LES RAISINS DE LA COLèRE
The Grapes of Wrath - Etats-Unis - 1940
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Raisins de la colère »
Genre : Drame
Réalisateur : John Ford
Musique : Alfred Newman
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais DTS-HD Master Audio 1.0, Français DTS Digital Surround 1.0
Sous-titre : Français, anglais...
Durée : 129 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 6 juin 2012
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Raisins de la colère »
portoflio
LE PITCH
Etats-Unis, Années Trente. Tom Joad (Henry Fonda) revient à la ferme familiale après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour homicide involontaire. « La Grande Dépression » frappe dur et comme bon nombre de fermiers du Sud, la famille est brutalement chassée de son exploitation. A bord d’un camion de fortune, le clan banni entame alors un périple éreintant à travers le pays. En bout de piste : l’Eden californien et sa promesse de richesse.
Partagez sur :
Mémoire d'exils

Sorti près de dix ans après le krach boursier qui plongea l'Amérique dans la crise économique de la « Grande Dépression », Les Raisins de la Colère est l'œuvre déchirante de John Ford, monstre sacré du Septième Art. Libre adaptation du roman éponyme de John Steinbeck, Prix Nobel de littérature, le long-métrage s'impose aujourd'hui encore comme un monument dédié aux exilés de tous bords.

 

L'intrigue nous fait croiser la route de Tom Joad (Henry Fonda), fermier révolté fraichement sorti de geôle pour avoir involontairement tué un homme. Lorsqu'il foule à nouveau les champs qui l'ont vu naître, Tom découvre les siens, contraints de déguerpir au plus vite. Les banques toutes puissantes, appâtées par le gain, s'accaparent leurs biens et décident de raser tous les ranchs du cru en faisant vrombir leurs bulldozers dévastateurs. La région, baptisée « Dust Bowl », est une terre du sud, ravagée par la poussière, la famine et la misère. Et les habitants sont à son image : émaciés, rachitiques, appauvris à en mourir. Sous pression, ils ne se voient proposés qu'une issue de secours ; un seul et unique salut : l'exode vers le Grand Ouest et les contrées luxuriantes de la Californie.

 

Embarqués à bord d'un truck bringuebalant semblable à l'Arche de Noé, Tom et les siens se lancent tête bêche sur les sentiers escarpés et les longues pistes arides. Le voyage est interminable, éprouvant et semé d'embuches. De campements crasseux en escales chaotiques, d'échauffourées imprévisibles en morceaux de bravoure, le groupe doit faire face à toutes sortes de menaces. Les forces de police n'apprécient guère les vagabonds et elles s'empresseront de leur faire savoir. A mesure que le convoi progresse, de nouveaux venus viennent grossir les rangs de la troupe. Jusqu'à épuisement.

 

épopée biblique

 

Comme transcendé par la prose originelle de Steinbeck (qui avait, à l'époque, décroché le Pulitzer), John Ford, en cinéaste humaniste, glorifie le courage, la pudeur et la dignité de celles et ceux qui ont tout perdu. La trajectoire qu'il déploie sous nos yeux ressemble à s'y méprendre à une odyssée biblique. Une épopée tragique, emplie de larmes et de mort, de douleurs et de sang, mais aussi d'espoirs. Certaines séquences conservent une force de frappe intacte : la scène du bal et sa tension à la limite de l'insoutenable, la rencontre déterminante entre Tom Joad et un pasteur déchu (John Carradine, magnifique) qui influera sur sa destinée tel un guide existentiel brandissant sa lanterne, les adieux du même Tom à sa mère. Les références mystiques sont omniprésentes : le voyage initiatique, les épreuves à surmonter, la perte des êtres chers, la souffrance, le doute et la foi, la Terre Promise (californienne) qui se dessine au loin sur la ligne d'horizon... L'art céleste de John Ford se trouve ici à son apogée : son fabuleux sens du cadre fait de merveilles le long de la mythique Route 66. La puissance dramatique nous tire régulièrement les larmes et la direction d'acteurs impose le respect. Tous les comédiens s'avèrent exceptionnels, à l'image de Henry Fonda. L'homme, lui-même issu des classes populaires, entra dans la légende du cinéma sous les traits acérés de ce Tom Joad, héraut lumineux, christique, exalté et protecteur. Un ange buriné, pur et dur, dont les idéaux de justice et d'équité l'obligeront à vivre comme un damné et à prendre la fuite au premier coup de fusil... Manifeste altruiste d'une profondeur inouïe et d'une finesse insondable,  Les Raisins de la Colère est un chef d'œuvre absolu. Un cri du cœur qui, malgré ses soixante-dix ans bien tapés, demeure d'une remuante actualité.

Gabriel Repettati








Partagez sur :

 

 

Image :
Très beau boulot côté technique. Le Noir et Blanc retrouve de sa superbe grâce à la précision numérique de la haute-définition. Le voyage humaniste du seigneur John Ford gagne en épaisseur et certains plans baignent dans une lumière presque divine. Nous sommes face à du travail d'orfèvre, digne de l'œuvre elle-même. Un seul bémol : le format d'origine, en 1.33 4/3, semble parfois dilaté, un peu écrasé.

 

Son :
On préfère de loin la piste américaine, plus claire, bien plus audible. Les doublages français ont, quant à eux, prix un petit coup de vieux. Le master audio dégage une sacrée force qui prend de l'ampleur au grès des pérégrinations dramatiques de Tom et de sa bande. La musique originale d'Alfred Newman est parfaitement mise en valeur. Le résultat se révèle fidèle, respectueux et sans fausse note. 

 

Interactivité :
L'édition est livrée en version collector, façon digipack cartonné. En plus du DVD du film et de quelques pages illustrées, les bonus comportent deux versions de l'œuvre : l'américaine et la britannique, qui bénéficie en prologue d'une présentation explicative. On en apprend un peu plus sur le contexte historique et l'ambition pédagogique des Raisins de la Colère. A savoir mettre en images l'une des pages les plus noires de l'Amérique. En plus, un commentaire audio assez lisse et un oubliable film promotionnel (sans sous-titres) qui vante mécaniquement les louanges des grands classiques de la 20th Century Fox.  

Liste des bonus : Le DVD du film, livret illustré, version américaine, version britannique avec introduction, commentaire de Joseph McBride et Susan Shillingshaw, « Fox Movie Channel » présente « Fox Legacy with Tom Rothman,Fox Movietone News », biographie de Darryl F. Zanuck, bandes-annonces. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020