BEETLEJUICE
Etats-Unis - 1987
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Beetlejuice »
Réalisateur : Tim Burton
Musique : Danny Elfman
Image : 1.85 16/9
Son : Français et Anglais en DD 5.1, anglais en Dolby Digital TrueHD
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 105 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 27 août 2008
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Beetlejuice »
portoflio
LE PITCH
Pour avoir voulu sauver un chien, Adam et Barbara Maitland passent tout de go dans l'autre monde. Peu après, occupants invisibles de leur antique demeure ils la voient envahie par une riche et bruyante famille new-yorkaise. Rien à redire jusqu'au jour où cette honorable famille entreprend de donner un cachet plus urbain à la vieille demeure. Adam et Barbara, scandalisés, décident de déloger les intrus.
Partagez sur :
Un poète aux commandes

Peu de gens auraient misé une fortune sur l'avenir artistique de Tim Burton à la sortie de son premier film, Pee Wee's Big Adventure. Beetlejuice apparaît d'autant plus comme une date majeure dans la carrière du futur réalisateur de Batman le défi, Ed Wood et Sweeney Todd.

 

Beetlejuice, aussi surprenant que cela puisse paraître, est une oeuvre de commande. Se spécialisant alors dans les projets singuliers, voire anti-commerciaux au possible (La Petite Boutique des horreurs de Frank Oz sort l'année précédente), David Geffen soumet au jeune metteur en scène le script frappadingue de xxx, script qui synthétise étonnamment plusieurs obsessions très personnelles de Burton. Avec son sens du croquis invraisemblable, ce dernier s'approprie donc rapidement cette histoire de fantômes en souffrance, et s'en sert pour dévoiler à un plus grand public son univers graphique poétique, profitant de surcroît du casting inattendu de Michael Keaton, absolument démentiel dans le rôle éponyme. Le résultat fait son petit effet en 1987 : comme dit l'adage, coup d'essai, coup de maître.

 

L'arbre derrière la forêt

 

Au-delà de son statut actuel de film-culte, tout Tim Burton ou presque est contenu dans Beetlejuice, de son amour pour les freaks (le couple ringard Geena Davis / Alec Baldwin, la jeune gothique Wynona Ryder) à son rejet viscéral du diktat de la mode, en passant par son sens très cartoonesque de l'horreur (les effets sanguinolents affluent, mais jamais dans l'optique de remuer le spectateur), son amour de la musique baroque (la partition de Danny Elfman est exceptionnelle) ou encore sa passion pour les techniques cinématographiques rétro (les effets de transparence sont souvent voyants, et le métrage pullule de miniatures et de stop motion). On aurait dès lors pu s'attendre à un joyeux capharnaüm mais la narration se montre pourtant d'une fluidité constante, presque rectiligne jusqu'à un final aussi drôle qu'impressionnant. S'il ne déploie pas encore le génie d'Edward aux mains d'argent et de Batman le défi, Burton apprend donc ici à maîtriser son art, et pose assez solidement les fondations d'une des filmographies les plus importantes de l'histoire du fantastique.

Alexandre Poncet






Partagez sur :
 

Image :

Cruelle déception que ce Blu-Ray : si la copie DVD délavée et pleine de taches peut définitivement reposer aux oubliettes, on attendait vraiment davantage de cette compression VC-1. Alors certes, les couleurs sont plus éclatantes que jamais (on croierait même apercevoir quelques effets de "triche" ici et là, tant certaines teintes ressortent), certes, la copie n'a jamais été aussi stable et précise (les effets de stop-motion n'en sont que plus voyants, ce qui n'est pas forcément un mal), mais impossible de nier le bruit de l'ensemble. Un grain excessif qui, paradoxalement, ne s'accompagne que sporadiquement du niveau de détail attendu en Blu-Ray, et qui prouve que Warner n'a pas daigné passer des mois à restaurer en profondeur le premier film majeur de Tim Burton. Quel dommage...

 

Son :

Si l'image déçoit légèrement, le son convainc dans les grandes largeurs, avec un bel éclaircissement des multiples sources sonores grâce à une splendide piste True HD. L'anglais est donc ici à privilégier, même si les cinéphiles trentenaires préféreront se replonger dans l'excellente VF qui a bercé leur enfance. A noter que le score de Danny Elfman est disponible en piste isolée, comme c'était déjà le cas sur le DVD.

 

Interactivité :

A-t-on déjà vu une édition "20ème anniversaire" zapper avec autant de transparence la fabrication même du film ? C'est pourtant le cas ici, et en guise de seuls suppléments, il faudra se contenter de deux épisodes de la série animée choisis au hasard, présentés en VO uniquement (alors qu'une VF existe !) dans des conditions dignes d'une vieille VHS abimée. La piste isolée étant déjà de la partie sur le DVD d'il y a dix ans, rien n'excusera donc ici l'absence de making of ou de commentaire audio, à plus forte raison considérant l'importance du métrage dans la carrière de son réalisateur.

 

Liste des bonus : 2 épisodes de la série animée, Score isolé de Danny Elfman, Bande-Annonce.

 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020