STAR TREK : LA TRILOGIE AUX ORIGINES DU FILM
Star Trek The Wrath of Khan / Star Trek III The Search for Spock / Star Trek IV The Voyage Home - Etats-Unis - 1982 / 1984 / 1986
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Star Trek : La trilogie aux origines du film »
Genre : Space Opera
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais Dolby TrueHD 7.1, italien Dolby Digital 5.1, Surround en français, allemand...
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 3 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 12 mai 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Star Trek : La trilogie aux origines du film »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La colère de Khan : Envoyé avec Spock en mission de routine, Kirk croise la route de son vieil ennemi Khan. A la recherche de Spock : Le Capitaine Kirk et son équipage vole l'Enterprise pour tenter de récupérer le corps de M. Spok, qui s'est sacrifié lors du combat contre Khan. Retour sur terre : La Terre est déréglée, le Soleil ne se lève plus, la température baisse. Tout l'équipage de l'USS Enterprise part pour son plus fabuleux voyage... sauver la Terre.
Partagez sur :
Triple entreprise

Evènement oblige, Paramount ressort une partie de son catalogue Star Trek au lendemain de la sortie du film de J.J. Abrams. En l'occurrence, ce sont La Colère de Khan, A la Recherche de Spock et Retour sur Terre (respectivement les II, III et IV) qui selon les propos de la jaquette seraient « à l'origine du (dernier ?) film ».

 

Il faut bien y regarder de près pour comprendre ce qui a pu inciter (en dehors de la facilité publicitaire bien sûr) Paramount à regrouper dans un même coffret ces trois épisodes particuliers de la saga cinématographique de Star Trek. Une référence à une épreuve de pilotage jugée infaisable que seul Kirk à réussi, un entraînement mental de Spock, les parents de ce dernier... Techniquement les connexions sont bien minces. Là où l'éditeur ne se trompe pas en revanche, c'est dans l'identité de « Trilogie ». Après un magistral premier long-métrage signé Robert Wise, mais conçu comme un récit à part flirtant avec le fleuron de la science-fiction, les producteurs ont choisi trois ans plus tard (et au grand dam de Mr Roddenberry) de revenir à la fois vers une certaine idée de la chronologie Star Trek tout en amenant la licence vers un aspect plus « musclé », plus « space-opera ». Si officiellement cela n'a jamais été le cas, il paraît aussi évident que l'idée d'une suite filaire de long-métrage était déjà en amorce dès le lancement de La Colère de Khan. En ramenant de l'oubli l'un des adversaires les plus charismatiques de la première saison de la série, Nicholas Meyer renoue donc clairement avec l'esprit sérial des origines et n'hésite pas à s'achever sur un bon cliffhanger des familles avec la mort inattendue (à l'époque) de Spock et l'espoir de son futur retour. Les personnages sont bel et bien là, l'univers et le ton initial aussi, mais la modernisation des costumes n'est pas la seule avancée qu'apporte le réalisateur de C'était demain. En utilisant les vaisseaux spatiaux comme de vrais navires de guerre, ce féru de littérature classique oppose Kirk et Khan comme corsaires et pirates en pleine mer espagnole, autant sur leur vision du commandement et de l'honneur que sur leur capacité à accepter leur vieillissement et la fin de leur âge d'or.

 

Combler le vide

 

Difficile de trouver le même niveau d'ambition dans sa suite directe, A La Recherche de Spock, sorte de flottement de deux heures où, entre drames familiaux et réutilisation abusive de figures et d'images du précédent (dont le fameux « effet genesis » premières images de synthèse de l'histoire du cinéma), le réalisateur débutant Leonard Nimoy tente vainement de passionner le spectateur  avec une résurrection improbable, voire carrément marketing. Même l'arrivée d'un superbe oiseau de proie dirigé par Christopher Lloyd grimé en klingon ne sauve pas l'affaire : ce film multi-rediffusé à la télévision n'est pas vraiment à la hauteur de sa légende. Un épisode de remplissage en somme, dont le seul but (quasiment avoué dans les bonus de la présente édition) est de créer un lien avec le troisième opus de cette trilogie narrative : Retour sur Terre. Nimoy, bien plus à l'aise, est toujours aux commandes, mais Meyer revient au scénario et semble jubiler à l'idée de recréer avec décontraction la trinité Kirk/Spock/McCoy. A l'image des Star Wars, cette conclusion (temporaire) s'écarte donc des considérations lourdes et des drames personnels de ses prédécesseurs, au profit d'une comédie enjouée qui plonge toute la bande dans l'Amérique des années 80 en usant d'un voyage temporel rocambolesque. A l'image de certains épisodes mythiques de la série (dont celui avec les fameuses petites peluches rondes), l'heure est à l'auto-parodie où les héros engoncés dans de curieux costumes peinent de façon navrante à se mêler à la foule. Spock déguisé en vieux soixante-huitard incapable de comprendre les expressions imagées du langage ricain est tout simplement imparable. Beaucoup de fantaisie et de distance, dans un divertissement qui s'efforce au passage de sensibiliser l'audience à la préservation des espèces menacées. Des valeurs écologiques parfaitement adéquates dans l'identité Star Trek et qui permettent à cette trilogie dans la saga de s'achever sur une note positive et un vrai happy end.

Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

Partagez sur :
 

Image :

Paramount continue sa refonte du catalogue Star Trek et profite de cette arrivée sur Blu-Ray pour améliorer la restauration déjà effectuée sur DVD. L'image est définitivement débarrassée de tous les petits indices du temps qui passe et profite de la HD pour afficher une masse de détails invisibles jusqu'alors. Un piqué de très haute facture donne un nouveau relief aux trois films même si de ce côté-là La Colère de Khan paraît légèrement moins pointu. Un détail, surtout quand on voit le traitement de la lumière et surtout la chaleur des couleurs qui explosent à l'écran. De jolis Blu-Ray qui cependant paraissent un peu moins bluffants que le coffret de la première saison de la série.

 

Son :

Les fans francophiles vont sûrement être tout colère quand ils vont réaliser que la piste dans la langue de Molière est uniquement proposée dans une version surround sobrement fonctionnelle, d'une efficacité incomparable à l'Anglais Dolby TrueHD 7.1 qui offre une belle amplitude à ces aventures avec une restitution très agréable des environnements du vaisseau, où plus dynamique lors des batailles dans l'espace infini. Manque tout de même à l'appel une utilisation plus musclée du caisson de basse (trop souvent laissé en sommeil) et surtout d'un DTS plus... cosmique.

 

Interactivité :

La plupart du travail avait déjà été effectué lors des éditions collector. Pour chaque film, le programme est on ne peut plus chargé avec deux commentaires audio bourrés d'informations (mais en général redondants les uns par rapport aux autres), des documentaires revenant sur le tournage, l'écriture, les effets spéciaux, les décors... Complet est le mot qui vient rapidement en tête surtout qu'il faut y ajouter quelques portraits d'acteurs et / ou de personnages attendus, une featurette sur les compositions de James Horner, un documentaire sur les auteurs des romans dérivés... Avec les trois films réunit dans ce coffret, le total atteint facilement les six heures de suppléments. Surtout que l'éditeur a profité de la présence édition pour tourner une série d'interviews autour des connexions entre les trois films et une visite sympathique du musée de la science-fiction où trône une belle collection Star Trek. On est clairement moins convaincus par l'option L-Cars : Système Informatisé des données qui fonctionne comme une encyclopédie consultable uniquement pendant le visionnage des films. Un plaisir tout de même de voir que quand Paramount produit une nouvelle galette, il ajoute au lieu de soustraire.

 

Liste des bonus :

 

La colère de Khan : Commentaire audio de Nicholas Meyer, Commentaire audio de Nicholas Meyer et Manny Cato, LCars : Système Informatisé des données, Journal de Bord du capitaine (27'), Création de Khan (24'), Interviews originales (11'), Les effets spéciaux (18'), James Horner : La composition de Genesis (9'), collection des souvenirs du film (11'), Une approche romanesque (29'), Le mystère derrière Ceti Alpha VI (3'), Bandes-annonces, BD Live

 

A La Recherche de Spock : Commentaire audio de Leonard Nimoy, Harve Bennett, Charles Correll et Robin Curtis, Commentaire audio de Ronald D. Moore et Michael Taylor, LCars : Système Informatisé des données, Journal de bord du capitaine (26'), Terraformage et directive première (26'), Les Effets spéciaux de Star Trek (13'), Spock : Les Jeunes années (6'), Stations spatiales oiseaux de guerres (28'), Le Langage klingon (21'), La garde robe des klingons et des vulcains (12'), Musée de la science-fiction (17'), Le mystère derrière le transfert de Katra Vulcain (3'), Bandes-annonces, BD Live

 

Retour sur Terre : Commentaire audio de William Shatner et Leonard Nimoy, Commentaire audio de Roberto Orci et Alex Kurtzman, LCars : Système Informatisé des données, Le Passé du futur : Un regard en arrière (27'), Le Tournage (7'), Les Rushes (4'), Le Son en direct (12'), Pavel Chevov : Sélection de scènes  (6'), Le Voyage dans le temps : L'art du possible (11'), Le langage des baleines (6'), Le Monde vulcain (8'), Les Femmes de Kirk (8'), La Saga des trois films (10'), La sonde (4'), Les Effets spéciaux (17'), Interviews sur le tournage (43'), L'album de Gene Roddenberry (8'), L'artiste Mak Lenard ( 13'), Bandes-annonces, BD Live

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020