ou la difficile position de Tom Branson (Allen Leech), beau-fils enfin adopté par la famille mais tiraillé par ses aspiration socialistes. Certains on vu dans cette quatrième saison, huit épisodes ronflants, pourtant c'était ici le passage à haut risque, devant survivre aux départs successifs de Jessica Brown Findlay et de Dan Stevens, deux des acteurs les plus charismatiques du show, dont le deuil de leur personnages plane comme une ombre sur les premiers épisodes. Mais les relances sont bel et bien présentes avec le drame vécu par Anna Bates (Joanne Froggatt), qui éclaire du même coup la place terrible de la femme à cette époque, trouvant même un reflet évident dans la situation compliqué d'Edith (la grande gagnante de cette saison et de la suivante), enceinte d'un homme qu'elle n'a pas épousé. Autant absorbé par les aspects feuilletonants de la série que par l'intelligence d'analyse sociétale ou les études de caractères, le spectateur plonge sans vergogne dans les épisodes jusqu'à un attendu The London Season, épisode spécial de 90 minutes produit pour les fêtes de Noël (une grande tradition de la télé anglaise). Difficile et rébarbatif de lister ici toutes les immenses qualités de la série (reconstitution, réalisation soignée...) ou de revenir sur chaque personnage, toujours admirablement structuré et pertinent, à l'image du majordome John Bates (Jim Carter) plus traditionaliste que ses maitres, Robert Crawley (Hugh Bonneville) et sa situation de pilier malmené par le changement, et bien entendu l'incomparable Violet Crawley (Maggie Smith) matriarche franc du collier et adepte des petites phrases assassines. Un pur bonheur toujours ponctué d'humour piquant. So British.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Image :
Superbe reconstitution, sachant jouer sur les ambiances feutrées, hivernales et lumineuses, Downton Abbey n'est pas forcément une bombe technique en bluray. On notera des noirs souvent trop lissés et un piqué étrangement doux sur certains plans. Des moments de faiblesses, mais qui pour une série tv reste tout à fait acceptables surtout que pour les reste les teintes sont brillamment contrastées, les gros plans bien soignés et détaillés, et les plans d'ensemble (intérieurs et extérieurs) laissent filtrer une profondeur agréable.

 


Son :
Série intime et se révélant essentiellement par les dialogues, Downton Abbey se contente parfaitement de mixages DTS HD Master Audio 2.0. Quelques petites ambiances feutrées apparaissent sur les enceintes latérales, les musiques légères de John Lunn sont restituées avec limpidité et les voix s'imposent frontalement. C'est classique, sobre, mais totalement adéquate et efficace.

 


Interactivité :
En France on n'a pas toujours la chance de pouvoir visionner les suppléments produits en Angleterre (suivez mon regard vers FranceTv), du coup on ne boudera pas notre plaisir devant les quelques mignardises disposées ici, même si elles se révèlent en général bien courtes et trop polies. C'est clairement le cas des segments promotionnels, le "Making of" et "Nouvelles arrivées", qui se content surtout de poser les enjeux de la saison et de présenter les nouveaux personnages. Plus attachant, "Le Journal intime de Downton" est un petit reportage qui laisse filer sa caméra dans les coulisses du tournage, avec de petites interactions avec les acteurs qui prennent un malin plaisir à faire visiter leurs loges ou à commenter le menu de la cantine. Très sympathique, mais la même chose avec un vrai journal de bord au jour le jour aurait été bienvenu. Enfin, Universal dispose directement dans le coffret l'épisode spécial The London Saison, ce qui paraît évident en France, mais n'est pas forcément le cas en Angleterre où celui-ci est vendu à l'unité.

Liste des bonus : Making of (11'), Le journal intime de Downton (12'), Nouvelles arrivées, « The London Season » : épisode spécial Noël 2013 (90').

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020