DANCE OF THE DEAD
Etats-Unis - 2008
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « DVD »
Image de « Dance of the Dead »
Genre : Comédie, Horreur
Réalisateur : Gregg Bishop
Musique : Kristopher Carter
Image : 1.77 16/9
Son : Anglais en DTS HD High Res Audio 5.1, français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 84 minutes
Distributeur : Free Dolphin
Date de sortie : 28 avril 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Dance of the Dead »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Pour tout adolescent normalement constitué, le bal de fin d'année est l'occasion de faire la fête, de boire plus que de raison et de conclure avec son cavalier ou sa cavalière. Mais au lycée Cosa High, l'édition de cette année risque d'être un peu particulière. Suite à une fuite toxique provenant de l'usine nucléaire voisine, les morts du cimetière local se réveillent. Pour ces zombies affamés, le bal de fin d'année est une bonne occasion de s'offrir un copieux dîner...
Partagez sur :
Moonwalk

Véritable machine de festival, notamment remarqué à Neuchâtel (en Suisse, ou bien ? ), Dance of the Dead, petite péloche indépendante qui fleure bon les glorieuse 80's, n'aura pas eu le droit en France à une sortie salle appropriée. Heureusement Free Dolphin Entertainement rattrape le coup avec DVD et un Blu-Ray disponibles dans les meilleures crèmeries.

 

Genre codifié à l'extrême et décliné à toutes les sauces, le film de zombies a connu nombre de parodies plus ou moins heureuses. Un exercice un brin facile (même s'il est dur de résister au Retour des morts-vivants) auquel avait échappé le monstrueusement drôle mais non moins passionné Shaun of the Dead. En toute modestie Dance of the Dead se présente comme son pendant américain en choisissant de jouer la carte de la comédie dans laquelle viennent s'inviter une armada de cadavres mobiles. L'occasion ? Le très attendu bal de fin d'année des lycéens US, sujet largement exploité où l'on croise pêle-mêle pouffes prétentieuses, nerds boutonneux, reclus, membres des pom-pom girls et chef de l'équipe de football. Sans jamais tomber dans le gag gras à la American Pie, le second film de Gregg Bishop (l'inconnu The Other Side) séduit d'emblée par une galerie de portraits convaincante où chacun peut reconnaître quelques souvenirs de jeunesse. Un chouia de caricature, mais surtout un vrai travail d'écriture qui s'amuse à détourner les situations entendues et l'équilibre des forces, transformant peu à peu les geeks de service (et puceaux de surcroît) en vrais héros de survival. 

 

Rock is dead

 

Volontairement ou non, même la réalisation, assez sommaire dans les scènes de comédie, décalque à s'y méprendre celle, lambda, de la plupart des Sydney White (par le pire d'ailleurs). Pas forcément la naissance d'un nouveau cinéaste (on est loin de la révélation toute de même), Dance of the Dead se montre graphiquement un peu plus culottédès lors que les zombies débarquent. A commencer par une séquence de cimetière diablement efficace où les morts jaillissent littéralement de leurs tombes, avec une vélocité que bouderait George A. Romero, mais qui va faire les bonheurs des adeptes des soirées projos entre potes. Du maître du genre, le métrage site d'ailleurs joyeusement Dawn of the Dead (Zombie en France) en montrant des morts reproduisant bêtement leurs habitudes passées, quitte à dodeliner de la tête dès qu'un groupe de garage se lance dans un rock endiablé. De jolis effets gores bien frontaux (dont un bon gros palots de teenagers qui fait mal), de violents coups de pelles et beaucoup d'humour font de cette dernière danse une sympathique surprise, honnête et bien ficelée.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :

Premier Blu-Ray de l'éditeur Free Dolphin, Dance of the Dead montre déjà une belle maîtrise du Super. Tourné en HD, le master est forcément impeccable même s'il souffre bien évidemment de quelques plans sombres avec un fourmillement trop marqué en arrière plan. Cela reste rarement notable. Le spectateur préfèrera se concentrer sur les contrastes bien dessinés, la colorimétrie éclatante et un piqué convaincant.

 

Son :

Faisons rapidement l'impasse sur un doublage français guère convaincant malgré un DTS-HD Master Audio limpide, pour profiter pleinement de la piste anglaise DTS HD High Resolution, offrant un dynamisme soutenu et une réelle clarté dans la restitution des effets. Les acteurs ne sont pas tous d'une grande justesse, mais le mixage apporte une impression de réalisme non négligeable.

 

Interactivité :

Si le film paraît aussi sympathique, c'est sans doute aussi grâce à l'ambiance décontractée et joviale du tournage, tel que l'on peut l'aperçoir dans le making of présenté sur cette édition. Un petit document très agréable et qui montre l'émulsion créative réunissant toute une bande de vrais passionnés autour d'un but commun . Une impression qui se confirme dans Blood, Guts & Rock'n'Roll, entièrement consacré aux effets spéciaux du film, avec l'explication de quelques petits astuces pour prod' fauchée comme les sorties spectaculaires des zombies hors de leur tombe. On trouve aussi quelques scènes coupées en fin de programme. Se concentrant essentiellement sur quelques dialogues plus longs ou alternatifs, elles auraient clairement entrîiné une légère baisse de rythme par manque de pertinence.

 

Liste des bonus : Making of, Blood, Guts & Rock'n'Roll : les effets spéciaux, Scènes coupées, Bandes-annonces 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020